Séjour d’une semaine en Laponie

par Marie2412
147 vues

Séjour LaponieFinlandeLaponie

Programme du Séjour en Laponie

L’aventure durera du 5 janvier 2019 au 12 janvier 2019. C’est accompagnée de ma mère que je pars à la découverte de la Laponie. Nous sommes passées par l’agence de voyage KONTIKI afin d’organiser notre séjour, et les activités.

  • Jour 1: Départ de Genève avec Swiss air direction Kittila.
  • Jour 2: Pas d’activité prévue à l’avance. Randonnée découverte.
  • Jour 3: Pas d’activité prévue à l’avance. Randonnée découverte.
  • Jour 4: Activité prévue: Balade à cheval.
  • Jour 5: Activité prévue: Balade en traineau avec huskies.
  • Jour 5: Activité prévue: Randonnée raquette avec guide.
  • Jour 7: Pas d’activité prévue. Randonnée/ achats souvenirs
  • Jour 8: Départ de Kittila avec swiss air direction Genève.

Le fait de passé par une agence de voyage nous a permis de réserver les activités à l’avance, certaines étaient déjà complètes plusieurs mois avant notre départ. Cependant la possibilité est offerte de réserver des activités directement sur place.

Préparation au départ en Laponie

Nous avons choisi de partir en Finlande, en Laponie en Janvier. Là bas il ne fait jour qu’environ 3h par jour ce qui est assez déroutant au départ mais en fait on s’y habitue vite et c’est très relaxant.

Quant à la température, tout dépend si le temps est couvert et nuageux ou dégager, en tout cas le temps peut changer très vite. Ne vous attendez pas à avoir -20 et l’heure d’après +20! non non! par contre passer de -4 le matin à -15 l’apres midi oui, avec un ciel qui se découvre rapidement et laissant l’espoir de voir apparaitre la nuit une aurore boréale pourquoi pas…

Nous avons eu une semaine assez variable niveau temps et température. Nous avons eu au plus rude -22 mais bien équipé ça passe. Attention la température indiquée n’est pas la même que celle ressentie.

J’en viens donc à un point important quand prévoit de partir dans un lieu comme la Laponie, au delà du cercle polaire: le contenu de sa valise.

une-semaine-en-laponie-goyav

Quoi mettre dans sa valise pour un séjour en Laponie ?

Me concernant faire ma valise à chaque fois est un casse tête, avec les « au cas où » et les « on ne sait jamais », je me retrouve toujours avec une « tonne » de fringues en trop et inutiles.

Donc pour ce voyage j’ai décidé de penser utile et simple. Etant donné que je suis frileuse, j’ai ressorti toutes mes affaires les plus chaudes possible et les plus adaptées à la pratique d’activité. Parce qu’avoir chaud c’est bien mais faut encore pouvoir bouger.

Voici donc une liste de ce que j’ai mis dans ma valise et qui m’ont été nécessaire la bas.

  • Sous vêtement technique type « damart » (j’ai pris du niveau 4 et 5, parfaitement adapté aux température de la haut).
  • Une veste légère technique qui coupe du vent en seconde couche. (rayon course à pied on en trouve des pas mal du tout)
  • Une polaire ou un pull chaud, en troisième couche.
  • Pantalon de randonné doublé (moins épais et encombrant que le pantalon de ski, idéal pour les activité plus physique).
  • Chaussette de ski.
  • Une bonne paire de chaussure, étanche avec du grippe étant donné qu’il y a de la neige partout.
  • Parka et pantalon de ski.
  • Bonnet.
  • Tour de cou (j’en ai pris deux un fin et un en polaire).
  • Gants:  « petit » gants qui passe bien tout le temps et idéal pour prendre des photos. Des moufles (je laissais mes petits gants, je rajoutais les moufles par dessus et je n’ai pas eu froid).
  • Des chaufferettes pieds/ mains
  • Une lampe frontale. Même si c’est très bien éclairé si vous voulez allé à la chasse aux aurores boréales donc dans un coin sans lumière pour pouvoir régler l’appareil photo une petite lumière est toujours utile.
  • Appareil photo, carte mémoire, chargeur de batterie et une deuxième batterie
  • Un sac ou un pochon pour protéger l’appareil lors des déplacement, pour le protéger un peu du froid.
  • Un sac à dos.
  • Un pied d’appareil photo nécessaire pour les aurores boréales.
  • Une carte du coin à visiter.
  • Un maillot de bain, la bas le sauna est une véritable institution.

C’est tout ce que j’ai pris et déjà ma valise pesait 20 kilos!

Le Séjour en Laponie

Jour 1: Notre arrivée en Finlande.

Nous sommes parties de Genève (Suisse) aéroport le plus proche de chez moi (France) en direction de Kittila (Finlande) . Il faut savoir qu’il y a une heure de décalage horaire entre la France et la Finlande, nous avons décollée à 11h pour une arrivée à 16h15 (soit 15h15 en France).

Notre point de chute pour la semaine était la ville d’Akaslompolo. A l’aéroport nous avons été pris en charge par une équipe KONTIKI, qui nous a transféré en bus de l’aéroport de Kittila à Akaslompolo. Durant le trajet en bus qui a duré environ 50 min pour 52 kilomètres, la personne de l’agence Kontiki nous a donné des explications sur les lieux, un guide de notre semaine, ainsi qu’une carte de la ville d’Akaslompolo pour parfaire notre séjour. Celle-ci parlait français, cependant la bas tout les gens s’expriment en anglais ou en finnois, à vous de voir avez quelle langue vous êtes le plus à l’aise!

L’hôtel Yllas Humina.

Arrivées à l’hotel Yllas Humina, Akaslompolo vers 17h, nous avons pris possession de notre chambre. L’hôtel est divisé en plusieurs petites « maisons » en bois et chaque maison comprend plusieurs chambres avec un salon commun où l’on peut venir se détendre sur les canapés et profiter du feu de cheminé. Dans notre « maison » nous avions le sauna femme dont nous avons bien profité en fin de journée et le sauna homme séparé, un autre sauna plus spacieux était également disponible à l’extérieur.

La restauration.

Concernant la restauration, nous étions en demi pension matin/soir, donc chaque jour nous nous rendions au restaurant qui se trouvait dans le bâtiment de la réception.

Le matin comme le soir il y en avait pour tous les goûts. Le diné était sous forme de buffet, et deux jours dans la semaine nous avons eu droit à un menu purement finlandais. Les autres soir, le renne était à l’honneur, en ragout, en steak, en boulettes (c’est excellent, le renne à la texture du porc tendre quant au goût il est un peu semblable celui du chevreuil, du gibier) , ainsi que le saumon, grillé, fumé, poilé…

Niveau boissons, les bières et les vins étaient à la carte donc en supplément. En tant qu’amatrices de bières, nous avons pu en goûter quelques unes notamment la « Lapin Kulta » plutôt blond et légère, la « Lapland red ale » plutôt ambrée (sans gluten), la « Stout » plutôt brune. Disons qu’elles sont légères avec un goût subtil, j’ai quand même une grande préférence pour les bières belges pas de doute.

Jour 2: Exploration du domaine.

Etant donné que notre premier jour a été englouti dans le trajet nous menant en Finlande, nous n’avons pas pu faire grand chose.C’est donc le lendemain que nous sommes parties en exploration du coin où nous avions atterrie. Notre plan en poche nous avons décidé de grimper au sommet d’une des 7 collines entourant la ville d’Akaslomopolo.  Nous avons donc repérée le chemin à coté d’une très jolie l’église et entamée notre ascension. La montée est facile et ouvert aux débutants, le chemin est déjà tout tracé pas de raison de se perdre, nous avons atteint le sommet en environ une heure (avec de nombreuses pauses photos), sans raquette l’ascension s’est très bien passée.Au sommet vous avez une vue à 360 degrés, on peu apercevoir la ville d’Akaslomopolo, son lac gelé, la piste de ski éclairée un peu plus loin, ainsi que les autres.

Ce jour là, la luminosité est assez basse, tout était très bleu, comme si on avait mis des lunettes pour voir la vie en bleu. Mais la découverte des paysages de la foret Finlandaise était extra, les sapins enneigés, le calme, le silence c’est frappant et magique.

Après cette randonnée nous sommes allées en quête d’un endroit pour boire un café. Nous avons donc pris la direction d’un café, le « navette galeria café». Celui-ci est cosy avec un intérieur bois type chalet, vous pouvez y admirer des objets d’art quelque peu déroutant. C’est un endroit très chaleureux, où l’on peut boire un café et déguster un carotte cake au coin du poil pour se réchauffer tranquillement. Ce café est accessible par la route, par un chemin de raquette ou par les pistes de ski de fond qui sont très nombreuses.

Nous quittons le café et la nuit est déjà là, il doit être tout juste 14h30/15h. Nous rentrons en empruntant le chemin de raquette qui traverse la foret et qui nous ramène vers le centre ville d’Akaslompolo.

Jour 3: Rando à la ferme.

Lundi 7 janvier, nous sommes à la recherche de rennes.  On nous a dit qu’il y avait un peu partout où on pouvait les voir. Nous revoilà avec notre plan marchant en direction d’une ferme aux rennes « porotalo » que nous avons pu visiter.

La ferme qui avait plus l’air d’un zoo, offre aussi la possibilité de se réchauffer et de boire un chocolat ou de manger quelque chose.
Après la visite nous avons poursuivi notre balade en faisant une petite randonnée en foret menant jusqu’a un lac gelé. Le paysage est à couper le soufle, la neige, le soleil rouge rasant  donnant au ciel une allure de feu.

On peut croire que le soleil se couche en faite là il était au zénith, il était au alentour de 12h, juste magnifique.

Jour 4: Balade à cheval.

Aujourd’hui activité de prévue, balade à cheval, nous avons rendez vous devant l’hôtel, le bus vient nous chercher pour nous amenez au lieu de rendez vous. Avant ça nous faisons un détour afin de récupérer les autres participants ainsi qu’une halte au bureau « Destination Lapland ». C’est là bas que l’on a la possibilité d’emprunter des affaires plus chaude si le besoin s’en fait sentir (chaussures, combinaison, gant, cagoule…). La température du jour est -22, ça caille  mais nous sommes bien couverte et fin prête.

Nous nous rendons à la ferme (que nous avions visiter la veille) pour faire connaissance avec notre monture du jour. 7 participants et une guide, la balade démarre, nous sommes en file indienne arpentant le chemin que les cheveux tracent eux même au travers de la foret. Même les débutants peuvent faire cette balade, qui se déroule au pas et qui nous laisse le loisir d’admirer le paysage, le calme et de faire des photos (attention aux doigts avec le froid…).

Au bout d’environ une heure nous faisons une halte, nous parcons les chevaux et nous allons nous réchauffer dans un « Koppa ». C’est une sorte d’abris ouvert en bois où l’on fait un feu et où l’on s’installe pour boire un délicieux jus de baie chaud et manger un petit gâteau à la cannelle. J’avoue que le jus de baie et le feu nous a fait du bien étant donné les -22 degrés… Ceci est l’occasion de discuter un peu avec la guide… Puis voila le temps de remonter à cheval et de rentrer doucement en direction de la ferme. Découvrir la Laponie à dos de cheval est étonnant, le fait d’être en hauteur, donne un autre aspect aux paysages, la sensation de marcher là où personne n’a déjà marché avant, comme si on était seul au monde.

Jour 5: Les apprenties « Musher ».

Ce jour était sans conteste le jour que j’attendais le plus dans cette semaine en Laponie.

Comme la veille, le bus nous récupère devant l’hôtel, direction le bureau Destination Lapland. Cette fois la combinaison nous est donnée d’office car en traineau il fait toujours plus froid et vaut mieux sortir couvert…

Avec ma mère nous pensions que nous allions faire du traineau confortablement installées l’une à coté de l’autre et qu’un musher allait conduire le traineau le temps de la balade! et bien non, SURPRISE! sur le trajet nous menant à la ferme aux huskies, on nous a expliqué qu’il y allait avoir un passager et un conducteur avec à mi chemin la possibilité de changer. Autant dire que j’étais super contente et un peu inquiète vu que je n’avais jamais fait cela avant.

Arrivé à la ferme nos attelages sont déjà prêts, le responsable nous brief sur les modalités de conduite du traineau, à savoir mettre un pied sur chaque « barre »  et de temps en temps freiner avec la pédale en metal en fonction du parcours ou si ca va trop vite… Nous avons été mise en garde car les chiens sont « au taquet »  alors en cas de chute du conducteur ou de bascule du traineau ou toute autre cas, « ne surtout pas lâcher le traineau sinon les chiens eux continueront à courir ».

Le trajet de 22 kms sera interrompu une fois pour nous permettre de changer et au retour après environ 2h de balade nous sommes conviez dans un chalet « koppa » pour une collation bien méritée composée de jus de baie chaud ou café, d’une saucisse à griller au feu de bois et d’un peu de cake maison, Trop Bon!

Nous avions la possibilité de faire le tour de la ferme et d’aller voir les autres chiens qui sont au total 130. Ils sont tous très sociable. Comme nous l’a fait remarquer notre guide les chiens sont de véritable huskies du grand nord, d’un petit gabarit et d’une vivacité remarquable, ils ne ressemble en rien aux huskies des cartes postales, mais ils sont vraiment tout aussi beau et affectueux.

Cette expérience de musher d’un jour, en Laponie qui plus est à été vraiment formidable et inoubliable. Cette complicité avec les chiens qui se retournent quand on freine, l’air de vouloir dire « qu’est ce qui se passe ? », qui se donne a fond pour tirer le traineau, la sensation de flotter sur la neige (comme en snowboard) mais avec l’accompagnement des chiens, dans le calme au milieu de la foret. Ce moment, ce partage, c’était juste magique.

Jour 6: Randonnée raquette dans le parc. 

La ville d’Akaslompolo est situé juste à coté du national park Pallas-Yllästunturi un lieu préservé qui s’étend sur plusieurs communes au nord ouest de la Laponie Finlandaise.

C’est donc armées de nos raquettes que nous suivons notre guide du jour pour gravir une autre des 7 collines qui entoure la ville. Située sur la commune d’Yllas juste à coté de la station de ski.

Le chemin est facile au départ et bien tracé, on y trouve des panneaux explicatifs sur les races d’oiseaux que l’on peut apercevoir… La guide en profite également pour nous donner des explications sur la végétation, la foret, les animaux.. Etant doté de raquette nous avons pu sortir du chemin et marcher en pleine poudreuse, pour une année où soit disant il n’y a pas beaucoup de neige, je me suis enfoncée pas mal de fois quasiment jusqu’aux genoux. Notre progression continue en foret, le temps était couvert et est devenu venteux, la guide nous a prévenu que le sommet était dénué de végétation et que par conséquent le vent allait être très fort et glacial, elle n’avait pas tort.

Nous avons eu du mal a atteindre le sommet tellement le vent soufflait, plus le faite de s’enfoncer dans la neige cela ne rendait pas notre ascension facile, mais nous y sommes arrivés. Le paysage en haut est lunaire, l’impression d’être arrivé au bout du bout du monde. Nous ne sommes pas resté longtemps tellement le vent était glacial et fort, je tenais a peine debout et la visibilité de nous permettait pas de voir bien loin au niveau du paysage. C’est avec hâte que nous avons regagnés la foret et où quelques flocons on commencés à tomber.

Apres une bonne heure de monté et une demi heure de descente, nous nous arrêtons dans un refuge, un nouveau « koppa » fraichement établit depuis un an. La guide avait tout prévue, le feu, le jus de baie, le thé, les saucisses à griller forcément!, les sandwichs et même des petits roulés à la cannelle. Cette pause réchauffage était la bienvenue et c’est tellement conviviale. Puis il temps de reprendre la descente, un quart d’heure de marche et nous sommes revenu à notre point de départ.

Cette randonnée n’était pas compliquée et par temps clément est accessible à tous, nous avons eu un drôle de temps en haut qui a rendu le somment assez compliqué, mais sinon c’était une très belle balade en foret. Le fait de couper en pleine poudreuse et de marcher dans un espace totalement vierge au milieu des pins et des sapins, c’est merveilleux, les amoureux de la nature comme moi adoreront.

Jour 7: Rencontre magique.

Voila déjà notre dernier jour pour profiter des fabuleux paysages de Laponie. Nous avons donc décidé de faire une balade en foret en suivant un des sentier de randonnées hivernales, départ de l’hôtel en direction du café Naveta Galeria, puis retour en prenant la direction d’Akaslompolo toujours en empruntant le sentier de randonnée et non pas le sentier raquette. Tout en discutant et en admirant le paysage, nous remarquons sur le trajet de plus en plus de petits tas de crotte de renne, puis au loin des silhouettes se dessinent.

On continue notre balade et arrivant au sommet d’une petite bute nous avons eu la surprise de découvrir un troupeau de rennes en liberté. Il devait y en avoir plus d’un centaine, tous réuni la au milieu de notre chemin en train de manger. Surprise, mais émerveillée, nous sommes restée là à les regarder, à moins d’un mètre de nous, à les photographier pendant un bon moment, mes pieds on commencé à congeler…Nous avons croiser ce qui semblait être le gardien de ces rennes, en moto neige il faisait le tour du troupeau avec sa vielle baignoire contenant des granulés.

Apres cette belle découverte nous repartons en direction de la ville par la foret avec le sourire aux lèvres. Pour rentrer à l’hôtel nous passons par le lac gelé où randonneur, raquetteur et skieurs se rencontrent sans se bousculer.

Grace à l’alerte proposée par Kontiki, je recevais tout les jours vers 16h un sms avec les données du baromètre par tranche horaire: visibilité faible ou forte de telle heure à telle heure .. Et lorsqu’une aurore boréale était active je reçue un nouveau sms me disant: « aurore boréale faible (malheureuse elles toutes faible) , regarder au nord ». Deux soirs de cette semaine j’ai reçu un sms, je me suis donc rhabillée et hop je suis ressortie à la recherche de la fameuse aurore. J’ai trouvé une petite clairière non loin de l’hôtel où la lumière était beaucoup moins présente et je me suis essayée à les prendre en photo …

Même si ces deux aurore boréales étaient faible j’ai pu les apercevoir et être émerveillée. Ce phénomène qui se passe dans le ciel, cette magique qui s’affiche sous nos yeux c’est incroyablement.

Pour les réglages photo (a améliorer …):

  • Mode manuel et mise au point manuel
  • Ouverture au maximum F 3,5 (j’avais un objectif 18/300)
  • Mise au point à l’infini (jouer avec le réglage en revenant un peu pour plus de netteté)
  • Vitesse environ 1 sec (a varier en fonction de l’aurore si elle est plus ou moins active il faudra adapter la vitesse, moi elle était faible et pas très active)
  • Iso 1600 ( ou a augmenter si vous augmenter la vitesse, mais attention au bruit).

Je ne suis pas une pro mais disons que comme ça j’ai réussi a faire les photos des aurores. Etant donné qu’elles étaient faibles elles se sont estompées rapidement donc je n’ai pas pu pousser les réglages de l’appareil pour faire de plus belles photos. Pas grave je reviendrais un jour !!!

Penser à prendre une batterie de rechange, avec les modifications de réglage de l’appareil, le temps de pose et surtout le froid, votre batterie peut se vider très vite.

Les photos du Séjour en Laponie

Voici quelques photos illustrant notre fabuleuse semaine, mais le mieux c’est de le vivre… Alors! à quand votre prochain départ pour la Laponie?

une-semaine-en-laponie-goyav

une-semaine-en-laponie-goyav

une-semaine-en-laponie-goyav

une-semaine-en-laponie-goyav

aurore-boreale-goyav

Découvrir d’autres voyages en Laponie

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter