Découvrir le nord-est de Madagascar

Troupeau-de-zébus-sur-lÎle-Saint-Marie-Madagascar
Lorsque j’étais fille au pair à la Réunion, je suis partie avec ma première famille à Madagascar car ils avaient un terrain et une maison au Nord-Est du pays vu que le papa était malgache. Viens découvrir avec moi ce petit bout de terre !

  Carnet de voyage : visiter Madagascar, que faire et que voir ?

Informations sur le voyage

  • Durée : 1 mois
  • Nombre de voyageurs : Solo
  • Budget par personne : 1500 euros €
  • Budget utilisé pour :
    • Vol ou transport
    • Activités
    • Visites
    • Food & drinks

LES CHOSES PRATIQUES À SAVOIR

Les billets d’avion et le visa

Nous étions du coté de Tamatave, au nord-est de Mada, dans un petit village à quelques minutes du centre ville en voiture. Si tu veux découvrir cette infime partie de cette immense île qu’est Mada, tu atterriras en avion à l’aéroport de Toamasina. Au départ de la Réunion, les billets varient entre 200 euros pour les moins chers jusqu’à 500 euros (ou plus) si tu pars en haute saison. Arrivé(e) à l’aéroport, si tu comptes rester moins de 30 jours, tu devras payer ton visa aux alentours de 40 euros (le prix varie en fonction du cours de la monnaie locale).

Le meilleure moment pour partir à Mada

La meilleure période pour parcourir l’ensemble du territoire malgache est sans aucun doute la saison sèche, qui s’étend d’avril à septembre, même s’il est possible de partir à Madagascar toute l’année. Comme à la Réunion, si les températures relevées sur les côtes sont quasi idéales, celles des hautes-terres peuvent surprendre par leur fraîcheur. À toi de prévoir donc des vêtements adéquats suivant où tu vas et suivant la saison mais en général, les pays et/ou îles de l’Océan Indien se ressemblent beaucoup en terme de climat durant l’année.

Le décalage horaire

Lorsque c’est l’hiver en France et l’été à Madagascar, il y a deux heures de décalage en plus pour Mada tandis que lorsque c’est l’été en France et l’hiver à Mada, il n’y a qu’une heure de décalage.

La monnaie

Pas d’Euro bien entendu mais l’Ariary (prononcé Ariar). Pour te donner une idée de ce que cela représente, 1 euro est égale à environ 4000 Ariary. Le pays étant très pauvre, tu y gagneras largement au change et tout est extrêmement bon marché. N’hésite pas à marchander lorsque tu achètes des choses mais dans la limite du raisonnable tout de même.

La langue

La langue principale est le malgache mais la plupart des locaux parlent français, aucune difficulté à se faire comprendre donc à part dans les hauts plateaux au centre de l’île ! Cependant, voici quelques mots de vocabulaires bien utiles si tu veux te fondre dans la masse (ce vocabulaire n’est valable que pour cette partie du pays car il y a de nombreux dialectes différents) :

– « Tongasoa » qui signifie « Bienvenue »

– « Invovo » qui est une manière d’entamer la conversation pour dire « alors quoi de neuf ? » et on répondra souvent par « tis vovo » qui signifie « pas de nouvelles »/ »rien de neuf »

– « Acory » (prononcé Acoré) pour dire « Bonjour »

– « Misotch » pour dire « Merci »

– « Tetek » qui signifie « à tout à l’heure »

– « Veluma » (prononcé véloum) pour dire « Au revoir » 

– « Mité » pour dire « je voudrais »

– « Asafady » (prononcé Asafad) pour dire « s’il vous plait »

– « Ramse » pour dire « monsieur » et « madamo » pour dire « madame »

– « be » (prononcé ) pour dire « grand »

– « Tis » qui signifie « il n’y a plus de … » et « mis » pour dire « + de … »

– « Ochin ? » pour demander « combien ? » (le prix)

– « zaza » pour parler des « enfants »

– « Azovy narano ? » (prononcé Azov narano) pour demander « comment tu t’appelles ? » et l’on répondra par « Za narano … »

– « Ya » pour dire « oui »

– « Masutua » (prononcé Mazoutoua) pour dire « bon appétit »

– « Daole » (prononcé Daolé) qui signifie « tout le monde »

Et bien d’autres choses encore mais voila les mots dont je me suis le plus servie durant mon séjour à Mada !

Les transports

Le transport local principal pour faire de plus ou moins longs trajets est le taxi brousse. En général, le chauffeur attends que sa camionnette soit pleine pour partir, donc des fois, tu peux attendre longtemps mais vu le prix, tu peux bien patienter un peu.Je te conseille de prendre le taxi brousse au moins une fois si tu vas à Mada car c’est une expérience à vivre : tu es serré(e) comme une sardine aux autres passagers, ça ne sent pas toujours la rose là dedans, il n’y a bien entendu pas de clim donc tu crèves de chaud, et en plus de cela, au vue des routes cabossées et de la conduite imprudente des chauffeurs, les taxis brousse tombent très souvent en panne ! Ça donne envie hein ? Mais plus sérieusement, c’est en vivant des choses comme celles-ci que tu t’imprègnes réellement du pays et de la vie locale. Tu as aussi le train pour les très longs trajets (bien pratique pour se déplacer d’un bout à l’autre de l’île vu son envergure !) Sinon, pour des trajets plus courts, tu as les tuk-tuk qui sont très peu coûteux et rendent bien service !

 

tuktuk madagascar

 

Les hébergements 

Je ne peux pas forcément hyper bien te renseigner sur ce point vu que j’étais logée dans la maison de la famille que tu peux voir ci dessous.

 

maison madagascar

Il y a tout de même pas mal d’hôtels sur le bord de mer pour de modiques sommes (tu peux facilement trouver un hôtel pas mal pour genre 20 euros la nuit.) Nous allions tous les week-end manger et trouver une connexion Wifi à l’hôtel Océan 501, à Tamatave. Cet hôtel est vraiment top, les gérants sont SUPERS et les plats sont délicieux (tu peux avoir une entrée, un plat et un dessert bien copieux pour 10 euros à peine !) C’est d’ailleurs là-bas que j’ai mangé pour la première fois de la viande de zébu (l’animal emblématique du pays) et je dois t’avouer que je n’ai jamais mangé une viande aussi bonne de toute ma vie !

La santé

Madagascar étant énormément touché par le paludisme, une traitement anti-palu est fortement conseillé avant, pendant et après le séjour. Tu as deux traitements principaux : la Malarone et le Doxipalu. La Malarone coûte extrêmement chère et n’est pas remboursée donc j’ai préféré prendre le Doxypalu qui peut être remboursé suivant l’ordonnance du médecin et qui, au pire, ne coûte pas un bras. Le truc c’est que c’est à base de doxycycline et je ne supporte pas cette molécule. Tu es censé commencer le traitement une semaine avant ton départ et le terminer une semaine après ton retour et ce en prenant un cachet par jour. La première semaine tout allait bien pour ma part mais ensuite j’ai eu d’énormes nausées, je me suis évanouie deux fois et j’ai choppé de la fièvre. Bref, autant te dire que j’ai très vite arrêter le traitement et à part une bonne grosse tourista, je n’ai rien choppé d’autre ! Sinon, mis à part ça, pas de vaccins obligatoires, mais ceux contre l’Hépatite A et la Typhoïde sont très conseillés.

 

boutique madagascar

 

La sécurité

Madagascar est considéré comme un pays qui craint pour les touristes comme pour les locaux. Si tu es blanc, tu inspires la richesse, tu es donc un peu mal vu(e) ou dévisagé(e) dans la rue, surtout pour ce qui est des femmes. C’est ce qui m’a le plus gênée je crois durant mon séjour : les hommes me regardaient avec instance même si ce n’était pas forcément méchamment mais à la longue c’est un peu lourd … Sinon je ne me suis jamais sentie en insécurité toutes les fois où j’étais seule, il faut juste ne pas se trimbaler avec beaucoup de bijoux, ni son appareil photo autour du cou, ne pas brandir ses billets à tout va etc car il y a énormément de vols mais comme partout au final.

Et les Malgaches ?

malgaches

 

Même si Mada est un pays très pauvre, je n’ai jamais vu des gens aussi souriants et heureux ! C’est drôle de dire cela mais les personnes que j’ai rencontré au cours de mon voyage m’ont fait réellement culpabiliser sur ma manière d’agir et de penser certaines fois. Les malgaches ne possèdent pratiquement rien, leurs toutes petites « maisons » est en feuilles de ravenales (arbre typique aussi connu sous le nom d’arbre du voyageur) où ils vivent souvent à plusieurs dedans, ils n’ont même pas l’équivalent d’un euro par jour pour la majorité de la population, leurs habits sont en piteux état pour certains, la plupart n’ont même pas de chaussures, des centaines d’enfants travaillent dès leur plus jeune âge, la majorité de ces bouts de choux n’ont même pas de vrais jouets etc et pourtant, ils transpirent le bonheur et ont vraiment le cœur sur la main. J’aime par dessus tout voyager dans ces pays là car cela me permet de voir les choses autrement et je pense sincèrement que ce sont ces personnes là qui nous apprennent le plus.

 

gfgf-min-1.jpg

À DÉCOUVRIR AU NORD-EST DE MADAGASCAR : QUE FAIRE ET QUE VOIR ?

Le Bazar Be (ou le grand bazar)

Je n’ai malheureusement pas de photos de ce lieu à te montrer mais si tu vas à Tamatave, tu es obligé(e) de passer par le Bazar Be du centre ville au moins une fois ! C’est un grand marché couvert, ouvert pratiquement tous les jours, où tu pourras trouver tout ce qui est fruits, légumes, plantes etc mais aussi et surtout pleins d’objets artisanaux, des vêtements, des bijoux en véritables pierres précieuses, des chaussures, des sacs, et toutes sortes de choses à très TRÈS bas prix ! Ça vaut vraiment le coup si tu veux ramener des souvenirs ! Bon, par contre, pour ce qui est des chaussures et des sacs par exemple, on ne va pas te le dire mais c’est un peu « Ten la Kamis » (prononcé tène la camisse) ce qui signifie en malgache « ça dure trois jeudis » , en gros ça dure pas longtemps et ça fini toujours par casser … Bref, perso c’est un endroit que j’ai adoré et la plupart des commerçants sont adorables même s’il y en a qui sont parfois trop insistants pour te vendre des trucs … Un conseil : même si les prix sont déjà assez bas, n’hésite pas à marchander dans la limite du raisonnable, c’est une coutume !!

Foulpointe

foulpointe

Foulpointe est un petit endroit balnéaire à 54 kilomètres au nord de Tamatave. La route est assez longue pour y parvenir, d’autant plus qu’elle n’est pas du tout entretenue et qu’il y a énormément de trous tout le long … Heureusement, les paysages sont très beaux ! À l’arrivée, on retrouve une grande plage et un village typiquement malgache avec des petites maisons en bambous dont les toits sont fait en ravenales. Cette plage est considérée comme l’une des plus belles du Nord-Est de l’île mais personnellement je n’ai pas du tout aimé car la mer est très sale et il y a beaucoup de monde. Je suis donc allée me promener un peu plus loin et c’est à ce moment là que j’ai apprécié cette petite ville car j’y ai découvert de très belles scènes de vie authentiques.

foulpointe

 

Le canal des Pangalanes

 

canal des pangalanes

La descente du canal des Pangalanes vaut VRAIMENT le coup ! Ce canal longe sur plusieurs kilomètres les côtes de l’est de Madagascar. Personnellement j’avais choisi de faire à peut près 4h de bateau avant d’arriver à de charmants bungalows au bord de l’eau. C’est assez long mais les paysages sont justes sublimes et les scènes de vie que j’ai pu observer au fil du canal m’ont beaucoup touchée.

canal des pangalanes

 

J’ai logée durant trois jours au Fantasia Village. Le cadre y est juste merveilleux, la gérante est adorable et les repas sont supers bons. Tu pourras même voir des singes en totale liberté qui ont élu domicile près de l’hôtel. Fais attention à ton petit déjeuner, ils sont très gourmands !

 

fantasia village

 

animaux madagascar

Petite anecdote : il n’y a pas de réseau ni internet dans ces bungalows MAIS tu peux avoir du réseau à un endroit précis : un arbre au bord de l’eau ! Il y a d’ailleurs un écriteau qui t’indique qu’à cet endroit là, tu peux passer tes appels mais si tu t’éloignes un peu de cet arbre, le réseau disparaît de nouveau. Ça m’a bien fait rire !

Sinon, mis à part ça, tu pourras te baigner dans le canal, l’eau est super bonne ! Et n’hésite pas à demander aux petits pécheurs près de l’hôtel de t’emmener faire un tour en pirogue, il y a un très beau lac caché derrière les bungalows.

 

ponton madagascar

 

Cette région de Madagascar est à découvrir même si ce n’est pas la plus belle du pays. Elle offre de magnifiques paysages, de belles activités en tout genre, et la ville de Tamatave n’est pas très loin du point de départ vers l’Île de Sainte Marie.

DÉCOUVRIR UN PETIT COIN DE PARADIS À QUELQUES HEURES DU CONTINENT

SAINTE MARIE ET L’ÎLE AUX NATTES

Pour te rendre sur l’île de Sainte Marie, il te faudra environ 4h de taxi-brousse pour rejoindre le port d’embarquement de Soanierana Ivongo et ensuite environ 2h de speed boat pour rejoindre Ambodifotatra, le port de Sainte Marie. Mais quand on sait que Madagascar fait 1600 km du Nord au Sud, au final, il faut avouer que ce trajet est assez court ! Bref, j’avais réservé un hôtel avec petit bungalow en bord de mer là-bas, le Mirana Plage. J’ai pris un tuk tuk pour m’y rendre (il est assez éloigné du port d’arrivé mais cela permet de découvrir les paysages sur la route !) et quelle ne fût pas ma surprise quand j’ai découvert ce petit havre de paix où j’allais, sans le savoir, être la seule résidente durant mon séjour.

plage sainte marie madagascar

L’hôtel est tenu par un couple de français adorable, les repas sont délicieux et le lieu est paradisiaque ! Tu pourras même voir très souvent des troupeaux de zébus passer sur la plage de l’hôtel, magnifiques photos garantie !

troupeau de vaches sur la plage

Le lendemain j’avais réservé un taxi particulier pour aller voir les principaux lieux d’intérêts de l’île. Direction le nord pour découvrir les piscines naturelles avec quelques petites surprises sur la route notamment une très belle cascade ainsi que la visite d’une belle plage privée.

cascade sainte marie madagascar

 

Je suis restée trois jours à Sainte Marie et ensuite je suis descendue au sud afin de découvrir l’île aux Nattes ! Cette minuscule île se trouve à 5min en pirogue de l’île de Sainte Marie. Je crois que c’est la première fois de ma vie que je voyais une eau aussi turquoise et transparente… Cet endroit est magnifique et, en plus, il n’y a aucune voiture ! Tu peux faire le tour de l’île à pied en 1h30 environ, c’est très agréable mais malheureusement, c’est devenu assez touristique et il y a un nombre ahurissant d’hôtels par rapport à la superficie du territoire … Moi j’y étais en hors saison donc il n’y avait pas grand monde, heureusement. J’avais réservé un bungalow, toujours en bord de mer, à l’hôtel Analatsara. Le propriétaire de l’époque (je ne sais pas si c’est toujours le même) était surnommé Capitaine croché à cause de son bandeau à l’œil.. Il m’a fait visiter sa maison qui était aussi l’accueil de l’hôtel : on se serait vraiment cru dans un navire de l’époque ! Sans parler des bungalows qui étaient plus ou moins dans le même style. En fait, il y avait toutes sortes d’hébergements avec même des cabanes dans les arbres. Le lieu était vraiment beau.

 

hotel analatsara

Puis les plages devant l’hôtel et aux alentours ne sont pas dégueu non plus ! Après, mis à part la farniente, quelques sorties bateaux au coucher du soleil et du snorkling, il n’y a pas grand chose à faire sur l’île aux Nattes mais ce petit paradis vaut largement le détour !

plage hotel analatsara

2 réflexions sur “Découvrir le nord-est de Madagascar”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.