VIETNAM | 7 JOURS, 3 ÉTAPES : PHU QUOC, HANOÏ, SAPA

par margaux_nosescapades
138 vues

Vietnam

🐉 RIZIÈRES, SCOOTERS, NUOC MAM & MOUSSON… RETOUR SUR SEPT JOURS D’EXCURSION AU VIETNAM ! 🍜

Vous avez surement pu voir les nombreuses photos qui ont été publiées sur Instagram lors de mon voyage au Vietnam. 5 mois plus tard, j’ai enfin pris le temps de rassembler les souvenirs acquis et les bonnes adresses découvertes pour raconter cette aventure incroyable. Ce voyage s’est déroulé dans un contexte particulier puisque nous sommes partis dans un pays dont Rémi maîtrisait totalement la langue. Nos expériences ont, je pense, été grandement améliorées puisque nous avons dialogué presque exclusivement en vietnamien. Nos visites ont donc été plus sympathiques et chaleureuses, les commandes en restaurant simplifiées et les négociations facilitées.

LE PARCOURS

Pour ce premier voyage au Vietnam, nous n’avons pas réellement optimisé notre parcours. Nous sommes partis avec la famille de Rémi qui s’était rendue au sud du pays une semaine avant nous. Avant leur départ, nous avons fait le choix de les retrouver sur l’île de Phu Quoc pendant trois jours. Le reste du voyage s’est effectué à deux entre Hanoï et Sapa. Avec du recul, je vous conseille vraiment de miser sur une seule partie du pays plutôt que de vouloir tout voir d’un seul coup. Et si vous le pouvez, je vous conseille également d’effectuer un séjour de plus de 7 jours si vous souhaitez profiter des montagnes et rizières de Sapa. Enfin, nous avons volontairement effacé la Baie d’Along de notre circuit qui nous semblait très chère et surtout trop polluée et touristique pour un premier voyage.

L’ÎLE DE PHU QUOC : UNE TRISTE RÉALITÉ

L’île de Phu Quoc se situe à la frontière du Cambodge et à environ 2 heures d’avion de la capitale Hanoï. Nous nous y sommes rendus en juin pour deux nuits et je dois vous avouer avoir été très déçue par cette première étape du voyage. Nous sommes arrivés lors de fortes pluies et n’avons pas pu atterrir sur l’île à l’heure prévue. L’avion ne cessait de perdre en altitude, des passagers se vomissaient dessus (rassurez vous, maintenant j’en rigole), l’avion tournait en rond au dessus de l’île, et finalement, a décidé d’aller se poser à Ho Chi Minh en attendant que la pluie cesse. Nous sommes donc repartis deux heures plus tard et avons atterri aux alentours de minuit. Nous avons eu un très bon accueil de la part du staff du Camia Resort, qui a patienté jusqu’à notre arrivée. Notre chambre était magnifique… jusqu’au moment où un cafard d’une taille irréelle a décidé de se cacher dans nos vêtements, puis au dessus de nos têtes pendant la nuit. En soi, un cafard n’est pas agressif, mais pour un premier jour… ça a été très dur mentalement. Je ne peux que vous recommander de vous rendre au Golden Topaz, hôtel réservé par les cousins de Rémi, beaucoup moins cher et surtout avec une très bonne prestation ! Après deux jours d’exploration, voici ce que je peux en conclure : en période de mousson, l’île n’a pas grand intérêt, sauf si vous souhaitez visiter le marché de nuit, la pagode Ho Quoc, les fabriques de perles, poivre et nuoc mam qui sont des activités que j’ai beaucoup appréciées. Malheureusement, j’ai trouvé l’île extrêmement sale. Pour tout vous dire, Hanoï est beaucoup plus propre. Les plages sont couvertes de déchets et pourtant j’ai fait l’effort de marcher jusqu’aux endroits qui paraissaient propres et isolés, et les touristes chinois qui étaient présents ne se gênaient pas pour tout jeter par terre. Les structures touristiques dédiées aux activités sont polluantes et il est courant de retrouver des marres d’essence sur la plage, des sacs plastiques dans l’eau. Si vous avez eu l’occasion de voir l’île sous un autre angle, je serais ravie de découvrir votre expérience :).

roadtrip-vietnam-goyav

 

HANOÏ : NATURE ET GASTRONOMIE

Hanoï a été une surprise incroyable ! Je m’attendais à découvrir une capitale bruyante et peu accueillante. J’y ai découvert une capitale moderne et envahie par la nature, ce qui lui donne un charme dont je ne me suis pas lassée. Les maisons s’entassent les unes sur les autres, des milliers de scooters traversent les rues, les fils électriques se mêlent aux lianes et aux fleurs, la cuisine de rue dégage des odeurs alléchantes, ses habitants sont d’une grande gentillesse. Nous avons parcouru Hanoï à pieds, sous le soleil, mais aussi sous la pluie (ça vaut le détour, et attention, les cafards sont encore de sortie !). ⚠️Nous avions loué un AirBnb dans une rue étroite et sans lampadaire. Des cafards grimpaient aux murs, venaient sous nos pieds, et la lumière s’éteignait, nous on criait, on sautait, on ratait le code du bâtiment, alors on criait encore plus. Imaginez la scène de film d’horreur. ⚠️

Parcourir les villes à pieds est pour moi l’expérience la plus enrichissante puisqu’elle permet de vous aventurer dans des lieux que vous n’aviez pas prévu de visiter. Hanoï regorge de rues très étroites, intrigantes, qui donnent envie de découvrir ce qu’il s’y cache. Très clairement, nous pouvons résumer nos jours à Hanoï en trois étapes :

  • Marcher : découvrir la ville et se laisser s’y perdre. Cela vous mènera dans des endroits magnifiques et vous permettra de découvrir des modes de vies différents, de vous rendre compte des gaps de pauvreté qui divisent la ville, de vous aventurer dans des boutiques artisanales qui méritent le détour.
  • Manger : les restaurants ne manquent pas à Hanoï et tout ce que j’ai pu manger était délicieux. Vous pouvez y manger des plats variés et surtout la spécialité de la ville, le Bun Cha. Je vous ai d’ailleurs préparé une liste des restaurants dans lesquels je suis allée.
  • Discuter : tout au long du voyage, nous avons discuté tant avec les touristes qu’avec les locaux. On avait certes un avantage : la langue maternelle de Rémi est le vietnamien. On peut alors découvrir les histoires de chacun, l’histoire des villages, les faits d’actualité qui menacent l’avenir du pays (notamment les relations avec la Chine).

Si vous hésitez à ajouter Hanoï à votre circuit, je ne peux que vous recommander d’y aller ! J’ai tellement aimé cette ville, tellement aimé ses habitants, sa culture, que le seul regret que j’ai est de ne pas y être restée plus longtemps.

roadtrip-vietnam-hanoi-goyav

SAPA, À LA RENCONTRE DES MINORITÉS ETHNIQUES

Sapa se situe à l’extrémité nord du Vietnam, à la frontière avec la Chine. Territoire montagneux, la culture du riz y a été facilitée et cela s’est traduit par la construction de rizières en terrasses qui laissent passer, grâce au travail de l’homme, d’étroits cours d’eau qui ruissellent sur plusieurs mètres de dénivelé. Or, se rendre à Sapa n’est pas de tout repos. Vous pouvez vous y rendre en bus au départ de la gare routière de Hanoï, en train, ou opter pour un mini bus. Nous avons opté pour la dernière option, non pas par choix, mais simplement parce que nous avions raté tous les autres départs. Le trajet dure environ 4 heures et se constituent d’une partie d’auto-route et de longs chemins en lacets qui vous permettront d’admirer les rizières de plus près. Notre bus nous a déposé dans le centre de Lào Cai, ville de montagne au sein de laquelle nous ne nous sommes pas attardés, simplement parce que notre hôtel se situait à des kilomètres de là. Lào Cai avait pourtant l’air d’être une ville dynamique, pleine d’activités et de boutiques mais également d’enfants qui endossent le rôle de vendeurs itinérants. Il est d’ailleurs déconseillé de leur acheter quoi que ce soit pour éviter de favoriser le travail des mineurs.

Au cours de cette étape, nous avons séjourné au Topas Ecolodge, et je ne peux que vous le recommander. Nous avons découvert cet établissement grâce à une vidéo réalisée par National Geographic. L’ecolodge est époustouflante tant pour la vue qu’elle a à offrir, que pour la gentillesse de son équipe, le confort des logements, la sérénité des lieux, le goût de son Phô. Tout était parfait. Certes, le budget à y consacrer est conséquent, mais pour une ou deux nuits, cela vaut le détour. Vous logerez dans de petites maisons en pierre qui bordent les rizières. Le rez-de-chaussée offre un beau salon, une salle de bain avec baignoire ainsi qu’un balcon. Un escalier vous mène au sous-sol qui lui dispose d’une grande chambre avec baie vitrée ainsi que d’une deuxième pièce contenant évier et WC.

roadtrip-vietnam-tupas-ecolodge-goyav

Les maisons ne disposent pas de connexion Internet, et cela s’explique : tout est fait pour vous détendre et vous déconnecter de votre vie quotidienne. L’hôtel vous permet également de vous détendre dans une piscine à débordement, d’admirer les lointaines cascades qui ruissellent le long des montagnes, de vous faire masser dans une cabane au bord du vide et de partir en randonnée. J’ai tout testé.

Le départ de la randonnée s’effectue depuis l’hôtel. Une voiture vous attend et vous emmène jusqu’au point de départ de la randonnée. Tout au long de la journée, vous parcourrez les rizières et découvrirez la façon dont elles sont construites ainsi que les différentes étapes liées à la culture du riz. Vous traverserez des ponts de cordes, des villages, des parcelles de jungle et y découvrirez des scènes surprenantes : des motos qui dévalent les rizières ou bien des mamies et leurs petits enfants au beau milieu de la jungle. Le parcours comprend un repas qui se déroulera à la Topas River Lodge, au cœur d’un village Red Dao. Un repas succulent vous est cuisiné, vous rencontrerez d’autres voyageurs, vous détendrez quelques instants et repartirez à la découverte du fameux village, de ses habitants ainsi que d’une fabrique de papier réalisé à partir de bambous. La randonnée est une expérience qui lie sport, nature et expériences humaines puisque notre guide, habitant d’un village que nous avons traversé, nous a immergé au sein d’expériences du quotidien, a partagé avec nous des rites, des techniques de jardinage, des blagues et des moments chaleureux.

roadtrip-vietnam-tupas-ecolodge-goyav

 

LE BUDGET

Le budget alloué à ce voyage s’élève à environ 3100€ (1550€/pers) pour deux personnes tout compris (même les imprévus qui ne devraient pas vous arriver). Nous avons réservé nos vols en début d’année, aux alentours de fin janvier/ début février au départ de Paris CDG pour 540€ par personne avec une courte escale à Doha. Pour nous rendre à Phu Quoc, nous avons opté pour un vol avec VietJet Air à 208,5€ par personne. Le budget pour 7 nuits en hôtels (1 milieu de gamme, 1 bas de gamme, 1 gamme luxe, 1 Air BnB) s’élève à 973€ petit-déjeuners compris. Enfin, nous avons pris quelques taxis, Uber, scooters et bus privés pour nos grands déplacements. Côté repas, comptez 0,50€ pour un Banh Mi à Hanoï (sandwich vietnamien), et aux alentours de 10€ pour deux par repas soit un maximum de 140€ pour 7 jours. Ajoutez à ce budget les imprévus qui sont montés pour nous à environ 300€ pour deux personnes dus à des vols annulés, manqués, réservations de bus tardives.

 

LOGEMENTS

Nous avons fait le choix de nous tourner vers plusieurs types de logements, réservés sur Booking.com et AirBnB. Certains ont été de vrais coups de coeur, et d’autres de grandes déceptions.

CAMIA RESORT & SPA – 3 NUITS – 235€

Le Camia est un bel hôtel avec une équipe aux petits soins. L’hôtel se constitue de petites maisons individuelles avec baie vitrée donnant sur la mer ainsi qu’une salle de bain ouverte sur l’extérieure.
Les + : le staff, la baignoire, la taille de la chambre
Les – : le prix trop élevé
Pour une prestation quasi-similaire, je ne peux que vous conseiller le Golden Topaz.

Réserver

 

 

HOLIDAY EMERALD HOTEL – 2 NUITS – 60€

Le Holiday Emerald Hotel est situé en plein coeur de la capitale. Nous l’avons trouvé par hasard sur Booking à la dernière minute. Cet hôtel à bas prix nous a offert tout le confort et la propreté dont nous avions besoin à Hanoï.
Les + : la propreté, le prix, le staff
Les – : pas de fenêtre

Réserver

 

 

 

TRIBAL VIBES ROOM – 1  NUIT – 87€

Ce logement est magnifique et offre une vue imprenable sur Hanoï. Nous avons malheureusement du le quitter une nuit plus tôt car nous ne supportions plus les cafards qui envahissaient les murs de la rue étroite qui donnait accès au logement.
Les + : la vue, le jacuzzi
Les – : la rue trop reculée, sombre et les cafards

Réserver

 

 

 

TOPAS ECOLODGE

Le Topas Ecolodge est le plus bel hôtel de notre séjour, et je le conseille à toutes les personnes qui souhaitent mêler la beauté des paysages à la randonnée et la relaxation. D’ailleurs les enfants du staff jouent dans les rizières, et l’équipe est merveilleuse !
Les + : paysages, confort, staff
Les – : le prix (justifié si le staff local est bien rémunéré, car il le mérite largement)

Réserver

 

 

 

RESTAURANTS À HANOÏ

Manger un Phô 

  • Phô 10
  • Petit bonus à Sapa : Restaurant du Topas Ecolodge

Manger un sandwich

  • Banh Mi 25

Manger un Bo Bun

  • Bun Bo Nam Bo

Boire un café

  • Coffee 24

Boire un Bubble Tea

  • BoBaPop

Manger un Bun Cha

J’ai oublié où nous avons mangé notre Bun Cha. Nous étions tombés par hasard sur ce restaurant. Voici donc une recommandation donnée par notre hôtel :

  • Bun Cha Dac Kim (67 Duong Thanh Street, Hanoï)

 

Ce premier voyage au Vietnam aura été une expérience assez incroyable. Premièrement car j’ai découvert le pays de mon compagnon, deuxièmement car j’ai été agréablement surprise par Hanoï. Cette ville est à couper le souffle, et malgré une culture dépaysante, je m’y suis sentie très bien.

Si vous souhaitez obtenir plus de détails sur certains aspects du voyage, n’hésitez pas à le demander.

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter