Road Trip en Islande – HIKING MAN : Terre gelée, terre brûlée

Islande-Gullfoss-goyav

Road Trip autour de l'Islande

Informations sur le voyage

Itinéraire : Région de Reykjavik – Snaefellsnes – Saxhóll – Grundarfjörður – Kirkjufell – Akureyri – Mývatn – Goðafoss – Dettifoss – Selfoss – Seyðisfjörður – Vestrahorn – Jökulsárlón – Vatnajokull – Skogafoss – Seljalandsfoss – parc national de Þingvellir

Salut tout le monde! C’est William Stark!

L’Islande… Des glaciers aux volcans… Des macareux aux baleines… Terre de mythes… Terre de légendes… Terre Viking… C’est ici, que commence notre aventure.

Avec nos sacs à dos, nos vélos et nos remorques , nous partons pour 2 mois et demi faire le tour de l’Islande et passer par le plus d’endroits possible pour être sûr de ne rien louper.

Première Étape : Région de Reykjavik

Nous sommes arrivé à l’aéroport de Keflavik avec des températures avoisinant les -10°c.  Nous avons ensuite pris un bus pour rejoindre la capitale, Reykjavik, afin de trouver un camping pour la nuit. Sur le chemin entre les deux villes, le panorama nous tease déjà sur la suite de l’aventure. Du blanc à perte de vue. De la neige partout.

Arrivés au camping, nous avons directement remonté nos vélos, nos remorques et bien évidemment notre tente avant la tombée de la nuit.

Le lendemain, après une nuit plutôt fraîche, nous sommes donc parti du camping avec tout notre attirail, chargés comme des bourricots pour un premier test de poids. Nous avons donc fait le tour de Reykjavik avant de retourner au camping.

(Sur la photo ci-dessous, le monument incontournable de Reykjavik, l’église Hallgrímskirkja)

35225894_1691405430914252_6972233841406640128_o.jpg

Après cette seconde nuit, nous avons fait une petite trentaine de km avec nos super vélos mais les 3/4 du temps c’était de la côte et autant te dire qu’avec le poids des remorques derrière nous et le froid glacial qui se faisait bien ressentir, on s’épuisait extrêmement vite. Nous nous sommes donc posé dans un champ à côté d’un restaurant fermé au pied d’une montagne mais aussi au bord de la mer pour y faire du camping sauvage. 

 

 

Deuxième Étape : l’Ouest de l’Islande en Road Trip

Notre objectif était dans un premier temps de gagner au plus tôt le nord de l’Islande afin d’avoir une chance d’admirer les fameuses aurores boréales. Mais après cette dernière nuit glaciale et les nombreux Islandais nous déconseillant fortement de réaliser le tour de l’île à vélo et surtout à cette période de l’année, à savoir en début avril, nous avons dû repenser notre projet.

C’est donc à contre cœur que nous avons démonté nos vélos et pris un bus pour retourner à Reykjavik afin de louer une voiture.

Un mal pour bien car à peine après une heure de route, nous nous sommes retrouvé en pleine tempête de neige! Autant te dire qu’à vélo la situation aurait pu devenir quelque peu compliqué voir même dangereuse.

Toujours est-il que nous avons atteint la péninsule de Snaefellsnes, à l’ouest de l’Islande.

Nous avons pu y découvrir le petit village de Búðir connu pour son église noire!

(ci-dessous la célèbre église noire de Búðir)

35246308_1691418284246300_6395469490749964288_o.jpgNous avons ensuite passé la nuit dans le village de Arnarstapi. Village situé au pied d’un très célèbre volcan, le Snaefellsjokull. L’un des volcans les plus renommés d’Islande, cela grâce à un auteur français, Jules Verne, qui situa l’entrée vers le centre de la Terre au sommet de cette montagne dans son roman “Voyage au centre de la Terre”.

(ci-dessous le village de Arnarstapi)

islande-Arnarstapi-goyavLe Le lendemain nous avons visité le village. Non seulement pour ses belles falaises mais aussi pour la légende de Bárður Snæfellsás…

Laisse-moi maintenant te raconter une petite histoire… L’histoire d’un être né d’une mère humaine mais d’un père troll. L’histoire de Bárður Snæfellsáss. Il y a très, très longtemps, Bárður, sa femme et ses filles étaient Norvégiens mais avaient émigré en Islande avant de s’installer à Djúpalón. Þorkell, le demi-frère de Bárður, vivait à Arnarstapi avec ses deux fils, Rauðfeldr et Sölvi.
Un jour, alors qu’il y avait de la banquise le long du rivage, les deux garçons poussèrent Helga, une des filles de Bárður, au large sur un iceberg. Helga dériva indemne jusqu’au Groenland pour revenir des années plus tard. Quand son père, Bárður, eut vent de cette histoire, il devint furieux! Il poussa Rauðfeldr dans le ravin de Rauðfeldsgjá et emmena Sölvi sur une haute falaise le long de la côte d’Arnarstapi pour le tuer à son tour. Après avoir tué les deux enfants de son propre frère, Bárður fût chassé d’Arnarstapi. Il trouva refuge quelque part sur le glacier. Le fameux Snæfellsjökull. D’après la légende, si un jour vous êtes perdu ou même en danger sur cette montagne, Bárður Snæfellsáss vous apparaîtra… Et vous aidera…
Cette statue, visible de tout Arnarstapi représente son esprit protecteur…

(ci-dessous la fameuse statue représentant Bárður Snæfellsáss)

35300601_1692912680763527_236630140841361408_o.jpg

(ci-dessous le rocher de Gatklettur, à Arnarstapi)

islande-Arnarstapi-rocher-goyav

Non loin d’Arnarstapi se trouve un second village nommé Hellnar. Et à un saut de puce de Hellnar tu ne peux pas louper ces deux grands pics de basalte de 75 et 61 m de hauteur bordant la côte sud de la péninsule de Snæfellsnes. Un lieu à ne pas louper et devant lequel on se sent tout petit! Le Lóndrangar!

(ci-dessous le Lóndrangar)

35433296_1693845510670244_8840219584926580736_o.jpgNon loin de Snæfellsbær une municipalité située à l’ouest de la péninsule de Snæfellsnes, se trouve le cratère volcanique de Saxhóll. S’élevant à 109 m au dessus du niveau de la mer, la dernière éruption de ce volcan a eu lieu il y a environ 3000 ans. Le cratère en lui même n’a rien de vraiment spectaculaire mais la vue panoramique qu’il offre au sommet est très sympa! Des escaliers rendent l’ascension facile, même pour les moins sportifs. Un arrêt bien sympathique d’une petite demi-heure qui n’engage à rien.

(ci-dessous le cratère volcanique de Saxhóll)islande-Saxholl-goyavNous nous sommes ensuite rendu sur la côte nord de la péninsule de Snæfellsnes, dans la ville de Grundarfjörður où nous avons savouré un délicieux repas dans un bon petit restaurant du coin avant de rejoindre une célèbre montagne située à deux kilomètres à l’ouest de la ville.

La montagne Kirkjufell, qui signifie littéralement “montagne église” en islandais, fait partie des incontournables non seulement de la péninsule, mais de l’Islande elle même! Du haut de ses 463 m, il est quasiment impossible que vous n’ayez jamais vu cette montagne pointue ne serait-ce que en économiseur d’écran sur PC ou même sur mobile. C’est également un très bon spot pour pouvoir admirer les aurores boréales. C’est donc fasse à cette montagne que nous avons décidé de passer la nuit…

Et avons-nous vu des aurores boréales? Te le sauras au prochain article!

(ci-dessous la montagne Kirkjufell)

35482322_1695025887218873_2842215717892259840_o.jpg

 

Troisième étape : Vers le Nord de l’Islande

Réveil au pied du Kirkjufell avec un levé de soleil magnifique dans le Nord de l’Islande !
Et non… Nous n’avons pas vu d’aurores boréales… Enfin pas exactement…
Nous étions face au Kirkjufell où une dizaine de véhicules nous avaient rejoins.
Tout le monde scrutait le ciel étoilé attendant les si convoitées aurores boréales.
Vers minuit un énorme nuage circulaire d’une couleur gris claire assez difficile à voir à l’œil nu apparu au dessus de la montagne.
Dès lors, les clics des appareils photos prirent le pas sur le silence.
Les gens étaient émerveillés devant cet étrange nuage qui planait au dessus du Kirkjufell et s’enthousiasmaient après chaque photo.
Que pouvaient-ils voir? Ce qui n’était pour nous qu’un simple nuage d’une forme, certes particulière, était autre chose pour les autres.
C’est sur cette triste note que nous nous sommes endormis.
Le lendemain nous avons continué notre route le long de la côte de la péninsule de Snaefellsnes jusqu’à Osar dans un premier temps pour admirer l’énorme rocher volcanique de Hvitserkur sur une plage de sable noir de laquelle on pouvait apercevoir des dizaines de phoques qui jouaient dans l’eau!

(ci-dessous le rocher de Hvitserkur)

islande-Hvitserkur-goyavC’est sur la route 75, à partir de Varmahlid, au milieu d’un espace désertique, que se dresse la ferme de Glaumbær.
Une ancienne ferme en tourbe transformée en éco-musée. La ferme de Glaumbær est un ensemble de fermes traditionnelles
du XVIIIe et XIXe siècles liées entre elles par un long couloir central. Ces constructions sont en bois, le toit est recouvert d’épaisses couches de tourbe sur lesquelles pousse du gazon. Le gazon peut, dans certaines régions, durer plus d’un siècle.
Cet épais tapis sert à imperméabiliser et protéger l’édifice. Les fermes sont partiellement enterrées, également pour des raisons
d’isolation et l’inclination du toit est calculée pour éviter l’infiltration des eaux de pluie.
Il existe d’autres exemples de fermes de ce genre en Islande, mais celles-ci sont les plus grandes, les mieux conservées et de loin les plus anciennes.

(ci-dessous la ferme de Glaumbær)

islande-ferme-de-Glaumbær-goyav

Ensuite, après avoir traversé des dizaines de km entre les montagnes blanche, nous avons traversé la ville d’Akureyri, la seconde plus grande ville d’Islande.

(ci-dessous Akureyrarkirkja! L’église d’Akureyri! Aussi appelée la cathédrale de la glace)

islande-Akureyrarkirkja-goyav

Puis la nuit est tombée. Nous avons quitté la ville vers l’Est. Le ciel était beau, étoilé, dégagé mais en même temps remplis de ces mêmes nuages circulaires aperçus la nuit dernière au dessus de la montagne Kirkjufell.
Aussi, j’ai demandé à Audrey (heu… Audrey c’est ma femme) de se garer sur le bas côté de la route.
Caméra posée sur le capot de la voiture, je commençais à essayer tout les réglages possibles et imaginables de mon appareil. Persuadé que quelque chose se cachait derrière ces étranges nuages. Que quelque chose avait émerveillé les gens, qui la veille avait capturé quelque chose sur leurs photos… Mais quoi…
La durée entre chaque prise de photos était longue. Très longue du fait des réglages que je tentais. La température était glaciale.
Les -20°c de cette nuit commençaient à se faire ressentir sur nos extrémités.
La dernière photo se chargeait… L’attente entre chaque prise nous paraissait de plus en plus longue et le froid
de moins en moins supportable…
Et la photo s’est affichée. On pouvait immédiatement voir une lueur verte planer au dessus de nos têtes.
L’oeil de ma caméra les avait démasqué! Elles étaient enfin apparues! Enfin nous avions capturé nos premières aurores boréales!

(ci-dessous notre première aurore boréale)

Islande-Aurores-boreales-goyavSixième jour! Après un réveil un peu glacial à la cascade de Goðafoss, nous avons repris la route direction la vallée de Mývatn!
Nous avons commencé par découvrir le Dimmuborgir!

(ci-dessous la cascade de Goðafoss)

Islande-cascade-Goðafoss-goyavBien que son nom en soit inspiré, il ne s’agit pas du tout du groupe de black metal symphonique norvégien Dimmu Borgir.
Loin de là! Le Dimmuborgir est l’une des formations volcaniques de la région.

(ci-dessous le Dimmuborgir avec, en fond, le volcan Hverfjall)

Islande-Dimmuborgir-goyav
Hverir faisait aussi partie de notre tour du Lac Mývatn!
Pour moi, dans mon esprit, l’Islande est directement liée aux vapeurs volcaniques, aux cratères de boue bouillonnante
et à l’odeur de soufre. C’est exactement ce que tu découvres quand tu visites Hvérir, un site géothermique de la région de Mývatn.

(ci-dessous le site géothermique de Hverir)

Islande-Hverir-goyavLorsque tu fais le tour du Lac Myvatn en Islande du Nord, tu ne peux pas ne pas avoir remarqué le Hverfjall!
Il s’agit d’un des cratères volcaniques les mieux préservés au monde. Appelé aussi Hverfell, cet icône du Lac Myvatn est le résultat
d’une éruption volcanique. Il est possible de monter jusqu’au bord du cratère et d’en faire le tour.

(ci-dessous le cratère du volcan Hverfjall)

Islande-cratere-Hverfjall-goyavLa journée s’est terminée au Myvatn Nature Baths / Jarðböðin við Mývatn! Des eaux thermales naturelles dont la température
se situe entre 35 et 45 °c.

(ci-dessous le Myvatn Nature Baths / Jarðböðin við Mývatn)

islande-Myvatn-Nature-Baths-goyavPuis nous sommes monté sur un view point, duquel on a pu admirer une fois de plus les aurores boréales qui dansaient dans le ciel!
Il faut dire que dès que l’on sait les identifier, il devient beaucoup plus facile de les capturer! Même si elles sont de faible
intensité.

(ci-dessous une magnifique aurore boréale dansant au dessus de la région du Lac Mývatn)

islande-lac-Mývatn-goyav

Voici en vidéo, la troisième partie de ce voyage de deux mois en terre de glace et de feu!

Quatrième étape : Vers l’Est et le Sud de l’Islande

Septième jour en Islande ! Réveil juste devant la grotte Grjótagjá, toujours dans la région du lac Mývatn! Une grotte renfermant une source chaude située en Islande près du lac Mývatn. Cette grotte a été utilisé comme le lieu de tournage lors d’un épisode de la série télévisée Game of Thrones!

(ci-dessous la grotte Grjótagjá)

islande-Grjótagjá-goyavAprès un petit déj à la ferme de Vogar, nous voilà parti pour la plus grande chute d’eau d’Europe; Dettifoss et sa copine Selfoss.

Dettifoss se trouve au nord de l’Islande, dans le canyon de la Jökulsá á Fjöllum, entre les chutes Selfoss et Hafragilsfoss, quelque peu isolée dans le désert.
Du haut de ses 44 m, Dettifoss serait donc la cascade la plus puissante d’Europe!
En 2012, dans le film Prometheus de Ridley Scott, on peut voir la chute d’eau de Dettifoss dans la première scène du film.

(ci-dessous la cascade de Dettifoss)

islande-chute-Dettifoss-goyavNon loin de là, Selfoss! Que l’on peut rejoindre à pied à partir de Dettifoss! Selfoss est un complexes de chutes d’eau situé en amont de la fameuse cascade Dettifoss!

(ci-dessous la cascade de Selfoss)

islande-chute-Selfoss-goyavAprès ça, nous avons quitté la région en progressant vers l’Est pour parcourir une longue route afin d’atteindre un petit village.

Sans nul doute, notre ville ou plutôt village coup de coeur d’Islande!
Seyðisfjörður est un petit village situé dans un fjord du même nom dans l’Est de l’Islande.
Je te conseille vivement d’aller y faire un tour et d’aller manger ou juste boire un coup au Skaftfell Bistro!

C’est ici que l’on a fini la journée. En face d’une cascade située légèrement en amont du village.

(ci-dessous le village de Seyðisfjörður)

islande-Seyðisfjörður-goyavAu milieu de la nuit une lumière étrange lumière se reflétant nous a réveillé. Pensant que c’était tout simplement les derniers rayons du soleil qui disparaissaient derrière les montagnes, je décidais d’essuyer la pare-brise pour en avoir le cœur net…

Et surprise! Finalement nous avions été réveillé par les lumières d’une énorme aurore boréale qui dansait dans le ciel!

(ci-dessous une aurore boréale non loin du village de Seyðisfjörður. Ces deux photographies ont été prises depuis le toit de la voiture)

islande-Seyðisfjörður-aurore-boreale-goyav

islande-Seyðisfjörður-aurore-boreale-goyavEn ce huitième jour, la neige est de moins en moins présente à mesure que nous progressons vers le Sud de l’Islande.

Les paysages font penser à des paysages Irlandais ou Écossais avec des étendues immenses d’herbe! Nous avons rejoins le paysage magnifique de Vestrahorn et de la plage de Stokksnes!

Non loin de là, une reconstitution d’un village viking peut également être visité.
Il s’agirait en fait d’un décor de film installé là par des équipes de montage de Hollywood en prévision du tournage d’un film que Mel Gibson comptait réaliser sur ce peuple.
Aujourd’hui, le projet semble être tombé à l’eau. Depuis, le village est resté là, totalement désert. Mais sa beauté et son adaptation parfaite à l’environnement naturel de Vestrahorn en font un lieu à ne certainement pas manquer.

Mais!!! C’est un site payant! Alors pour la reconstitution du village viking je peux comprendre! Mais pour la toute la partie naturelle du site… Non!!! Si il y a bien un truc que je haie c’est bien la monétisation d’un site naturel!!!

(ci-dessous le Vestrahorn et la plage de Stokksnes)

islande-Vestrahorn-goyav
Alors il y a deux jours, nous étions face à des volcans ou même sur des sites géothermiques comme le Hvérir dans la région de Mývatn. Chaleur, vapeur, soufre etc… Aujourd’hui c’est inverse! Place à la glace!

Bienvenue au Jökulsárlón! Le Jökulsárlón est le plus connu et le plus grand des lacs proglaciaires d’Islande. Il se trouve au sud du Vatnajökull, le glacier le plus grand d’Islande et second d’Europe!

(ci-dessous trois photographies du Jökulsárlón)

islande-Vatnajökull-goyav

islande-Vatnajökull-goyav

islande-Vatnajökull-goyavJuste à côté du célèbre lac Jökulsárlón, tu trouveras une plage de sable noir volcanique. C’est ici que les icebergs qui remplissent le lac en direction de l’océan, viennent s’échouer!

(ci-dessous Diamond Beach)

islande-diamond-beach-goyavNous avons ensuite été au pied du Vatnajokull, le plus gros glacier d’Islande avant de nous rendre dans la ville de Vik, l’endroit le plus pluvieux d’Islande, pour ensuite passer la nuit en face de la plage de Reynisfjara!

Reynisfjara est une plage de sable noir mondialement connue qui se trouve sur la côte sud de l’Islande, juste à côté du petit village de pêcheurs de Vík í Mýrdal ou Vik tout court.
Avec ses énormes piles de basalte, ses vagues atlantiques rugissantes et ses panoramas époustouflants, Reynisfjara est largement considéré comme le plus bel exemple de plages de sable noir d’Islande. En 1991, National Geographic a élu Reynisfjara comme l’une des 10 plus belles plages non tropicales à visiter sur la planète.

(ci-dessous la plage de Reynisfjara)

islande-Reynisfjara-goyav

Voici donc en vidéo, la quatrième partie de ce voyage de deux mois en terre de glace et de feu!

 

Cinquième étape : Le sud de l’Islande

Toujours lors de notre neuvième journée en terre de glace et de feu! Nous avons quitté la plage de Reynisfjara pour nous rendre à Dyrhólaey, une petite péninsule de 120 mètres de haut, situé à proximité de Vík.
Il s’agit du point le plus au sud de l’île.
Cette péninsule est caractérisée par la présence d’une arche volcanique de laquelle elle a tiré son nom, qui signifie: l’île haute au trou de porte.

(ci-dessous l’arche de Dyrhólaey)

islande-arche-Dyrholaey-goyav

Suite à ça, une route non goudronnée nous a permis de nous rapproché au plus près de l’une des impressionnantes langues de glace du Vatnajökull, la calotte glaciaire la plus importante d’Islande! 

(ci-dessous une des langues de glace du Vatnajökull)

islande-langue-de-glace-du-Vatnajokull-goyav

Et nous voici arrivé sur l’un de mes sites favoris d’Islande! Non loin de la magnifique arche de Dyrhólaey et perdu sur la plage de sable noir de Sólheimasandur dans le sud de l’Islande, se trouve l’épave de ce vieux DC-3 de l’armée américaine.
Pour la petite histoire, nous sommes le 24 novembre 1973. Cet avion, un Super DC-3 de chez Douglas est pris dans le mauvais temps. En manque de carburant, son pilote doit donc faire tout son possible pour atterrir et sauver l’équipage. Avec une grande chance, il arrive à poser l’appareil entre Vik et Skógar sur la plage de Sólheimasandur sans trop de dégâts et l’équipage est ensuite secouru par un hélicoptère de l’US Air Force en provenance directe de l’aéroport de Keflavik.

Si jamais vous comptez vous y rendre, il vous faudra rouler 10 à 15 minutes vers l’ouest à partir de Dyrhólaey. Le site n’est pas indiqué mais vous trouverez un grand parking sur la gauche et une marche de 4,5 km vous attendra sur un terrain plat et bien balisé.

(ci-dessous l’épave du célèbre DC-3)

islande-epave-avion-goyav

Dixième jour! À peine réveillé et déjà direction une nouvelle cascade : Skogafoss. Une cascade de 62 mètres de haut pour une largeur de quelques 25 mètres située sur la rivière Skógá, dans le petit village de Skógar, dans le sud de l’Islande.
On raconte qu’un coffre se trouverait derrière la cascade, déposé ici par le Viking Þrasi Þórólfsson. Un enfant trouva le coffre quelques années plus tard, mais ne put en prendre qu’une poignée, laquelle est aujourd’hui entreposée au musée de Skógar.

(ci-dessous la cascade de Skogafoss)

islande-cascade-de-Skogafoss-goyav

Nous poursuivons par une autre cascade: Seljalandsfoss. Une chute d’eau du sud de l’Islande mesurant 65 mètres de hauteur située non loin de la chute de Skogafoss. Sa particularité est la possibilité de passer derrière elle. Ce qui offre un nouveau point de vue et la rend plus impressionnante.

(ci-dessous la cascade de Seljalandsfoss)

Islande-cascades-Seljalandsfoss-goyav

Nous avons ensuite rejoins le Cercle d’Or qui désigne les trois sites touristiques les plus fréquentés d’Islande.

En regardant la photo qui suit vous vous direz certainement qu’elle est juste jolie. Qu’il s’agit sans doute de falaises ou encore de gorges sans rien exceptionnel. Détrompez-vous! D’un côté de la photo se trouve l’Eurasie et de l’autre se situe l’Amérique. Le parc national de Þingvellir est situé dans une vallée de rift, une région d’un continent où la croûte terrestre d’une plaque tectonique s’amincit en formant en surface un fossé d’effondrement (un graben) sous l’action de forces d’étirement. Si un jour tu as la chance d’aller sur ce site, tu te trouveras au beau milieu de la séparation de 2 plaques tectoniques.

(ci-dessous la faille de surface du parc national de Þingvellir)

islande-faille-parc-national-de-Þingvellir-goyav

D’une hauteur de 32 mètres et d’une largeur de 70 mètres, voici les chutes de Gullfoss!

(ci-dessous les chutes de Gullfoss)

islande-chuttes-de-Gullfoss-goyav

En se rendant à Geysir, la plupart des visiteurs pensent observer le Grand Geysir, le geyser le plus célèbre au monde. C’est en fait légèrement faux car, à Geysir, le geyser qui jaillit actuellement le plus régulièrement toutes les 5 à 8 minutes et à plus de 20 mètres de haut est Strokkur. Geysir ne jaillit actuellement plus que deux ou trois fois par jour.

(ci-dessous le geyser Strokkur)

islande-geyser-Strokkur-goyav

Légèrement en retrait du Cercle d’Or se trouve le Kerið! Un cratère volcanique occupé par un lac situé dans la partie méridionale du centre de l’Islande. C’est un des nombreux lacs de cratère dans cette région, formés lors de mouvement de terrain, mais il est celui dont le rebord parfaitement visible est demeuré le mieux préservé.
Le rebord du cratère, comme les autres roches volcaniques des environs, est composé de roches volcaniques rouges plutôt que noires. Le cratère fait environ 55 mètres de profondeur, 170 mètres de largeur et 270 mètres de longueur.
 

(ci-dessous le lac Kerið)

islande-lac-Kerid-goyav

Pour finir la journée , nous avons décidé de nous autoriser une nuit dans un joli petit hôtel , avec la fenêtre donnant sur Geysir pour bien récupérer notre sommeil!

Voici donc en vidéo, la cinquième partie de ce voyage de deux mois en terre de glace et de feu!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *