Un nouvel an dans le désert Jaisalmer en Inde

par Lenniestravels
244 vues

Nouvel an 2019 dans le désert de Jaisalmer en Inde

Détail du Carnet de Voyage au Désert de Jaisalmer en Inde

  • Itinéraire : Jaisalmer – Désert – Jaisalmer
  • Date et Durée du Voyage : lundi 31 décembre 2018, 1 jour
  • Budget par personne : 45€ (Transport, Food, Activité)
  • Nombre de Voyageurs : En Groupe

Une journée dans le Désert Indien de Jaisalmer

Abu Safari Hotel et Activités dans le Désert

Nous avions décidé de passer les fêtes de fin d’année en Inde. Je n’ai jamais été dans un désert de ma vie et c’est pourquoi j’avais décidé de faire le trajet DELHI – JAISALMER. Lorsque j’ai recherché un hôtel à Jaisalmer, je suis tombée sur ABU SAFARI HOTEL qui organise des excursions de 1 journée avec nuit dans le désert. Et mieux, ils organisaient une super soirée dans le désert avec au programme : Aller retour en jeep, 2h de chameau, buffet à volonté, boissons non alcoolisées à volonté, douches dans le désert, soirée musicale autour d’un feu de camps, nuit sur des banquettes avec les couvertures comprises et petit déjeuner inclus. Tout cela pour 43 euros par personne.

Départ en bus …

Le départ était prévu pour 14H mais nous sommes partis à 15H. On est une trentaine d’inscrits et on se dirige à pied vers la gare routière. On nous fait monter dans un bus et c’est là que tout à commencé …

Tout d’abord on se demande pourquoi un bus ? Où sont les jeep ? De toute façon un bus ca ne va pas dans le désert. Peut être que le bus va nous déposer à l’entrée du désert et que nous feront le reste en jeep 4 par 4 histoire de gagner du temps. En montant dans le bus, je me dirige vers le fond et là, je vois une crotte par terre. Une crotte d’homme, pas une crotte d’animal. Je suis choquée. Quel mec va aller poser sa crotte au fond d’un bus sérieusement ?

On appelle le chauffeur pour qu’il nettoie : il jette un sceau d’eau dessus puis pose une couverture sur la crotte mouillée et s’en va. Voilà comment on nettoie une crotte en Inde. C’est tellement grave que ca me fait rire. Le bus démarre enfin, après 45 minutes de route on arrive dans le désert mais le bus ne s’arrête par, il commence à avancer. 300 mètre plus tard il s’enlise dans le sable et impossible de le faire bouger. Ni avancer, ni reculer. En même temps, y a pas besoin d’aller à l’école pour savoir qu’un bus ne peut pas avancer dans le désert.

Mais surtout je me demande comment ils font d’habitude ? Les gars ils habitent là toute l’année, ils font la même soirée « nouvel an » chaque année ! Me dites pas qu’ils font la même connerie tous les ans en espérant qu’un jour cela fonctionne ?

bus enlisé dans le désert de jaisalmer en Inde Désert de jaisalmer en Inde

Trajet en Chameaux

On est tous à côté du bus et on attend, il y a 4 chameaux qui arrivent pour amener les personnes jusqu’au camp. Il reste seulement 2km apparemment. Mais 2km aller retour à chameau, sachant que chaque chameau prend une ou deux personnes et qu’on est plus de trente à attendre, ca risque d’être long. Donc on escalade la première dune et on s’assoit en attendant d’être les derniers. On fume une cigarette, on prend deux trois photos, on regarde le coucher de soleil, on discute ensemble et avec des amis français qu’on a rencontré pendant le voyage.

Certains s’énervent, moi je me fais une raison : on a payé pour voir ce spectacle finalement. Dans le désert il y a des dames avec leurs filles, maquillées et apprêtées comme des princesses qui viennent danser et chanter à côté de toi pour avoir une pièce. C’était marrant car elles chantaient « frère Jacques » en Français mais bien sur avec des tournures de phrases approximatives. C’était mignon.

Et puis le Tracteur …

30 minutes plus tard où plutôt une heure plus tard car les premiers chameaux ont mis longtemps à arriver, on est toujours autant à attendre. Un tracteur vient nous chercher, il se met dans la montée et commence à faire monter les clients à l’arrière. 15 personnes montent mais pas nous.

Déjà car le tracteur est complet mais surtout parce que je veux faire du chameau ! C’est hors de question que je monte dans ce tracteur. Comme il s’était arrêté sur une dune, et que les 15 personnes sont à l’arrière, impossible de démarrer. Les roues avant se lève et le tracteur n’avance pas. 3 indiens arrivent et s’assoit sur le capot pour mettre du poids à l’avant. Ils ont fini par y arrivé mais qu’est ce qu’on s’est marré !

Tracteur dans le sable en Inde

Finalement les chameaux

Nos chameaux arrivent, ce sont des enfants qui les tiennent. On monte, on fait 300 mètres puis l’enfant nous demande de descendre et nous réclament des tips. On refuse : autant de descendre que de donner des Tips (pourboires) ! On a payé plus de 40€ pour 2h de chameau, là on fait 5 minutes, on est même pas arrivé au camp et on va donner de l’argent ?

Finalement on arrive à lui faire comprendre qu’on ne descendra pas tant qu’on n’est pas au camp avec les autres. Un autre mec arrive avec quatre chameaux. On échange de chameau et il nous amène au camp pile le temps du coucher de soleil qui était magnifique. Le maitre des chameaux était sympa mais lui aussi nous a demandé des pourboires à l’arrivée et c’était hors de question. 10 minutes de chameaux au lieu de 2h, un bus enlisé au lieu d’un Jeep, départ avec 1h de retard : moi je ne mets plus 1 centime dans cette soirée ! En même temps j’admets que les 2h de chameau je n’aurais pas pu les faire. Ca fait trop mal aux fesses !

Chameau dans le désert de jaisalmer en IndeCouché de soleil dans le désert

Arrivée au camp

Une fois arrivée je vois un mec qui vend des bouteilles d’eau. Alors là c’est hors de question ! Je vais chercher le patron et je lui rappelle que l’eau était incluse dans le tarif. Du coup il me ramène des bouteilles. Il a vu que je n’allais pas me laisser avoir. Le problème des indiens, c’est qu’ils essaient de t’arnaquer à longueur de journée, c’est épuisant. Si j’étais riche je serais en voyage organisé avec des hôtels 5 étoiles et non pas dans un bus avec une crotte dedans.

Il n’y a pas de banquettes ce sont des matelas posés par terre, avec les couvertures. Les mêmes que celle qui a été posée sur la crotte. Pas de douches dans le désert comme c’était prévu. Pour les toilettes, il faut se cacher entre deux dunes. A ce moment j’aimerais tellement être un homme … Pas d’arrivée d’eau pour se laver les mains ou autre. Pas de papier non plus, heureusement qu’on avait des rouleaux de papier toilette.

Par contre il y avait bien de la musique, mais avec un groupe électrogène indien qui envoi des ondes plus fortes que la musique elle-même. Du coup on s’éloigne un peu avec notre groupe et on fait notre propre feu de camps et on passe une bonne soirée, avec que scarabées. Je suis contente d’être là. C’est juste pénible de se dire qu’on se fait arnaqué en fait. Mais en soit le moment est agréable. Tout le monde ne fête pas le nouvel an dans le désert.

L’heure du Buffet

On commence à avoir faim ! 19h … 20h … 21h … Ouff 22H30 ils ouvrent le buffet. On appelle ça un buffet d’ailleurs quand il y a seulement une soupe, du riz, et un plat en sauce hyper pimenté ? Heureusement il y avait des chappattis, c’est comme des petits naans. Bref du pain quoi, ça ne vaut pas les 40€ mais c’est bon.

Il y a des tentes disponibles, on en skouate une tous les 6 et on fini la soirée dedans. Il commence à faire frais donc ca permet de nous abriter et de nous éloigner de la musique. C’est plus cosy pour discuter et il y a moins de scarabées.

Deuxième jour

Le lendemain matin on a le droit à du thé et du café et des chappattis aussi. On se lève tranquillement, on profite de la vue. Puis on décolle pour rentrer. On attend le tracteur pour nous ramener en espérant qu’ils ont décoincé le bus où appeler un nouveau. Quelle idée ! La situation n’a pas bougé, le bus est toujours enlisé. Les indiens se mettent à ¾ sous les roues et ils commencent à gratter le sable avec leurs mains, à mettre des bout de branche sous les roues pour le faire reculer. A coup d’un mètre par un mètre, on n’est pas prêt de rentrer ! Heureusement qu’on a réservé nos bus en fin de journée sinon on était mal barrés. A force de galérer, ils demandent à tout le monde de monter à l’arrière du bus pour faire du poids. Non ce n’est pas une blague !

J’ai essayé de leur faire comprendre que c’était stupide, que plus le bus est lourd plus il va s’enfoncer. Ils ont quand même voulu essayer. Nous on était dehors assis dans le sable et dans l’ombre du bus, à les regarder. Un petit pot de popcorn et cela aurait été parfait ! Ils ont fini par y arriver une heure plus tard. On était une dizaine à râler.

Retour à l’hôtel

En arrivant à l’hôtel on a pas lâché le morceau ! Abu, le patron nous a prêté une chambre pour se laver puisqu’il n’y avait pas les douches dans le désert comme prévu. Puis on a négocié de l’argent et un repas. Après longue négociation on a réussi à se faire rembourser 4 euros chacun + un repas. C’est pas énorme mais c’est le principe. C’est à force de ne rien dire qu’ils deviennent cupides et qu’ils nous considèrent comme des billets de banque.

Ca reste quand même un super souvenir. Je veux dire par là qu’on en rigole encore aujourd’hui et qu’on ne vivra pas ça deux fois dans notre vie.

 

 

Voici un beau carnet de voyage sur l’Inde. Si vous êtes un grand voyageur et que vous aimez raconter vos voyages, consultez un exemple de carnet de voyage. Cela vous permettra de vous lancer dans la création de carnet de voyage à votre tour !

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter