Découverte de la Suède et Norvège avec Interrail

par Ivan_Scoperto
Ivan_Scoperto
280 vues

Découverte de plusieurs villes scandinaves en solo, à l’aide du Pass Interrail en Europe Détail du carnet de voyage : voyage en Europe avec Interrail Itinéraire : Malmö – Stockholm – Oslo…

1

JOUR 1 : DÉPART ET MALMÖ 

2

JOUR 2 : STOCKHOLM

3

JOUR 3 : DIRECTION NORVÈGE 

4

JOUR 4 : À LA DÉCOUVERTE D'OSLO

5

JOUR 5 : BERGEN

6

JOUR 6 : RETOUR À OSLO 

7

JOUR 7 : TROMSØ 

Découverte de plusieurs villes scandinaves en solo, à l’aide du Pass Interrail en Europe

Détail du carnet de voyage : voyage en Europe avec Interrail

  • Itinéraire : Malmö – Stockholm – Oslo – Bergen – Tromsø
  • Date et durée du voyage : samedi 3 mars 2018, 8 jours
  • Budget : 2000 euros (transport, food, visites, logements)
  • Nombre de voyageurs : Solo

 

Interrail Europe : Suède et Norvège

 

JOUR 1 : DÉPART ET MALMÖ 

Cela fait presque 6 mois que l’idée de ce voyage en solo est née dans ma tête. 6 mois de choix, de recherches, de comparaisons afin de trouver le meilleur itinéraire, les hôtels les mieux situés, les moyens de transport les plus adéquats. Aujourd’hui, alors que le réveil retentit à 5h du matin, je récapitule une dernière fois toutes ces informations dans la navette en direction de l’aéroport de Genève. C’est la première fois que je voyage seul, je me dois donc de faire preuve d’une organisation irréprochable. Après quelques heures de route, de contrôles et d’attente, me voici devant la porte d’embarquement.

Interrail europe map

 

Après 2h de vol mon avion se pose sur le tarmac de l’aéroport de Copenhague au Danemark. De là je n’ai qu’à traverser le long couloir de l’aéroport pour rejoindre une gare ou je pourrais prendre un train qui m’emmènera jusqu’a Malmö en Suède, ma première véritable étape.

Étant amené à me déplacer de villes en villes durant mon séjour, je me suis muni d’un Pass Interrail me permettant de voyager durant 5 jours non-consécutifs dans tout les pays d’Europe. Pour les trains internationaux ou les trains longue distance équivalents de nos TGV, il conviendra de payer un supplément afin de pouvoir réserver un siège. Cette opération peut s’effectuer en gare ou sur internet.

Me voici donc arrivé à Malmö, 3ème plus grande ville suédoise derrière Göteborg et évidemment Stockholm. Malmö est néanmoins une ville plus moderne que ces deux dernières, mais elle n’en est pas moins dépaysante. Comme beaucoup de ville scandinaves, elle marie architecture moderne et bâtiments plus authentiques dans un contraste équilibré.

Je commence à chercher mon chemin en direction de la célèbre Turning Torso, une tour torsadée de 200m qui domine la ville. À peine ai-je le temps de déplier ma carte, que j’ai déjà un premier aperçu de la bienveillance scandinave; une femme interrompt son footing pour venir me renseigner sur la direction à suivre. Après quelques kilomètres de marche dans la partie moderne de la ville, je distingue enfin la forme élancée de la tour qui se dresse vers le ciel.

turning torso malmo

 

La température est particulièrement froide en ce premier jour, je ne m’attarde pas et je me dirige à nouveau vers la gare dans l’idée de me réchauffer. Je m’installe dans le premier Espresso House sur lequel je tombe. Cette chaîne de cafés présente uniquement en Scandinavie représente l’équivalent de nos Starbucks. Après avoir avalé un chocolat chaud (délicieux) je repars à la découverte de la ville. Malmö est une ville active, dynamique et artistique ou il n’est pas rare de croiser des sculptures abstraites ou d’étonnantes expositions.

art abstrait suède malmo interrail europe

 

La ville compte également de nombreux parcs dont les arbres, en cette saison, ont perdus leurs feuilles depuis longtemps mais pas leur majesté. Les journées sont courtes à cette période, la nuit commence à tomber et je me dirige donc vers mon hôtel (Teaterhotellet). Si l’extérieur n’a rien de clinquant, la chambre est très confortable et après une bonne nuit de sommeil je me rends à nouveau à la gare, direction la capitale suédoise : Stockholm.

 

JOUR 2 : STOCKHOLM

Les trajets en train sont souvent longs dans ces pays à la topographie particulière (Fjords, montagnes, bras de mer). Je met 6h pour parcourir la distance qui me sépare de Stockholm. Une fois arrivé, je me rends immédiatement à mon hôtel afin d’y déposer ma valise et de partir au plus vite à la découverte de la ville. Cet hôtel (Clarion Hotel Sign) est le seul que j’ai réservé sans vraiment y prêter attention, et son prix modeste ne laissait pas présager un tel luxe : un bar immense et un restaurant se trouve dans le hall d’accueil, et à la réception on m’informe de la présence d’un SPA au dernier étage ainsi que d’une piscine chauffée en plein air sur le toit. clarion hotel sign stockholm

 

Je n’ai que peu de temps à passer à Stockholm et mon principal attrait pour cette ville vient avant tout de son célèbre quartier ancien de Gamla Stan. Ce quartier est à l’opposé de la modernité a laquelle on peut être confronté dans le reste de la ville. Ses rues pavées, ses bâtiments colorés et son isolement du reste de la ville nous ferait presque oublier que l’on se trouve encore dans une capitale.

Gamla stan stockholm interrail europe

 

Après avoir flâné dans ces ruelles et les boutiques variées qui s’y trouvent, je finis la soirée dans une chaleureuse pizzeria du quartier. Malgré ses différences avec Malmö, Stockholm dégage la même énergie, celle d’une ville à la fois moderne et traditionnelle, ou la vie semble calme, même pour une capitale de cette envergure.

Je rentre à l’hôtel et je profite de la piscine sur le toit qui offre une vue imprenable sur la ville éclairée par les derniers rayons de soleil de la journée.

coucher de soleil stockholm

 

 

JOUR 3 : DIRECTION NORVÈGE 

C’est encore 7h de train qui m’attendent pour rallier la capitale Norvégienne. Il y’a à tant à faire et à voir dans chacune des villes que je visite, que ce n’est que lors de ces longs trajets ferroviaires que je regrette vraiment de voyager seul. J’ai mis dans ma valise quelques livres pour m’occuper durant ces voyages.

J’arrive à Oslo presque à la nuit tombée. J’ai opté cette fois pour une auberge de jeunesse modeste (Anker Hostel) pour une vingtaine d’euros par nuit, ce qui est vraiment le minimum dans ces pays ou la vie est très chère. Après y’avoir déposé mes affaires je me dirige vers l’opéra d’Oslo et ses formes géométriques bien connues. Si monter au sommet du bâtiment offre un large panorama sur les grattes ciel du centre d’activité de la ville, en hiver cela peut vite se transformer en un véritable périple; en effet les marches situées sur le coté du bâtiment et permettant l’accès au toit sont totalement verglacées et il faut assurer chaque pas avant de continuer à avancer.

Opéra oslo interrail europe

 

Oslo est au premier abord une capitale plus moderne, plus semblable aux autres métropoles européennes, et peut être la moins dépaysante des villes que j’ai traversé pour le moment. Je vais attendre la journée de demain pour approfondir ma visite et me forger un avis.

 

JOUR 4 : À LA DÉCOUVERTE D’OSLO

Je me réveille de bonne heure, le soleil à peine levé et je me dirige prendre un café dans le quartier moderne et dynamique de Aker Brygge, situé en bord de mer. Je prend un petit déjeuner dans un Espresso House situé non loin de la jetée qui s’étale le long du quartier et dans laquelle plusieurs bateaux mouillent. On aperçois parfois posés sur l’eau, le long des quais, des petits cabanons sauna dont les propriétaires semblent avoir pour habitude de se jeter dans la mer (glaciale) après en être sortis.

Je prend ensuite un bus pour me diriger vers le musée du Fram que l’on m’a grandement recommandé. Le Fram (qui signifie littéralement En Avant) est un bateau qui fut utilisé dans de nombreuses explorations polaires, notamment celle qui mena Roald Amundsen jusqu’au pôle sud. Cette goélette à 3 mâts de 39m fût en son temps le navire ayant navigué le plus au nord et le plus au sud du globe terrestre. Sa forme effilée lui permet, en cas de pression de la glace, de ne pas être broyé par cette dernière mais plutôt de s’en extirper. Au delà du fait de pouvoir visiter ce navire historique de fond en comble, le musée propose également de nombreuses activités.

En dehors d’habituels documentaires, vous pourrez vous essayer à vivre la vie de ces aventuriers du 20ème siècle en quête de nouvelles terres. Essayer de tirer un traineau, s’entrainer à viser au fusil, mais également traverser un long couloir gelé dans des conditions polaires (température annoncée -20°). Ce musée interactif pourra captiver les plus jeunes comme les adultes. À la sortie, n’oubliez pas d’aller jeter un oeil aux statues de Roald Amundsen et ses hommes.

musée du fram oslo

 

Je continue ma visite d’Oslo en me rendant jusqu’au palais royal qui trône au sommet d’une butte enneigée. Si le bâtiment est très impressionnant, c’est également le cas de nombreux autres situés dans les alentours. Je passe plusieurs heures à errer dans le quartier, découvrant la ville au gré du hasard.

Palais royal oslo interrail europe

interrail europe oslo

 

Il est maintenant temps que je me dirige vers la gare car je dois prendre le train de nuit en direction de Bergen, la deuxième ville du pays située sur la côte ouest à l’opposé d’Oslo. J’ai choisi de voyager de nuit car ce sont encore 8h de train qui m’attendent et ma foi je ne regrette pas mon choix car les trains de nuits sont assez confortables et le service et les équipements fournis gratuitement (couverture, bouchons d’oreilles, masques pour les yeux) permettent de passer une nuit des plus correctes. Arrivé à Bergen à l’aube, je pars en quête d’un Espresso House afin de me remettre de ce long trajet et d’attaquer la journée du bon pied.

 

JOUR 5 : BERGEN

Après un énorme chocolat chaud je pars m’enregistrer à l’hôtel (Basic Hotel Bergen). Je suis forcé de reconnaitre que le prix un peu plus élevé des hôtels scandinaves, est réellement gage de qualité, les chambres sont souvent spacieuses et très propres, modernes et lumineuses. Bergen est une ville portuaire qui vit notamment de la pêche mais qui est également un point de ralliement pour toutes les activités liées à l’exploitation pétrolière en mer du Nord de par sa situation géographique.

Les quais de Bryggen sont surement l’un des endroits les plus connus de Norvège. Qui n’a jamais vu les fameuses maisons en bois colorées alignées le long du port? Le temps est gris et pluvieux aujourd’hui mais les couleurs vives de tout ces bâtiments rouges et jaunes restent un spectacle qui s’apprécie peu importe la météo.

quais de bryggen

 

15 minutes de funiculaires plus tard et me voilà au sommet du mont Fløyen qui offre une vue incroyable sur Bergen et sa baie…les jours de beau temps j’imagine. Pour ma part je peine a distinguer quoique ce soit à travers le brouillard épais qui recouvre la ville. Tant pis..

Je continue à me promener sous la neige dans une ville étudiante qui regorge de vie et de couleurs. Je retrouve ce sentiment de nouveauté que j’avais perdu à Oslo. Au détour d’une rue en rentrant à mon hôtel je tombe sur une splendide église rouge vif pointant sa silhouette effilée vers le ciel.

 

église rouge bergen interrail europe

 

Je finis la journée par un repas italien au restaurant Olivia Zachariasbryggen situé le long des quais de Bryggen puis je retourne à l’hôtel préparer ma valise en vue de la journée de demain.

 

JOUR 6 : RETOUR À OSLO 

Il s’agit aujourd’hui de reprendre le train vers Oslo puis de me rendre à l’aéroport de la capitale afin de prendre un avion vers la dernière étape de mon voyage. Après 8 heures de train à nouveau me voici de retour à Oslo centre, d’ou je dois prendre un second train me menant jusqu’a l’aéroport situé à l’extérieur de la ville. Une fois passée la routine des contrôles je m’installe dans l’avion direction Tromsø.

Je remercie la chance d’être assis à côté du hublot, la vue pendant les deux heures de vol est à couper le souffle. Des montagnes enneigées, des fjords venant fendre la côte ouest du pays pour venir s’insinuer dans les terres, et surtout pas une seule trace de vie a l’horizon dans ces étendues gelées ou la vie humaine demeure impossible. Je quitte la grisaille du sud pour découvrir un ciel d’un bleu éclatant lors de mon atterrissage en Laponie norvégienne.

 

vue aérienne laponie

 

Malheureusement à cette période de l’année les jours sont courts, et d’autant plus lorsque l’on se trouve 300km au dessus du cercle Arctique. Le temps d’arriver jusqu’au Smarthotel de Tromsø et voila que la nuit tombe déjà.

 

JOUR 7 : TROMSØ 

Malgré sa situation géographique assez inhospitalière Tromsø est tout de même la 8ème ville de pays. Elle est également la ville de plus de 50.000 habitants la plus septentrionale du monde. Cette ville à servi de point de départ à de nombreuses expéditions polaires. On perd ici la modernité des villes du sud au profit de l’industrialisation notamment au niveau du port.

Le reste de la ville est à l’image que l’on se fait du grand nord, bâtiments en bois colorés, rues et parcs enneigés… La topographie de Tromsø est particulière, en effet la ville est coupée en deux par la mer, l’une des parties se situant sur une île. Les deux parties sont reliées par un pont de plus d’un kilomètre qui s’élance au dessus de l’eau avant de retomber vers l’autre rive. Le contraste entre mer et montagnes est également saisissant et inhabituel.

Tromso norvegetromso interrail europe

 

Je traverse le pont qui mène sur l’autre partie de la ville afin d’aller admirer la cathédrale Arctique de Tromsø. Malgré sa construction datant des années 60, son architecture bénéficie d’une modernité surprenante dans le paysage.

cathédrale artique tromso

 

La journée suit son cours et, à la nuit tombée, je rentre à l’hôtel me préparer afin d’essayer de remplir le dernier objectif de mon voyage. J’enfile plusieurs couches de vêtements, d’épaisses chaussettes, écharpes autour du cou, bonnet vissé sur la tête, et je pars dans l’obscurité à la recherche des fameuses aurores boréales. La température dehors en pleine nuit frôle les -15°. Je dois rentrer rapidement à l’hôtel enfiler un deuxième pantalon. 10 minutes plus tard me revoilà sur cette jetée en bois sur le port, l’endroit le moins éclairé que j’ai pu trouver dans le centre ville.

Une heure plus tard ma bouteille d’eau a complètement gelé, et je suis en train de suivre le même chemin. Soudain je crois apercevoir un éclair vert traversant le ciel. Je crois d’abord l’avoir imaginé, lassé d’attendre depuis maintenant plus de deux heures. Mais pourtant je ne rêve pas. Petit à petit ces lumières s’accentuent dans le ciel noir et tracent comme des vagues de lumières vertes ondoyant à travers la nuit. Mon téléphone n’ayant pas résisté au froid je suis incapable d’immortaliser l’instant mais je ne suis pour autant pas près de l’oublier. On recommande de s’éloigner des villes pour les admirer sans être gêné par la pollution lumineuse.

Malgré ça le spectacle reste incroyable et je ne parviens à détourner les yeux que de longues minutes plus tard quand la dernière trace s’estompe dans le ciel. Je retourne à mon hôtel avec le sentiment d’avoir vu et accompli tout ce que je souhaitais durant ce voyage. Demain je repartirais vers Oslo, puis de la bas je monterais dans l’avion qui me ramènera en France…

Tromso

1 commentaire

itinéraire interrail : de la mer Noire à la mer du Nord - Goyav 10 octobre 2019 - 7 h 45 min

[…] les joies des Balkans, j’étais bien favorable pour repartir découvrir un peu plus l’Europe avec Interrail. Alors un peu comme certain j’ai eu l’idée de partir visiter le continent en train, via […]

Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter