Au départ de Manali, la vallée de Spiti est une boucle passant par d’incroyables paysages montagneux sur lesquelles vivent des tribus indiennes à la religion Bouddhiste.

Par contre pour faire la boucle complète il faut faire une demande de permis comme dans beaucoup de régions d’Inde, sinon vous ne pourrez aller que jusqu’à Tabo. Il faut aussi faire un permis pour Rothang Pass que l’on peut faire sur internet. Prévoyez aussi un jerrycan d’essence car il n’y a pas d’essence jusqu’à Kaza. Ne vous faites pas avoir comme moi (le roi de la préparation).

ATTENTION si vous prenez un permis pour Spiti, vous n’aurez pas Rothang Pass de compris avec; j’ai été coincé à Rothang Pass à cause de ça, je ne vous explique pas la galère pour faire un permis une fois sur place. Un des gardiens du checkpoint m’a prêté son téléphone et a payer avec sa carte, il a fallu que je le paye ensuite avec des billets. Heureusement qu’il m’a aidé !

Rothang Pass

Le début de la boucle donne le ton sur la dangerosité de ces routes mais aussi sur leurs beautés. Mais ce n’est pas le moment d’avoir la tête ailleurs, je conduis dans le brouillard sur de la boue en essayant de voir les gros camions de loin. Si je suis trop distrait par les paysages qui m’entoure je risque fort de pas survivre la journée.

Pour croiser certains camions il faut parfois se mettre sur le côté de la route, mais celui ci étant boueux il peut être compliqué de repartir.

L’aventure commence

Une fois Rotang Pass dépassé il faudra prendre la route à droite pour rejoindre la vallée de Spiti et profiter du paysage jusqu’au seul village avant une centaine de kilomètre : Chhatru, le moment parfait pour prendre un Chaï ! (Thé épicé)

Il faut faire attention aux ponts ici, la plupart ressemble à ça :

route spiti valley

De quoi crever un pneu très facilement si on ne fait pas attention.

Après Chhatru la route commence à être de moins en moins bonne, plus on avance plus les cailloux sur la route deviennent gros et plus la moto tremble.

Jusqu’à tomber sur une rivière, je vous laisse deviner où se trouve la route :

Spiti vallée danger
Où est la route? Ahah mais juste sous vos yeux, c’est la première rivière, la voilà la route !

Elle est ici :

Juste avant la rivière j’ai croisé un américain sur une moto façon « Harley » qui faisait demi tour, je comprends mieux pourquoi !

Il faut que je passe !

Je pensais que la route se cachait quelque part alors j’ai cherché, cherché et encore cherché mais rien à faire, je m’y résigne il faut que je passe !

spiti valley danger

Je commence donc à rouler dans cette rivière gelée (l’eau vient du sommet enneigé), j’ai peut être omis de préciser que je suis en sandales chaussettes (c’est confortable ok?!) et que du coup je ressens très vite mes pieds entrain de geler.

Plus j’avance dans la rivière, plus elle est profonde, jusqu’à ce qu’elle touche mes mollets sur la moto ! Ce qui veut dire que l’eau est au niveau du pot d’échappement, j’accélère alors fortement pour faire cracher l’eau du pot tout en avançant (méthode apprise au Cambodge) mais le sol est couvert d’énormes cailloux qui empêche parfois la moto d’avancer ou la bloque dans un trou.

rivière spiti vallée
Je suis pas encore au milieu, l’endroit le plus profond

J’ai plusieurs fois laissé la moto comme ça pour réfléchir, chercher un autre moyen, mais rien à faire. En tout je mettrai 45 minutes pour traverser la rivière, je force comme je peux pour pousser ces 160kg, mes jambes sont gelés, et il ne faut surtout pas qu’elle tombe sinon adieu la moto… ET FINALEMENT JE TRAVERSE.

Big up aux touristes qui sont passés en 4×4 quand je galérais et qui m’on à peine regardé. Merci !

Pour l’anecdote, plus tard je croiserai 2 touristes Allemands voyageant à 2 sur une moto, qui se sont arrêté avant (en venant de l’autre coté), parce qu’ils avaient trop peur de passer; ils ont décidé d’attendre que la rivière se calme. Je n’ai pas osé leur dire que la rivière ne se calmerait pas d’ici demain.
Et quelques jours plus tard un touriste m’a raconté que sa moto était tombée dans cette rivière du coté du filtre et qu’elle ne démarrait plus, ce fût une grosse galère pour lui pour la faire réparer ici.

Il faut dire que j’en ai traversé des rivières en Asie à moto, mais celle là est de très loin la pire.

L’aventure continue

A peine une dizaine de kilomètres plus loin je tombe sur une voiture bloquée dans ce que j’appellerai « une route rivière »; c’est une route qui fait aussi rivière… Spécialité indienne

Je pense qu’une vidéo en dira long :

On essayent tous d’aider la voiture comme on peut, on place des cailloux sous la roue en se gelant les doigts de pieds dans l’eau; évidemment je suis encore le seul touriste parmi les locaux. Ça dure pendant des heures mais ça me permet de profiter d’un bel arc en ciel !

route spiti vallée

Lorsque la voiture est finalement débloqué, nous pouvons repartir mais la nuit est déjà tombée, il faut vite que je trouve un endroit pour dormir.

Dodo à Batal

J’arrive enfin à trouver un tout petit village où je peux manger et dormir

Lorsque je demande ce qu’ils ont de moins cher pour dormir, pour 100 Rs (1,20 euro) ils me montrent ça :

dormir à batal spiti

Et là c’est le coup de foudre ! Ça me va parfaitement !

Après une bonne nuit de sommeil je reprends la route pour Kaza

route spiti valley

Il y a un col à passer avec des stupas au sommet, le Kunzum Stupas; entouré par les grands sommets, il est très impressionant !

Ma partie préférée

Cette partie de la route est complètement irréaliste, les couleurs sont splendides et les formes très étranges. Je précise que toutes les photos que vous voyez ici sont originales et non retouchées. Les photos retouchés sont dans la catégorie « Portfolio ».

J’ai pensé à prendre une vidéo :

Au bout d’un moment je croise des petits villages, et là le paysage parait encore plus étrange; les cultures vertes du village couplés aux roches oranges de la montagnes rendent le paysage irréel.

Petite anecdote

J’ai été coincé ici car je suis tombé en panne (je n’avais pas prévu de jerrycan); j’ai attendu des heures, une personne passait toute les demi heures, j’ai arrêté tout le monde mais personne n’a pu m’aider. Jusqu’à ces 2 Israéliens à moto qui se sont arrêtés, je leurs ai échangés quelques litres d’essence contre un peu d’herbe acheté plus tôt à Bodhgaya. Evidemment ils m’auraient donné de l’essence sans rien en échange mais je n’aime pas prendre sans donner.

Puis je reprends la route et longe un grand canyon dans lequel coule la rivière, l’écoulement a créé des formations de pics très étranges sur les cotés. Encore un paysage mystérieux.

J’arrive enfin à Kaza.

Arrivé à Kaza à 3700m !

Kaza est la première grande ville depuis Manali, et le seul endroit où l’on peut trouver de l’essence, on y trouve d’ailleurs la plus haute station service du monde. Ici il faut attendre 18h pour faire la queue et pouvoir avoir de l’essence !

Je me repose à Kaza et pars ensuite visiter les villages aux alentours dont le premier est Langza

Les villages de la vallée de Spiti !

Premier village : Langza

La route pour Langza monte encore plus haut en hauteur, rendant le paysage bien plus impressionnant, attention toutefois à garder les yeux sur la route pour éviter une sortie de virage qui serait mortelle.

Et une fois arrivé au village on a une vue incroyable sur Langza et sa statue de Bouddha, en arrière plan on peut voir les immenses montagnes de la chaîne Himalayenne.

En continuant sur la route après quelques kilomètres on tombe sur :

Komic : le village le plus haut du monde (4587m)

En plus d’être le village le plus haut du monde, Komic possède un monastère Bouddhiste incroyable à visiter, celui ci est habité par des moines constamment. L’entrée est libre et c’est un moine qui vous ouvrira le temple si celui ci est fermé.

Je prends ensuite la direction de Demul, il faut prendre la route de gauche et ne pas redescendre

Demul, le dernier village de la route

Demul est certainement le plus grand village, et pourtant si petit. On peut y rencontrer beaucoup de locaux et même y dormir. Le village est très beau et la vue sur les montagnes est incroyable.

La route pour redescendre jusqu’à la route principale est encore hallucinante de beauté; sur le bord de la route certains locaux me font des sourires ou des coucous. La vie tourne au ralenti, c’est un de mes meilleurs souvenirs de la Vallée de Spiti, même de l’Inde en fait.

Lallung, une vraie oasis !

Je roule un peu sur la route principale pour repartir encore dans la montagne sur le même type de route.

Au bout d’un moment j’arrive à Lallung, un des paysages les plus incompréhensibles qui m’ait été donné de voir :

Village Lallung spiti

A Lallung se trouve un temple que l’on peut visiter, de vieilles femmes le gardent et peuvent vous l’ouvrir, il n’y avait pas d’électricité dans le temple, j’ai donc dû l’explorer au flash du téléphone, façon Indiana !

Après ça j’ai bu un Chaï avec les vieilles femmes qui m’ont invité, elles étaient très gentilles bien qu’elles ne parlent pas un trait d’Anglais. Je vous recommande vivement cet arrêt, c’est une beauté incroyable et très peu connu.

Puis je reprend la route pour Dhankar, toujours entouré de montagnes.

Dhankar, son palace et son lac !

Dhankar est un village perché dont les maisons ont été construites en hauteur de façon très originales, les maisons sont construite parmi la roche parfois même sur leur sommet, rendant le village tout particulièrement beau. C’est un des villages les plus visités ici.

On peut visiter le monastère qui se trouve au point le plus haut, une visite très surprenante à ne pas rater !

Le monastère commence à tomber en ruine, c’est compréhensible lorsque l’on voit de quoi il est fait :

Dhankar palace spiti

Le lac vaut bien le détour aussi ! Il suffit de faire une petite randonnée pour l’atteindre et avoir une vue culminante sur le reste du paysage.

Etant donné que je n’ai pas le permis pour continuer la route et passer de l’autre coté de la boucle, je dois faire demi tour, et j’en profite pour passer à Key

Le village de Key, vous l’avez forcément déjà vu

Le village possède un grand monastère entouré d’une multitudes de maisons pour les moines; c’est le monastère le plus connu ici. Le tout est perché sur une petit colline, dominant tout le reste de la vallée.

Le monastère se visite mais je vous conseille d’y aller le matin; les moines se réunissent et chantent un chant religieux bouddhiste. C’est très beau, mais aucune photo ni aucun bruit n’est toléré si vous voulez y assister.

Mais on peut toujours enregistrer le son :

Je continue ma route sur le retour mais en passant par Key, Kibar et Chicham; qui ne sont pas sur la route principale; je sais que je perdrai un peu de temps sur cette route secondaire mais j’ai horreur de repasser 2 fois au même endroit. Et en plus de ça la route est encore très belle et différente !

Ici les villages se transportent les matériaux par un chariot sur un câble et une poulie; traversant le vide entre 2 montagnes

Chandrataal Lake

C’est un lac qui se trouve au départ de la route de la vallée de Spiti, un peu avant la rivière gelée. La route monte très haut parmi les sommets, et elle est un peu dangereuse car beaucoup utilisée par les 4×4 de touristes qui ne ralentissent que très peu.

Pour avoir accès au lac il faut aussi un permis !

Sans compter qu’il y a encore des rivières glacées à traverser, pendant que je passe un groupe de motard Indiens restent coincés à l’intérieur, l’un d’eux tombe dans la rivière, je me dépêche d’aller l’aider.

Lorsqu’on le remet sur pied je repars, je traverse sans problème, en me retournant le groupe d’Indiens sur les motos me regardent avec de grands yeux. Quand on est seul sur une moto et que l’on traverse des rivières profondes, on apprend très vite à se débrouiller parce qu’en cas de problème personne n’est là pour aider ! C’est un peu un cours intensif que j’ai subis tout au long de l’année.

J’arrive enfin au lac ! Le moment de décompresser et profiter du paysage.. Car après je devrais continuer la route retour et faire face de nouveau à cette rivière gelée, bien que je faisais le malin sur la rivière précédente juste avant, rien que l’idée de traverser la rivière du début une deuxième fois me stresse.

Finalement le retour se passe assez bien, je passe la rivière glacée tranquillement, maintenant que je connais les endroits à éviter c’est déjà plus simple. Mais la « rivière route » est encore bloquée par un tracteur et en descente elle est encore plus dangereuse. Lorsque je la traverse je croise le regard d’un autre motard Indien en sens inverse, il vient d’arriver lui non plus n’a pas l’air d’en croire ses yeux, lorsque nos regards se croisent, on explosent de rire; la situation est tellement tendu, dangereuse et abracadabrantesque qu’elle prête à rire !

Petite expérience local

Vers la fin je croise un viel homme local marchant sur le bord de la rout, je m’arrête et lui propose de l’amener, il refuse par politesse, j’insiste un peu et il grimpe derrière moi.

Environ 5km après, il me fait comprendre que c’est là qu’il habite et me propose de venir boire un Chaï, évidemment j’accepte même si je dois rentrer de nuit, je ne refuse plus ce genre d’expérience. Je rentre alors chez lui et son ami, ils sont tout deux bergers de chèvres et vivent ici :

rencontre locaux vallée de spiti

Et oui ils vivent à deux ici, l’intérieur n’est pas assez grand pour s’allonger complètement et le sol est rempli de crottins de chèvres qui s’avère très efficace pour allumer un feu, ils utilisent les crottins accompagné de bout de bois pour allumer le feu et préparer le Chaï.

rencontre locaux vallée de spiti

On discute comme on peut mais ils ne parlent pas un mot d’Anglais, mais parfois on a pas besoin de discuter pour vivre une bonne rencontre. Le viel homme avait l’air content qu’un touriste se soit arrêté pour le prendre lui en stop (le système de caste en Inde fait passer ce genre de personne pour des gens inutiles; ils ne reçoivent aucune aide ou même de relation venant des hautes caste dont les touristes font partie). Et de la même manière j’étais heureux de pouvoir avoir une expérience avec ce genre de personnes, voir comment ils vivent et voir à quel point ce sont des gens simples et biens.

rencontre locaux vallée de spiti
Voilà l’intérieur, très serré n’est ce pas?

Pour résumé

La vallée de Spiti aura été émotionnellement très forte pour moi. Les locaux ici sont en majorité Bouddhistes, très calme et très gentil. Les paysages eux, sont somptueux et complètement délirant. Pour tout dire, en écrivant cet article je me suis mis à y repenser, et rien que d’y repenser peut me donner la chair de poule. J’en ai certes vraiment bavé pendants ces quelques jours mais c’est ça qui donne encore plus de goût à l’aventure ! Si c’était à refaire je le referais sans hésiter, et je ne ferai même pas en sorte d’être mieux préparé !