Les Prairies pas si ennuyeuses que ça du Canada

parc-national-prairies

  Visiter le Parc National des Prairies

Informations sur le voyage

Présentation des Prairies et du Parc National des Prairies

  • Itinéraire : Traversée du Canada d’Est en Ouest
  • Date et durée du voyage : jeudi 8 août 2019, 7 jours
  • Nombre de voyageurs : Couple

Bonjour à tous !

Pour commencer et parce que des mots accompagnées d’images sont plus parlants, je vous invite à visionner notre vidéo « Notre traversée du Canada : sur les traces des dinosaures ». Vous y verrez un paysage complètement incroyable qu’on ne pensait absolument pas trouver, ici, au Canada. Nous étions bien loin des immenses forêts et des lacs à perte de vue !

 

Le décor des Prairies et la Big Muddy au milieu de nul part

Les Prairies sont principalement composées de champs immenses de blé, de maïs, de colza, etc… De pâturages étendus à perte de vue pour des centaines de vaches souvent noires et toujours regroupées au même endroit. De petites fermes dont beaucoup sont laissées à l’abandon avec autour quelques troupeaux de chevaux tachetés comme ceux des indiens. Et… des stations de pompages de pétroles par milliers, les unes à côté des autres dans certaines zones.

Parc National des Prairies

van canada

C’est très sec, il y a peu de points d’eaux et c’est relativement plat, quoique vallonnée en passant par le sud, par la route 1. Par cette route, c’est un tout autre paysage qui se dessine peu à peu, rompant la monotonie de ce décor platonique. On y a vu des collines et des espèces de grands dômes d’argiles mélangés à du charbon et je ne sais plus quoi d’autres ; très friables. Nous ne pensions pas trouver un paysage aussi aride. Nous étions plus que jamais sur les traces des amérindiens mais aussi des dinosaures comme plongés dans le décor de Jurassic Park.

Notre première découverte de ce paysage fut à la Cattle Butte (ou Big Muddy) en Saskatchewan. Nous étions envoûtés par cette énorme montagne de boues à l’apparence étrange formées par la pluie, c’était très artistique de loin ça ressemblait à du bois sec. Chaque pan avait un relief différent. Cet endroit est surveillé de près par des familles de spermophiles qui y ont élus domicile et probablement beaucoup d’autres animaux. Des trous dans les parois laissaient présager que des coyotes et des oiseaux devaient y vivre. Bref, nous n’étions pas seuls ! Alors attention à ce que vous faites, vous êtes surveillés.

Parc National des Prairies

Parc National des Prairies

animal canada

 

Le parc national des Prairies : bloc Ouest 

Nous sommes arrivés dans la soirée au parc national des Prairies. Nous nous sommes garés sur le parking où se trouve la randonnée 70 Mile, pour y dormir (4/5 nuits sans problème). Un paysage montagneux idyllique, où un seul pied posé sur cette terre nous a suffit à tomber instantanément amoureux ! D’ailleurs comme nous avions roulés toute la journée, on n’a pas pu s’empêcher de faire le début de la randonnée et de se perdre hors du sentier pour voir le coucher de soleil et au-delà des montagnes. D’un côté l’astre du jour partageait ses dernières lueurs de la journée, de l’autre, la lune, ronde et lumineuse se levait tranchant le bleu sombre du ciel.

Parc National des Prairies

Parc National des Prairies

Parc National des Prairies

 

Dès le lendemain matin, nous nous sommes levés aux aurores et nous sommes de nouveau montés au sommet d’une des montagnes mais cette fois-ci pour regarder la lumière dorée inonder la vallée en contrebas. La nature dormait encore. Seuls les biches avec leurs petits profitaient de se calme et de ces derniers instants de fraîcheur pour brouter. La rosée séchait au fur et à mesure que le soleil montait. Les grillons et crickets se mettait à chanter en cœur, les fleurs déployaient leurs pétales, une nouvelle journée commençait avec douceur. La randonnée que nous avons faite ce matin là était le sentier de la Butte-Eagle (2km) et le sentier de la butte-70 Mile (2km), c’est une boucle.

butte eagle

butte 70 mile biches

Parc National des Prairies

plantes

Nous sommes venus dans ce parc surtout pour voir des bisons des prairies sauvages, les derniers du Canada. Malheureusement pour nous, le parc est tellement grand qu’on n’a vu qu’un mâle de très loin ! D’ailleurs ça nous paraissait bizarre de le voir seul, si loin de son groupe. Ou peut-être que le groupe n’était pas si loin, juste caché derrière les collines !?

Et de ce côté il n’y a pas que des bisons, suivant la saison où vous allez et jusqu’où vous vous enfoncerez dans les Prairies, vous pourriez croisez des antilopes d’Amériques ou Antilocapre, des cerfs de virginies et cerfs mulet, des coyotes, des iguanes, des blaireaux d’Amériques et des serpents à sonnette. 

Nous avons également fait la route panoramique de l’écocircuit (80 km aller/retour), prévoir entre 2 et 3 heures. C’est sur cette route que nous avons pu observer les dernières colonies de chiens de Prairies du Canada, plutôt impressionnant. Ils vivent les uns sur les autres, par centaine ou même par millier peut-être !? Tout le long, il y a des points de vus et des petites balades à faire avec des descriptions sur les endroits. On a beaucoup aimé la faire, il y avait même un arrêt où nous pouvions nous entraîner à lancer le lasso et franchement ce n’est pas simple du tout !!

 

Le parc national des Prairies : bloc Est

Attention car les deux blocs sont à deux heures l’un de l’autre. On pourrait presque dire que ce sont deux parcs indépendants. 

Pour aller dans ce bloc là, impossible de se tromper, il n’y a qu’une seule route et au bout il y a un camping, donc pas le choix que d’y payer une nuit pour dormir (15,99$), c’était trop risqué de chercher un endroit retiré ou caché pour passer la nuit dans notre van. Après c’était parfait pour nous, parce que nous étions au pied d’une randonnée qu’on voulait absolument faire ; le parcours de la vallée des 1000 Devils (12km, aller/retour). Avant de la faire, nous avons été à l’accueil du camping pour avoir plus de renseignement parce que dans les prospectus on avait presque l’impression qu’on s’embarquait dans une randonnée de la mort ! Pas de réseau, chemins difficiles à trouver, très chaud en été. Au finale on a eu super froid (l’automne devait pointer le bout de son nez), les chemins n’étaient pas si difficile que ça à trouver et en prime au bout de la randonnée, il y a plusieurs zones de fouilles archéologique !! D’ailleurs quand nous y étions, trois paléontologues découvraient petit à petit un ossement de tricératops, on a pu discuter un peu avec eux, c’était génial ! Ils nous ont aussi dit, que l’on pouvait marcher un peu partout dans la vallée, on trouverait sûrement des fossiles, et en effet à chaque fois que l’on regardait à terre, on en découvrait de nouveaux. Un vrai paradis pour les amoureux de dinosaures !!!

vallée des 1000 devils

vallée des 1000 devils

jurassik fossil

Il y aussi une route panoramique de ce côté mais nous ne l’avons pas faite par manque de temps, mais elle paraissait magnifique, si vous avez plus de temps que nous, faites-là les guides des parcs vous en diront que du bien. 

 

Pour conclure

Bon Inutile d’en dire plus, vous devez absolument aller dans ce parc et surtout n’écoutez pas les Canadiens qui vous dirons soit de passer par les Etats-Unis ou soit de tracer pour arriver le plus vite possible de l’autre côté car franchement ce serait dommage de le rater, ce parc mérite d’être vu parce qu’on y trouve un paysage absolument incroyable, impensable au Canada ! Et impossible pour nous de vous dire quel côté nous avons préféré. Nous sommes restés plus longtemps dans le bloc Ouest, mais les deux sont magnifiques et ont des choses complètements différentes à voir alors, à vous de juger ?.

Bon voyage !

Si vous avez appréciez l’article, n’hésitez pas à nous suivre sur YouTube, Instagram et Facebook :).

 

#guidegoyav #MarinArthur #Grasslands #Canadaprairies #Lesprairies #Canada #Roadtripcanada #Roadtrip #francaisaucanada #canadaexplorezsansfin #pvt #pvtistes #pvtcanada #pvtistescanada #guidevoyage #guidevoyagecanada 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.