Une rando solo en forêt de Tronçais

Amateur de randonnées et/ou de plaisir solo, ce carnet de voyage est fait pour vous ! Étant moi-même, une grande amatrice d’exploration, je tiens ainsi à vous faire part de l’expérience que j’ai vécu en me rendant dans l’un des plus beaux massifs forestiers de France : la forêt de Tronçais.

Randonnée de 2 jours dans la forêt de Tronçais

Informations sur le voyage

  • Durée : 2 jours
  • Nombre de voyageurs : Solo
  • Budget par personne : 150 euros €
  • Budget utilisé pour :
    • Vol ou transport
    • Food & drinks
  • Itinéraire : 1=Nantes 2=Cérilly 3=Ainay-le-Château 4=Saint-Amand-Montrond
  • Logement(s) recommandé(s) :
    • Foret de Tronçais
  • Adresse(s) recommandée(s) :
    • Auberge du rond gardien

Jour 1 : l’envie de se déconnecter

Nous sommes le 05 novembre 2021 et ça y est, je vais enfin pouvoir profiter de ces quelques jours de vacances. L’envie de m’éloigner de mon petit cocon nantais s’était déjà fait sentir depuis plusieurs mois, mais sans trop d’idées précises. Jusqu’à ce matin, ou sur un coup de tête, je me suis décidée à faire mon sac, après avoir regardé un documentaire. Une émission qui parlait, je vous laisse deviner ? La forêt de Tronçais. Cette magnifique forêt s’étalant sur 11 000 hectares et labellisée forêts d’exception en 2018. Moi qui avais déjà un faible pour tout ce qui touche à la nature, je n’ai donc pas mis longtemps à me décider. Au début de l’après-midi, je me suis donc envolé, pour ce petit périple improvisé, avec ma nouvelle Ford tourneo en direction de Cérilly dans l’Allier (03). 4 h de route et demie plus tard, j’arrive enfin à destination. Je trouve alors, et sans difficulté, un coin assez tranquille où poser ma tente, près du rond du pendu.forêt du tronçais randonnée

Jour 2 : vive l’instant présent !

Je me réveille au son des voitures qui passent sur la grande voie. Celle qui traverse la forêt et qui va d’Ainay-le-Château à Cérilly. Une fois mes affaires rangées, je pars vers le rond-point principal : le rond Gardien. De là, plusieurs grands panneaux explicatifs, indiquant les quelque 36 arbres remarquables, 57 ronds forestiers et 40 sources d’eau. J’y note la présence de nombreux sentiers et voies pour VTT. Voyant que 3 arbres imposants ne se trouvent pas loin, je commence à trotter vers eux. En premier, je tombe sur le chêne Emile Guillaumin, sur le chêne Charles louis-Philippe puis sur le chêne carré. Trois patriarches hauts de 30 m et vieux de 400 ans ! Impressionnée, je prends le temps d’observer les alentours. Tout est calme et je ressens une véritable ambiance bienveillante. Un peu plus loin, après avoir entendu le bruit d’un ruisseau, je découvre le font de Viljot. Cette source naturelle peut, dit-on, prédire un mariage si la jeune fille qui y fait couler une épingle et la retrouve droite au fond de l’eau. N’ayant pas d’épingle sur moi, je me suis donc résolu au célibat ! Fuyant la tribu d’autres touristes qui venait alors dans ma direction, j’ai coupé à travers les bois pour revenir à mon point de départ. Un casse-croûte à l’auberge du rond gardien et hop, c’est reparti. Cette fois, mon objectif fut le circuit de la Sologne et la futaie Colbert. Me garant au rond Apollon, je pars à la recherche du chêne Stebbing (l’un des plus vieux), sur la route menant au rond neuf. Une fois ce dernier atteint, je choisis un sentier m’indiquant le chêne de la résistance (majestueux, lui aussi). En chemin, je croise 2 chevreuils et… des cueilleurs de champignons ! Je finis tout de même par atteindre les bords de la Sologne et l’étang de Morat. Rejoignant le petit village de Saint-Bonnet-Tronçais, j’y observe de nombreux pêcheurs, une loutre, et même un cygne noir ! Pour peu de temps, hélas, car une troupe de chasse à cour arrive, comme à l’ancienne, avec chiens et fanfare. Du rond du vieux Morat, je repars donc récupérer ma voiture et déniche un second lieu de repos pour la nuit près du rond Buffévent. fontaine de viljot

Jour 3 : brrr, qu'est ce qu’il fait froid !

Brrr, cette seconde nuit était glaciale, -5°. Mais grâce à un équipement de qualité (et à un réchaud ultra performant), j’ai tenu bon. J’avais prévu de rentrer chez moi dans l’après-midi, il me restait donc toute une matinée à dépenser. Et pour ce faire, je suis allé voir les fameux chênes jumeaux ainsi que le chêne sentinelle. Situé dans une partie de la forêt complètement différente de ce que j’ai pu voir jusque-là (avec plus de relief), j’ai ensuite tenté de trouver un des fonts qui était affiché sur ma carte, sans succès. Mais à la place, j’ai fait la rencontre d’une petite troupe de biches. Avec toutes ces belles couleurs automnales, l’instant était magique. De retour au rond buffévent, j’ai finalement dit au revoir à cette belle forêt ancienne, située à seulement quelques kilomètres du véritable centre de la France.forêt du tronçais randonnée

 

Alors si vous aussi vous voulez découvrir cet endroit unique qu’est la forêt de Tronçais, rendez-vous maintenant sur la carte de la forêt et sur les randos à faire  pour découvrir tous ses trésors. Au passage, je vous invite à faire un tour du côté de St Amand-Montrond, qui est une ville de la région absolument magnifique ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *