Tanzanie et Zanzibar

road trip et safari en tanzanie
Jambo ! La Tanzanie en road trip, faire un safari animalier, c'était LE voyage de mes rêves. J'espère vous donner très envie d'y aller !

Road trip et Safari en Tanzanie

Informations sur le voyage

  • Durée : 2 semaines
  • Nombre de voyageurs : En couple
  • Budget par personne : +/- 4000 €
  • Budget utilisé pour :
    • Vol ou transport
    • Logement
    • Activités
    • Visites
    • Food & drinks
  • Itinéraire : Zanzibar : - Nungwi 3 nuits - Jambiani 4 nuits Tanzanie : - Arusha 1 nuit - Parc de TARANGIRE/Karatu 1 nuit - NTUDU, NGORONGORO 1 nuit - Parc du SERENGETI 2 nuits - Cratère du NGORONGORO - Retour Arusha 1 nuit
  • Logement(s) recommandé(s) :
    • Nungwi Dreams by Mantis
    • Blue Oyster Hôtel
    • Marera Valley Lodge
    • Mbugani
    • ThornTree Camp
  • Adresse(s) recommandée(s) :
    • Beach Baby Lodge restaurant
    • Aluna Beach restaurant

Zanzibar - NUNGWI

Aller faire un safari en Tanzanie, c’est l’occasion de combiner ce voyage avec un séjour sur l’île de Zanzibar.

Pour une question d’organisation par rapport aux vols nous avons choisi de commencer par celle-ci et finir par le safari. D’ordinaire les voyageurs font l’inverse afin de pouvoir s’y reposer avant de rentrer.

Après moultes heures passées à chercher les meilleurs endroits où séjourner, notre choix c’est porté sur Nungwi la touristique pour 3 nuits, et Jambiani plus authentique pour 4 nuits.

Sur l’île seules les routes principales sont goudronnées, le reste c’est terre ou sable même les accès aux hôtels. Les distances ne sont jamais très longues mais c’est pour cette raison que parfois un simple trajet peut prendre plus d’une heure.

C’est en 1h30 que nous rejoignons notre premier hôtel, le Nungwi Dreams. Les routes principales sont goudronnées, tout le reste est en terre et c’est finalement la partie qui prend le plus de temps. Il a plut le jour de notre arrivée, il y a des énormes flaques de partout et nous le constaterons bien le lendemain où il sera très difficile de rejoindre le village à pied.
Il se trouve à distance de l’agitation de la ville, 15 minutes à pied sur une petite plage très tranquille loin des beach boys et dispose de deux piscines.

Zanzibar - NUNGWI

On comprendra vite qu’à Zanzibar comme en Tanzanie le service est long, « polé polé » comme ils ont l’habitude de répéter, comprenez « doucement doucement ». Ils sont aussi très adeptes du « Hakuna Matata » qui veut cette fois-ci dire “pas de soucis”.

Zanzibar - NUNGWI

Sur le chemin pour se rendre au village se trouve le Baraka Natural Aquarium. Moyennant 10$ par personne vous pouvez nourrir et nager avec des tortues.
Je ne recommanderai pas vraiment cette activité, nous sommes arrivés tôt mais quelques instants plus tard l’endroit était pris d’assaut et n’avait plus rien de naturel.

Baraka Natural Aquarium

Le jour suivant nous avons fait la sortie en bateau très réputée à Mmenba Island. J’avais trouvé les cordonnées d’un “captain” sur internet, et c’est à notre hôtel qu’il est venu nous chercher pour nous amener directement sur le lieu du départ en bateau. C’était un petit bateau privatisé, sur lequel nous avons rejoins le premier spot en 15 minutes de navigation. Il se trouve qu’il y avait quelques dauphins venus se reposer dans la baie, malheureusement pris eux aussi d’assaut par les quelques bateaux présents. Ce n’est pas le genre de choses que nous aimons faire, c’et un peu la chasse aux dauphins et donc nous ne nous éternisons pas à cet endroit.

Ensuite second arrêt sur un spot de snorkeling. Le captain n’a vraisemblablement pas fait attention mais il nous a lâché dans un banc de méduses et est parti plus loin, où nous devions le rejoindre à la nage. Seule solution les traverser, puisque il était très occupé à papoter avec ses amis des autres bateaux…

Ce sont de petites méduses transparentes, pas du tout celles que j’ai l’habitude de voir sur ma Côte d’Azur. Réellement on arrive à bien les repérer une fois qu’elles sont devant votre masque. D’ailleurs je suis heureuse d’avoir porté ce jour là l’intégral de Decathlon, il m’aura au moins épargné de ne pas être piquée partout au visage !!
Sur le coup ça ne fait pas vraiment mal même si ce n’est pas très agréable, mais bout à bout j’ai du avoir une centaine de piqures sur tout le corps !!! Jonathan aussi les a senti mais allez savoir pourquoi il n’a aucune trace.

Elles ressemblent à des piqures de moustique au bout de quelques heures, sauf que ça gratte non-stop… pendant des jours ! Heureusement j’ai fini par trouver de l’aloe vera à la ferme aux épices que nous avons visité plus tard. Je vous recommande chaudement de partir avec un petit pot dans votre valise en cas de piqures, brulures etc… j’ai donc passé le reste du séjour à m’en tartiner jours et nuits.

Zanzibar - JAMBIANI

Pour la 2ème partie de séjour à Jambiani 1h30 de voiture nous sépare de notre hôtel, le Blue Oyster. Arrangé avec eux, cela nous a couté 70$.

C’est un lieu qui se veut écologique, donc pas de piscine, pas de clim, pas de superflu, et pas de… fenêtre ! Je m’explique : il y a bien des ouvertures dans les chambres, avec des petits volets mais aucun verre. Au début c’est un peu bouleversant, d’autant plus que nous avons eu la tempête le premier soir, mais en réalité nous nous sommes très vite habitués.

Sa position est face à l’océan, accès direct à la plage accessible aux heures de marée basse. Il dispose d’un restaurant dont le menu change tous les deux jours, et le personnel de tout l’établissement est adorable.

Jambiani

Jambiani

Lors de la marée basse il est impossible de se baigner à moins d’aller très loin, mais ce n’est pas recommandé. Ce qui est agréable c’est de se balader sur la plage, aller à la recherche des étoiles de mer, observer les poissons qui restent et surtout faire attention aux nombreux oursins 🙂

Jambiani

Jambiani

A notre arrivée j’avais organisé une petite sortie sur un “dhow”, les bateaux traditionnels de Zanzibar. Nous rencontrons donc le “captain Zappy” super sympa et accueillant.

Pour 10$ par personne il vous emmène naviguer pendant plus d’une heure. Il propose aussi du skorkeling ou bien des sorties pêche. Il est vraiment très enthousiaste de recevoir du monde dessus, et nous avons passé un excellent moment.

Jambiani

Notre prochaine visite concerne une ferme aux épices. Pendant 2h30 nous avions eu 2 guides rien que pour nous, un anglophone officiel et un francophone du village non employé qui jouait l’assistant (selon lui). A la fin de la visite on vous proposera d’acheter des produits fait sur place (comme mon fameux aloe vera ou des épices). Nous en avons pris quelques uns car c’est un peu le jeu mais sachez que sur le marché de Stown Town et même partout ailleurs vous trouverez les mêmes choses beaucoup, BEAUCOUP moins chères.

La visite de la ferme se termine par un déjeuner dans une des maison du village où les travailleurs de la ferme habitent, et nous partageons ce repas avec notre guide francophone avant de lui dire au revoir.

L’après-midi vous avons visité Stone Town pendant environ 2h, surtout le centre historique et la partie piétonne. Là aussi un guide anglophone nous attendait. L’excursion nous aura tout de même couté 150$ pour deux.

Jambiani

Jambiani

Pendant notre séjour à Zanzibar, il y a beaucoup d’excursions ou d’endroits à voir et les distances prenant souvent du temps de trajet, nous avons fait le choix de visiter la fôret de Jozani, non loin de l’hôtel, avec un guide anglophone sur place.

Nous sommes à nouveau passés par l’hôtel pour programmer cette journée et avons payé 100$ pour deux avec le transport, mais on aurait pu s’en sortir pour bien moins cher en passant par un transfert extérieur et payer sur place le guide… #grostouristes.
C’était cependant très intéressante, nous avons vu beaucoup de singes.

singe Jambiani

Jambiani

Tanzanie - Parc de TARANGIRE

Nous avons passé une nuit à Arusha, après une petite heure d’avion avant de commencer notre safari tant attendu !

Pour cela j’ai fait confiance à Philipo ,un guide francophone Tanzanien qui a monté son entreprise et n’a que quelques Jeep à disposition. Je cherchais vraiment une petite structure plutôt que les grosses entreprise qu’on croisera partout dans tous les parcs.
C’est sur des forums de voyages que je l’ai trouvé, en lui donnant notre budget et nos envies il nous a fait cette proposition qui nous convenait.

Il a choisi pour nous Rama, un guide francophone avec beaucoup d’expérience, mais comme il ne conduit pas c’est Peter, le frère de Philipo qui nous conduira. Nous avons donc 2 paires d’yeux affutés comme jamais prêts à nous débusquer le moins animal ! Nous avons toute la Jeep pour nous, pouvons changer de place à notre guise, et le toit se monte pour pouvoir mieux observer les animaux.

Le premier parc, Tarangire se trouve à 1h30 de route d’Arusha. Il fait 2850km2, et porte le nom de la rivière qui le traverse. Ici nous allons voir nos premiers animaux : Des lionnes, éléphants, zèbres, girafes, phacochère… Je vous raconte pas mon excitation !!!

Dans chaque parc traversé nous voyons surtout les autres Jeep à l’entrée, là où nos guides doivent s’acquitter des taxes. On en croise après sur les pistes, et surtout où les animaux rares sont aperçus. Toutes les jeep de n’importe quelle compagnie sont équipées de talkie-walkie, ils se mettent tous sur la même fréquence et se partagent les info quant aux positions des animaux. C’est aussi comme cela qu’on a pu en voir, il y a une vraie entraide entre les guides qui se connaissent d’ailleurs presque tous.
Dans ce parc il est internet de descendre de la voiture même pour une envie pressante. Fort heureusement il y a quelques aires de picnic pour faire un break.

Tanzanie - Parc de TARANGIRE

Tanzanie - Parc de TARANGIRE

En fin d’après)midi avons pris la direction de l’hôtel en profitant de la vue sur le lac Manyara se trouvant sur la route et arrivons au Marera Valley Lodge.
L’hôtel dispose d’une immense piscine, notre chambre l’était tout autant avec une superbe vue sur la nature.

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Le lendemain, direction la région du Ntudu, qui fait partie de la zone de conservation du Ngorongoro. Pour y accéder nous longeons d’ailleurs le cratère. Il pleut et absolument rien n’est goudronné. Nous croisons des dizaines de voitures, camions et bus s’étant bloqués dans la boue. Chapeau à notre chauffeur qui conduit comme un chef.

Nous croisons en chemin quelques villages Maasai, très présents dans cette région. Notre guide nous explique qu’ils ont le droit de vivre ici mais pas de cultiver. Ils ont d’ailleurs étaient chassés du Serengeti, il n’y en a plus aucun.

Dans cette endroit de Tanzanie nous avons vu nos premiers gnous, des dizaines, en fait des centaines, que dis-je des milliers ! Il y en aurait plus de 2 millions en Tanzanie, et les zèbres ne sont jamais bien loin.Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

A ce stade de l’année c’est la période des naissances. Nous rencontrons notre première guépard, accompagnée de ses bébés moment complètement « awwwwww naaaan c’est trop mimi» du voyage. Ils n’ont absolument pas peur et viennent même jouer sous notre jeep. Bon maman guéparde veille au grain, n’est pas très contente et n’hésite pas à venir les chercher fissa fissa.

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Vous vous souvenez des paysages à perte de vue dans le “Roi Lion” ? Bon bah tout pareil ! Des plaines, un arbre perdu, du sable, à nouveau des plaines…
Dans ce parc nous pouvons descendre de voiture, nous mangeons donc sous l’ombre d’un des rares arbres trouvés, et non loin une guéparde se rempli la panse également. Je vous laisse apprécier…

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Le soir venu, nous découvrons notre premier « tented camp » du safari, le Mbugani. Nous faisons la connaissance de Mollel, qui nous accueille comme si nous étions des VIP. D’ailleurs réellement ce soir là nous étions les seuls visiteurs, sur une dizaine de tentes seules la notre était occupés. VIP n’est vraiment pas de trop. Nous avons eu le plaisir de prendre l’apéritif devant un feu rien que pour nous, à deux pas de notre tente mais au beau milieu de nul part.

A l’intérieur tout le confort nécéssaire y est j’en aurai jamais attendu autant en pleine savane : un lit confortable, avec moustiquaire de quoi ranger ses affaires si besoin, douche WC privés.

La nuit nous entendons les animaux sauvages, surtout les gnous ! Au petit matin en ouvrant les toiles de la tente, alors qu’il fait encore presque nuit, des zèbres passent en courant juste devant chez nous, quel spectacle !

Tanzanie - NTUDU, NGORONGORO

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Nous reprenons la route et entrons dans le célèbre parc du Serengeti. Ici le paysage change tout le temps ! Il est composé de plaines, puis de collines, et d’un coup sorti de nul part des palmiers et un plan d’eau comme un mirage. Le parc naturel fait plus de 14 700km et nous nous concentrons surtout sur la partie centrale, là où nous avons le plus de chance de croiser des animaux recherchés.

Nous avons eu beaucoup de chance tout le long de notre safari, et croisons à nouveau des lions et lionnes, des éléphants, de nombreuses girafes, des hippopotames se rafraichissant dans l’eau, des hyènes, chacals, plusieurs sortent d’antilopes un peu partout, quelques léopards dans les arbres, gazelles, crocodiles, vautours, aigles, babouins, serval (chat sauvage), sans oublier bien sur les gnous et zèbres ! C’est donc un parc très complet au niveau de la faune.

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Tanzanie - Parc du SERENGETI

Nous avons passé deux nuits dans ce parc, la première au ThornTree Camp. La seconde au fabuleux Serengeti Sound of Silence, qui se trouve au bout du monde. Après au moins une heure de piste pour y arriver, où l’on a pu observer bien sur des animaux, nous arrivons au camp “luxe” du séjour. Accueillis comme des princes nous nous retrouverons à nouveau les seuls visiteurs ce soir.

Les tentes sont incroyables, magnifiquement décorées. Le personnel est vraiment avenant et chaleureux, le repas et le petit-déjeuner le sont tout autant.

Tanzanie - Cratère du NGORONGORO

Réveil très matinal au dernier matin de notre safari, en reprenant la route doucement vers Arusha nous visitons comme prévu le cratère.

Nous arrivons par le haut et ne croisons pas énormément de monde car chaque voiture est limitée à une durée de 6h à l’intérieur, afin de réguler le trafic.Il y a un superbe point de vue avant d’entamer la descente dans le cratère qui doit être magnifique, malheureusement pour nous ce n’était pas notre cas car la pluie était de la partie.

Les animaux qui y vivent ne migrent pas, on peut donc les y retrouver toute l’année à n’importe quelle saison. Nous croisons à nouveau beaucoup d’animaux, des babouins, flamants roses etc mais la spécificité ce sont les rhinocéros qu’il est difficile à trouver. Il y en aurait une trentaine et nous en avons vu 3.

Cratère du NGORONGORO

Le cratère fait 326m2, les paysages changent aussi régulièrement malgré que l’on soit dans un ancien volcan ! Pendant quelques pistes comme ailleurs dans tous les parcs que nous avons fait, il nous arrive de ne voir aucun animal. Même pas de gnous :)!

Cratère du NGORONGORO

Cratère du NGORONGORO

Cratère du NGORONGORO

Cratère du NGORONGORO

Après quelques heures passées dans le parc et après avoir essuyé également la grosse tempête, nous repartons en fin de journée vers Arusha où nous passerons notre dernière nuit avant notre retour en France.

Tanzanie - Materuni

Nous repartions de l’aéroport international du Kilimandjaro, qui se trouve à 1h30 d’Arusha.

Notre vol étant en fin d’après-midi, j’avais convenu avec Philipo d’une dernière petite excursions.

C’est donc sur la route pour rejoindre notre avion que nous nous sommes arrêtés au village de Materuni, qui se trouve à 1800m d’altitude, un des derniers village avant le Kilimandjaro. Ce sont des anciennes tribus Chagga, elles vivent de l’agriculture sauvage que propose cet endroit, notamment célèbre café Tanzanien.

Materuni

Nous commençons une petite marche de 40 minutes pour se rendre à la cascade la plus haute (en taille) du Kilimandjaro, 90 mètres. C’est accessible plutôt  facilement, le site est très beau sans personne, on peut s’y baigner (si on ne craint pas l’eau froide, ce qui n’est pas notre cas !). En chemin nous ne croisons d’ailleurs que des habitants du coin.Materuni

A notre retour au village, un groupe de jeunes nous explique tout le procédé de la « fabrication » du café, et nous participons à chaque étape. Nous avons pu ensuite déguster notre café qui pousse un peu partout ici de manière exclusivement sauvage. Je crois qu’il pousse tellement par lui même qu’ils n’auraient même pas besoin de le cultiver. Plus bio que ça c’est n’est pas possible. Nous mangeons sur place des plats locaux dont les ingrédients ont aussi été cultivés de la même manière.Materuni

Peter nous accompagne à l’aéroport et nous repartons la tête pleine de souvenirs, nous avons été très chanceux d’aller visiter cette partie d’Afrique, j’ai pu réaliser un de mes rêves.

Vu l’allure à laquelle ma fille aime découvrir les choses, et comme elle aime déjà les animaux, j’ai hâte de pouvoir lui faire ce cadeau un jour 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *