Une paranthèse andalouse, Espagne

visiter l'andalousie en 7 jours
Située à l’extrême sud de l’Espagne, non loin du détroit de Gibraltar et du Maroc, l’Andalousie est l’une des régions les plus étendues du pays et borde à la fois la Méditerranée et l’Atlantique. Bien que très sec, son climat méditerranéen en fait une destination prisée des voyageurs enquête de soleil, les températures atteignant facilement les 40°C de juin à septembre.

  Visiter l'Andalousie en 7 jours

Informations sur le voyage

  • Durée : 1 semaine
  • Nombre de voyageurs : Solo
  • Budget par personne : 750€ €
  • Budget utilisé pour :
    • Vol ou transport
    • Logement
    • Activités
    • Visites
    • Food & drinks
  • Itinéraire : 1 = L'arrivée ; 2 = Cordoue ; 3 = Séville ; 4 = Grenade ; 5 = Le départ ; 6 = En bref
  • Logement(s) recommandé(s) :
    • Pension Nuevo Suizo
    • Cueva del Duende

L'arrivée

Partir hors-saison, en octobre, présente deux avantages majeurs : éviter les hordes de touristes qui peuplent ces terres l’été pour apprécier au mieux les trésors andalous, et profiter d’un temps très clément sans être assommé par des chaleurs insoutenables qui peuvent rendre difficiles certaines visites.

L’Andalousie est facilement et rapidement accessible en avion, la connexion entre Paris et Séville se faisant en à peine 2h30 de vol. C’est ainsi que je me décide à quitter la grisaille et le froid vers la douce chaleur espagnole, où le thermomètre affiche depuis quelques semaines plus de 30°C. Bonne nouvelle, il n’est pas prévu de chute des températures pendant mes vacances, je peux glisser mes shorts et t-shirts dans la valise, exit les gros pulls !

Assuré par la compagnie Vueling depuis l’aéroport d’Orly, mon vol est prévu en soirée avec un départ à 20h55 pour une arrivée à 23h20. Malgré une petite frayeur avec le malaise d’un passager durant le trajet, ameutant tout l’équipage ainsi qu’un médecin parmi les voyageurs, nous ne dévions pas de notre trajectoire et arrivons à bon port, chacun en bonne santé et remis de ses émotions. Avant de récupérer nos bagages, nous nous plions au contrôle sanitaire des autorités, en présentant le QR code généré suite au remplissage du formulaire Spain Health Travel, obligatoire pour toute entrée sur le territoire espagnol. Dernière étape « santé », nous passons sous d’impressionnants capteurs de température puis récupérons enfin nos valises.

L’aéroport de Séville étant légèrement excentré du centre-ville, j’attends une dizaine de minutes l’arrivée de la navette EA (Especial Aeropuerto), seule solution en-dehors des taxis pour rejoindre le cœur de la ville, direction la Plaza de Armas. Le ticket coûte 4€ et s’achète directement auprès du chauffeur. Je m’arrête une bonne demi-heure plus tard à la station Marqués de Paradas puis finis à pied le kilomètre me séparant de mon auberge, Nuevo Suizo (Callejón Azofaifo 7). Bien qu’il soit déjà plus de minuit, le thermomètre affiche encore 24°C. La chaleur quotidienne explique certainement pourquoi de grandes bâches blanches sont tirées entre les toits des bâtiments à la manière de parasols protégeant du soleil.

Cordoue (jour 2)

À peine arrivé que je quitte Séville pour une première excursion vers le nord-est et Cordoue, l’une des trois villes phares d’Andalousie. Je passe une très mauvaise nuit entre la chaleur, les portes qui claquent sans arrêt et un lever matinal mais qu’importe, les vacances peuvent débuter. J’engloutis quelques tartines avec mon café puis file rapidement vers la gare ferroviaire Santa Justa, où m’attend un train de la compagnie Renfe (27,80€ A/R). Je m’arrête à la gare de Cordoue 40 minutes plus tard, faussant compagnie aux autres voyageurs qui poursuivent leur route jusqu’à Barcelone.

Sous un beau ciel bleu, je me rends vers la Mezquita-Catedral, véritable symbole de la ville, pour laquelle j’ai réservé mon billet d’entrée en ligne pour 10h (9€ avec la Youth Card). Pendant que j’observe avec amusement les locaux posés en terrasse avec leur traditionnel café au lait, je rencontre une touriste un peu perdue, c’est une française ! Nous faisons rapidement connaissance avant que nos chemins se séparent aux abords de la Puerta del Perdón, au pied du clocher de la cathédrale où se trouvait autrefois l’ancien minaret de la mosquée. Bien qu’une longue file se soit déjà formée, je pénètre rapidement et à l’horaire convenu dans les lieux.

Dès les premiers pas, on ne sait plus où donner de la tête devant cette harmonieuse succession de colonnes en marbre soutenant des arches rouge et blanc.

visiter l'andalousie en 7 jours : cordoue

La première partie du site nous fait découvrir l’architecture musulmane avec ces magnifiques stucs et ces mosaïques byzantines. Plus loin, je suis émerveillé par les stalles en bois du chœur de la cathédrale puis par ces chapelles ornée de dorures. Je reste près d’une heure à contempler ce chef d’œuvre de l’architecture hispano-musulmane où règne une atmosphère spéciale.

visiter l'andalousie en 7 jours

En sortant dans la cour intérieure, j’admire une dernière fois la tour qui rayonne sous le soleil puis quitte l’enceinte fortifiée direction les Écuries royales, qui ne sont finalement fermées de la semaine que le mardi… À deux pas de là, l’Alcázar de los Reyes Cristianos (5€) comble rapidement ma déception. Pourtant, le début de la visite dans la grande salle où sont exposées d’immenses mosaïques romaines me laisse sur ma faim. Fort heureusement, les somptueux jardins, divisés en trois parties, rattrapent le coup. L’odeur des fleurs, les beaux orangers et les jolies fontaines donnent envie d’y flâner toute la matinée.

Alcázar de los Reyes Cristianos

Les températures commencent à grimper lorsque je m’attaque à la Juderia, le pittoresque quartier juif de Cordoue avec ses ruelles pavées, ses bâtisses aux murs blanchis et ses balcons fleuris. Le meilleur exemple de ce mélange est certainement la jolie Calleja de las Flores. Je fais ensuite un rapide arrêt du côté de la petite synagogue, une des trois dernières encore présente en Espagne et la seule en Andalousie, avant de remonter la calle Judios pour contempler la Puerta de Almodóvar, l’ancienne porte fortifiée de la ville.

Puerta de Almodóvar

Le reste de la journée sera plutôt décevant, à commencer par mon déjeuner à El N°10 Taberna, où l’accueil froid, la petite portion servie de Salmorejo (la spécialité locale) et les prix excessifs m’ont rapidement fait fuir le restaurant. Je continue mon chemin vers la Plaza de las Tendillas, le cœur de la ville moderne avec ses immeubles administratifs, ses artères commerçantes et ses voitures. On perd ici tout le charme de la Juderia.

Je m’éloigne ensuite vers la Plaza del Triunfo et son monument rococo pour accéder aux rives du Guadalquivir par le bel arc de triomphe de la Puerta del Puente qui ouvre sur le Pont Romain. Très joli et animé, il débouche de l’autre côté sur la Torre de la Calahorra. La rive sud offre de magnifiques panoramas sur la mosquée et le quartier historique de Cordoue. Il ne faut pas partir sans jeter un œil aux ruines du barrage et des moulins à eaux qui datent de l’époque musulmane. Un endroit qui témoigne des multiples influences historiques de la ville (romaine, islamique et chrétienne).

Pont Romain de cordoue

En empruntant le Puente de Miraflores, je regagne le centre et découvre les sympathiques Plaza del Potro, Plaza de la Corredera et Plaza de Capuchinos. L’après-midi reste toutefois décevant et ce ne sont pas les fermetures de la Iglesia de Santa Marina, d’architecture fernandine, et de la Iglesia de San Lorenzo qui me feront changer d’avis… Je ne suis malheureusement pas récompensé des nombreux kilomètres avalés sous une chaleur étouffante (33°C). Seul l’étonnant Temple romain retient mon attention. Avant de quitter Cordoue, je traverse une dernière fois la Juderia, passe sous la Puerta de Sevilla, bien moins charmante que sa consœur, puis remonte le vaste parc aux grands palmiers jusqu’à la gare ferroviaire.

Temple romain

Je clôture cette rude journée par un excellent dîner en terrasse chez La Jaula de Papel, qui propose des tapas raffinées, notamment une délicieuse ensaladilla et d’étonnantes croquetas salchi. Sur le chemin vers l’auberge de jeunesse, j’admire le Metropol Parasol (ou Las Setas), une impressionnante structure ultramoderne en bois en forme de champignons.

Metropol Parasol cordoue

Séville (jour 3)

Avant de filer vers Grenade en fin de journée, je pars à la conquête du Real Alcázar de Séville. Pour m’y rendre, je traverse la jolie Plaza de San Francisco, ancien centre de la vie publique dominé par l’hôtel de ville (ayuntamiento). De l’autre côté de l’édifice s’étend la moderne Plaza Nueva qui débouche sur la Plaza del Triunfo, où attendent patiemment des dizaines de personnes auxquelles je me joins. J’ai réservé mon billet en ligne pour 10h (7€ avec la Youth Card) et entre quelques minutes plus tôt que prévu dans les lieux par le Patio del León, au pied des remparts.

Patio del León

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Alcázar justifie bien sa réputation, c’est une visite immanquable. Le palais royal de Séville est un chef d’œuvre de l’art mudéjar, un style adaptant les techniques et motifs hispano-musulmans aux évolutions de l’architecture chrétienne. Les salles intérieures regorgent de trésors qui laissent parfois sans voix, notamment le Palacio del Rey Don Pedro avec ses plafonds sculptés et ses stucs muraux, sans oublier le somptueux dôme en or du Salon de los Embajadores.

Palacio del Rey Don PedroJe me laisse porter par les charmants patios fleuris pour découvrir, entre autres, de grandes tapisseries ainsi qu’une jolie collection d’azulejos datant parfois du XIVe siècle.

 

Palacio del Rey Don Pedro tapisserie

Le long du palais se succèdent de magnifiques jardins, chacun ayant son propre univers (Jardin des Dames, Jardin Anglais ou Jardin des Poètes). Sous le chant des oiseaux, les arbres longilignes se mêlent aux haies parfaitement taillées, les fontaines aux édifices. Le tout forme un espace verdoyant calme et reposant, où il fait bon flâner loin de la cohue. Je ne suis presque pas surpris de rencontrer ici et là des dizaines de paons.

visiter l'andalousie en jours : jardins de séville

Après trois heures sur place, la faim commence à se ressentir. Une pause s’impose à Bodega Santa Cruz, qui propose tout un tas de tapas appétissantes. Je fais confiance au serveur pour une sélection de trois spécialités de la maison : montadito pringa, espinacas 5 quesos, carrillada. Accompagnés d’une bière bien fraîche, je m’en tire pour moins de 10€ et l’estomac rempli, prêt à attaquer cette chaude après-midi (plus de 30°C).

Bodega Santa Cruz

Encore une fois, tout ne se passe pas comme prévu, l’accès aux arènes de la Plaza de Toros de la Real Maestranza étant finalement payant, contrairement aux indications de l’Office du Tourisme mentionnant une entrée gratuite les mercredis de 14h à 16h. Je prends tout de même quelques minutes pour contempler ce bel édifice aux murs blanc et ocre. Dans le cadre de la Feria de San Miguel, ce temple de la tauromachie organisait plusieurs ferias en septembre mais je n’ai pas eu l’occasion d’assister à l’une d’elles.

Plaza de Toros de la Real Maestranza

Je continue ma route en traversant le Puente de Triana, qui donne sur la Plaza del Altozano, centre névralgique du quartier de Triana. Je longe le fleuve jusqu’au Puente del Cachorro afin d’admirer la Torre del Oro, un des édifices emblématiques de Séville avec sa silhouette qui domine les rives du Guadalquivir. Elle abrite de nos jours un musée maritime.

Puente del Cachorro

Je déambule ensuite dans les ruelles pavées de la ville jusqu’à la Monuments Area et visite rapidement les Archives générales des Indes (entrée gratuite), qui conserve des documents historiques d’une valeur inestimable. Pas surprenant d’y trouver des extincteurs tous les deux mètres. Avant de plier bagages pour Grenade, je me rends à l’Hospital de los Venerables. Bien que l’audioguide soit inclus, le ticket d’entrée est assez cher (10€) pour le peu à visiter. Malgré tout, le patio du cloître et surtout la magnifique église valent le coup d’œil.

Archives générales des Indes

Sur le chemin vers mon logement, je suis la charmante Callejón del Agua puis me pose à l’ombre des palmiers des Jardins de Murillo, avant de faire un crochet pour découvrir les arcades et les colonnes de marbre de la charmante Plaza del Cabildo.

En début de soirée, je marche jusqu’à la gare routière de la Plaza de Armas et grimpe dans un car de la compagnie Alsa, qui propose plusieurs connexions quotidiennes entre Séville et Grenade à des prix attractifs (42€ A/R). Après trois heures de route, j’arrive sur les coups de 22h et glisse rapidement dans un bus vers mon logement Cueva del Duende (Verea de Enmedio 41), une chambre troglodyte chez l’habitant perchée dans les hauteurs du quartier de Sacromonte. Les ruelles pavées et pentues me font arriver jusqu’au Mirador de la Vereda de Enmedio, un belvédère depuis lequel je contemple de nuit l’Alhambra.

Grenade (jour 4)

Ma visite de ce symbole andalou attendra le vendredi, date à laquelle j’ai réservé mon billet en ligne, une démarche préférable au vu de la forte demande. Je consacre ma journée à la visite de monuments religieux, à commencer par le Monastère de la Cartuja. Sur place, j’opte pour un billet combiné à 15€ incluant également l’accès à la Cathédrale et à la Capilla Real, ainsi qu’au monastère de San Jerónimo. L’audioguide est certes inclus dans le tarif mais il est nécessaire de télécharger au préalable plusieurs applications, ce qui n’est pas une mince affaire avec une connexion réduite… On entre dans les lieux par le cloître et ses orangers, qui ouvre sur différentes salles (réfectoire, capilla de Legos et salle capitulaire) exposant de grands tableaux religieux.

Monastère de la Cartuja

Bien que rapide, la visite de la Chartreuse de Grenade mérite le détour, notamment pour sa somptueuse église d’architecture churrigueresque. Ce véritable chef d’œuvre nous en met plein la vue avec ses colonnes salomoniques, ses motifs géométriques extrêmement travaillés, ses statues baroques, ses grands tableaux, et ses magnifiques retables dorés et colorés.

église de grenade

Le Sagrario ou Sancta Sanctorum la complète à merveille avec sa magnifique coupole présentant une fresque colorée, ses innombrables dorures et son tabernacle en marbre rose et noir. La décoration est certes chargée mais on ne s’en lasse pas, parcourant des yeux les moindres détails de ce formidable travail. À gauche du maître-autel, la sacristie constitue le clou du spectacle. La jolie coupole, les colonnes en marbre rose, les murs blancs aux motifs géométriques détaillés et le luxueux mobilier nous collent une nouvelle claque.

église de grenade

Toujours dans la partie nord-ouest de la ville, je m’attaque après une vingtaine de minutes de marche au Monastère de San Jerónimo. Je parcours rapidement les salles ouvertes au public qui ne présentent pas grand intérêt. Avant de quitter les lieux pourtant, je découvre la sublime église dont l’ornementation exubérante laisse sans voix. Au-delà des jolies fresques colorées, on ne peut être qu’admiratif du travail minutieux réalisé au niveau du retable et de la coupole.

Monastère de San Jerónimo

À deux pas de là, je décide de visiter la Basilique San Juan de Dios (5€ avec audioguide inclus). Je suis estomaqué par les innombrables dorures qui éclairent les lieux et en font ressortir toute sa beauté. Les nombreuses peintures, sculptures, sculptures sur bois et autres objets d’art complètent cette belle découverte.

Basilique San Juan de Dios

Sur le chemin me menant au quartier de la Cathédrale, je fais le tour du charmant jardin botanique de l’Université de Grenade puis traverse l’ombragée Plaza de la Trinidad pour déjeuner rapidement et économiquement, en profitant de la tapa offerte avec la boisson. Ce qui me laisse largement la place pour une bonne glace de chez Heladería Los Italianos.

Malgré quelques difficultés à trouver la porte d’entrée, je pénètre dans la Cathédrale de Grenade grâce au billet combiné acheté plus tôt. Je suis assez déçu du site malgré la beauté de la Capilla Mayor, qui domine la nef centrale, et de l’autel doré de la Capilla de Nuestra Señora de la Antigua.

Cathédrale de Grenade

J’enchaîne sans tarder avec la visite de la Capilla Real. Intégrée au corps de la cathédrale, elle a été commandée par les Rois Catholiques pour accueillir leurs tombeaux. Je ne suis pas, encore une fois, spécialement emballé par ce monument et ce n’est pas les interminables récits de l’audioguide qui me feront rester plus longtemps sur place… À noter tout de même la magnifique grille en fer forgé peint et doré, et les mausolées en marbre sous lesquels une petite crypte permet d’observer les sarcophages des souverains.

Je profite du reste de l’après-midi pour découvrir les alentours, entre la Plaza Bib-Rambla, la Plaza Nueva, les venelles du marché artisanal Alcaicería et le Corral del Carbon. Il est parfois difficile de trouver un coin d’ombre sous cette chaleur étouffante (34°C). Je continue mon chemin en traversant la charmante Carrera del Darro, une rue pittoresque à l’atmosphère médiévale qui longe le Rio Darro entre les collines de l’Albaicín et de l’Alhambra. Je passe devant la Casa Castril et la Iglesia de San Pedro y San Pablo puis arrive sur l’esplanade du Paseo de los Tristes, plutôt animée, avant de prendre de la hauteur en suivant la Cuesta del Chapiz.

Me voilà en plein cœur de l’Albaicín, un quartier pittoresque où l’on se perd volontiers dans ces ruelles pavées vallonnées qui s’enchevêtrent. La paisibilité des lieux et le charme des bâtisses blanches récompensent l’effort fourni. Situé sur les hauteurs près de la Plaza del Salvador et de son église collégiale, le Mirador de San Nicolás offre un panorama exceptionnel sur l’Alhambra.

Mirador de San Nicolás

Je retourne en fin d’après-midi vers mon logement, en empruntant des routes toujours aussi pentues au milieu des maisons troglodytes du Sacromonte, l’ancien quartier gitan de Grenade. Depuis plusieurs générations maintenant, ses habitants ont aménagé leurs demeures dans des grottes taillées à même la roche, conférant un charme fou au coin, bien que la population paraisse assez pauvre comparé au reste de la ville…

maisons troglodytes du Sacromonte

Je clôture ma journée du côté d’El Pozo, un bar à tapas qui offre un cadre fort sympathique avec son charmant patio fleuri. Pour mon plus grand bonheur, la tradition des tapas servies gratuitement avec une consommation est restée de vigueur à Grenade. J’ajoute à ma commande du soir la célèbre tortilla de patatas ainsi qu’un lomo con queso de cabra (tranche de porc étalée sur une tartine avec un morceau de chèvre).

Grenade (jour 5)

Ce vendredi est plutôt matinal puisque je m’attaque aujourd’hui au joyau de l’Andalousie, l’Alhambra. Ce vaste ensemble érigé du XIIIe au XVe siècle où s’entremêlent jardins, murailles et palais est une sorte de ville dans la ville. Je n’ai cessé de l’admirer depuis les hauteurs de l’Albaicín, j’ai donc hâte de découvrir ses richesses. Ce monument étant l’un des plus visités au monde et son nombre d’entrées limité, il convient de réserver son ticket à l’avance et en ligne (9 € avec la Youth Card), notamment pour accéder aux Palais Nasrides dont les horaires d’entrée sont très réglementés. Attention toutefois, le ticket acheté sur Internet n’est pas un billet d’entrée, il convient de se rendre au moins une heure à l’avance au guichet pour retirer le précieux sésame. Une sacrée organisation !

C’est donc sous un ciel encore sombre et une fraîcheur inhabituelle que je démarre mon ascension jusqu’au pavillon d’accès, perché à 843 mètres d’altitude. L’effort est assez intense et le cardio monte rapidement sur les pentes de la Cuesta del Rey Chico. La ville est encore endormie, pourtant, au sommet, la foule s’active déjà. J’attends patiemment jusqu’à 9h l’autorisation d’entrer dans le site pour rejoindre les Palais Nasrides dont la visite s’organise par tranche de trente minutes. Une fois à l’intérieur en revanche, on peut y rester aussi longtemps que l’on souhaite et profiter de ses trésors, malgré les nombreux touristes déjà présents. Pour la minute « histoire », les Nasrides sont la dernière dynastie musulmane d’Espagne, dont le règne débuté en 1238 sur le royaume de Grenade prit fin en 1492 par les Rois Catholiques.

Dès qu’on franchit la Portada del Mexuar, on ne sait plus où donner de la tête entre les colonnes en marbre blanc, les stucs, les frises d’azulejos et les plafonds en bois aux motifs géométriques. Une ornementation riche typique de ces palais érigés par les souverains nasrides. L’eau et la lumière y occupent une place centrale, en témoignent le joli Patio de los Arrayanes dont les buissons de myrtes bordent le long bassin, et le magnifique Patio de los Leones. Au milieu des colonnes et des arcades minutieusement ciselées trône une fontaine soutenue par douze lions, depuis laquelle partent quatre petits canaux.

Patio de los Leones

Au fond et à gauche du patio, la Sala de los Reyes et la Sala de dos Hermanas continuent de nous émerveiller avec leurs jolies coupoles.

Sala de dos Hermanas

La visite des palais se termine en traversant un petit jardin débouchant sur les Jardines del Partal. Très agréables, ils sont sublimés par un grand bassin et le superbe édifice de la Torre de las Damas.

Torre de las Damas

Je poursuis mon chemin vers la deuxième partie de l’Alhambra et également la plus ancienne, l’Alcazaba. On y accède en passant la très belle Puerta del Vino et son arche décorée d’azulejos et de stucs. J’ai moins apprécié cette citadelle, bien que ses différentes tours (Torre del Homenaje, Torre de las Armas, Torre de la Vela) offrent de fantastiques panoramas sur Grenade et en particulier les quartiers de l’Albaicín et du Sacromonte, avec en toile de fond la Sierra Nevada.

l’Alcazaba

Pour conclure ma visite, je remonte enfin jusqu’au Generalife. Ce palais est entouré de magnifiques jardins fleuris, dans lesquels on flânerait des heures au milieu des fontaines et cyprès, tout en profitant des nombreux points de vue sur l’Alhambra.

Generalife : visiter l'andalousie en 7 jours

Tandis que le soleil commence à chauffer, j’arrive jusqu’au charmant Patio de la Acequia puis décide de continuer ma promenade pour profiter des derniers trésors des lieux, parmi lesquels les ruines de l’ancienne médina, la Iglesia de Santa Maria ou le Couvent de San Francisco.

Patio de la Acequia

De retour sur la Plaza de los Aljibes, je file découvrir la cour intérieure du Palais de Charles Quint, magnifique et fascinante avec ses rangées d’arcades soutenues par des colonnes de pierre. Ce monument abrite le Musée de l’Alhambra, qui rassemble des pièces d’art de l’époque hispano-musulmane issues de l’Alhambra et d’autres demeures, ainsi que le Musée des Beaux-Arts. Je me contente de la visite du second nommé, ouvert gratuitement aux résidents de l’Union Européenne, où sont exposées de belles peintures et sculptures.

Musée des Beaux-Arts grenade

Finalement, mon ressenti sur l’Alhambra est assez partagé. Ce serait mentir de dire que j’ai été déçu tant ce lieu dégage une atmosphère spéciale et offre l’occasion de contempler des choses magnifiques. Simplement, les échos dithyrambiques que l’on entend partout avaient fait naître en moi de grandes attentes. J’en garde tout de même un merveilleux souvenir, c’est un site immanquable pour quiconque souhaite découvrir l’Andalousie.

Alors que je redescends la Cuesta del Rey Chico, j’observe avec amusement les visages déconfits des touristes affrontant la pente ardue, toujours étonné de croiser des personnes chaussées de talons compensés… le style avant tout dirons-nous. De retour dans le quartier de Santa Ana, je passe devant la jolie tour mudéjare de la Iglesia San Gil y Santa Ana puis longe la Plaza Nueva jusqu’à Los Diamantes, où de nombreuses personnes attendent qu’une place se libère à l’intérieur. Seul, je parviens à leur passer devant pour m’assoir le long du bar et déguster d’excellents calamars frits, bien que les prix soient relativement élevés pour la portion servie.

Iglesia San Gil y Santa Ana

En guise de balade digestive, je traverse la Plaza Maria Pineda et contemple la Basílica de Nuestra Señora de las Angustias. À l’est du centre-ville, j’arrive au cœur du Realejo, entre ruelles désertes et places animées aux terrasses bondées. Je fais une courte halte à l’ombre du parc Campo del Principe avant de remonter la populaire Calle Elvira pour passer sous l’arche de la Puerta de Elvira. La montée est vraiment raide et je ne suis pas encore au bout de mes peines puisque je tente de rejoindre les hauteurs du Mirador de San Miguel Alto par un sentier à peine balisé. Et quelle déception au sommet, entre le manque de propreté (détritus qui jonchent le sol, murs tagués) et un panorama loin d’être au niveau des autres belvédères.

Mirador de San Miguel Alto

Éreinté par ces incessantes montées, je ne veux pour autant pas terminer mon séjour grenadin de la sorte. Je jette donc mes dernières forces dans la visite du parc Carmen de los Mártires, pas déçu du détour. Cet espace verdoyant est un véritable havre de paix avec ses jardins luxuriants et ses jolies fontaines.

Carmen de los Mártires

Je finis ma journée dans le même petit restaurant qu’hier et trouve du réconfort dans le menu du jour composé de deux plats et d’un dessert ou café, pain inclus. Je me régale de leur Salmorejo puis des Huevos (deux œufs au plat accompagnés de ratatouille et de frites). Je termine sur une note sucrée avec une part de tarte au potiron. Étonnant mais délicieux.

Séville (jour 6)

Contrairement au trajet aller, le bus affiche complet, ce qui s’explique certainement par le jour et l’horaire (10h). J’arrive à Séville en début d’après-midi, dépose mes affaires à l’auberge Pension Nuevo Suizo puis me dépêche d’aller découvrir au cœur de la vivante Plaza del Salvador, la Iglesia del Divino Salvador. En effet, ses horaires d’ouverture restreints me laissent une dernière chance de la visiter ce samedi. Bien que j’en fasse rapidement le tour, je prends le temps d’admirer les magnifiques chapelles ornées de dorures.

séville : visiter l'andalousie en 7 jours

J’affronte ensuite la chaleur andalouse pour rejoindre l’autre rive du Guadalquivir, du côté de la Isla de la Cartuja, à commencer par le Centre Andalou d’Art Contemporain. Un lieu vraiment intéressant puisqu’il se divise en plusieurs sections, chacune offrant son propre univers et se renouvelant régulièrement. On passe des sculptures et œuvres contemporaines aux dessins de l’artiste Nazario, que je n’ai pas apprécié contrairement aux magnifiques tableaux colorés du peintre Abraham Lacalle qui s’en sont suivis dans l’autre bâtiment, et termine enfin sur un espace dédié à la culture amazone. Au-delà de leur intérêt culturel, toutes ces œuvres mettent en lumière la beauté du Monastère dans lequel elles sont exposées.

séville : visiter l'andalousie en 7 jours

En sortant du site, je m’infiltre par un sentier longeant le fleuve dans le Jardín Americano, étonnamment fermé au public. Je suis cependant vite bloqué et doit rebrousser chemin sans avoir profité de ce coin de verdure, malheureusement laissé dans un sale état (mégots au sol, bouteilles vides, tags, etc.). Non loin de là, des centaines de jeunes se sont regroupés pour fumer et consommer des bières chaudes au rythme d’une musique assourdissante. Une ambiance digne des rave-party.

Fatigué par les kilomètres enquillés, la chaleur et les déceptions qui s’enchaînent, je ne trouve pas le courage de marcher jusqu’aux reliquats de l’Exposition universelle que Séville a accueilli en 1992. Je traverse de nouveau le Puente de la Barqueta pour rejoindre le quartier de la Feria. Encore une fois, toutes les églises sont fermées contrairement aux horaires indiqués sur le site de l’Office du Tourisme… Aux abords de la Iglesia de San Juan de la Palma, je tombe heureusement sur la Salida Procesional Nuestra Señora de la Cabeza, une célébration qui rassemble une centaine de personnes, appareils photo et caméras en main, tentant de capter chaque miette du cortège.

séville : visiter l'andalousie en 7 jours

Après ce moment festif, je me rends sur l’immense Plaza Alameda de Hercules avec l’idée de profiter de la chaude ambiance sévillane. Ce quartier est très apprécié des locaux grâce à la diversité des bars et restaurants qui s’y trouvent. Après une petite bière Alhambra 1929 en guise d’apéro, je n’arrive pas à trouver une seule table de libre pour manger… Je repars frustré et déçu, un samedi décidément à oublier…

Séville (jour 7)

Bien décidé à rattraper ma catastrophique journée d’hier, je m’attaque matinalement au Musée des Beaux-Arts. Je parcours rapidement les 14 salles, chacune exposant des œuvres variées (peintures et sculptures gothiques, œuvres de la Renaissance, naturalisme, tableaux baroques, etc.) et/ou dédiées à certains grands artistes sévillans (Bartolomé Esteban Murillo, Juan de Valdés Leal, Francisco de Zurbarán). La visite est entrecoupée de patios fleuris qui permettent de profiter des premiers rayons du soleil.

Musée des Beaux-Arts séville

Je m’arrête ensuite quelques minutes dans la très jolie Iglesia de Santa Maria Magdalena avant de foncer vers le highlight de ma matinée, le Parque de María Luisa. Je contemple sur le chemin le beau Palacio de San Telmo qui abrite aujourd’hui le siège de la présidence de la Junte d’Andalousie, le gouvernement autonome andalou.

Palacio de San Telmo

Mais revenons au poumon vert de Séville qui cache, au milieu de ses longilignes palmiers, orangers et autres platanes, de nombreux trésors, gloriettes et fontaines. C’est un formidable endroit où se promener pour respirer l’air frais et se dépayser tout en même temps. Parmi les lieux d’intérêt, comment ne pas citer tout d’abord la célèbre Plaza de España, aménagée à l’occasion de l’Exposition ibéro-américaine de 1929. Les briques rouges de son magnifique édifice central, les ponts enjambant le coin d’eau et les azulejos de Triana représentant les provinces espagnoles se mêlent parfaitement pour former un endroit photogénique à souhait. Aux deux extrémités, des tours hautes de 80 mètres veillent au grain. Au-delà de sa beauté, cette place vivante est constamment animée par des musiciens et autres danseurs de flamenco.

Plaza de España

Le temps commence à s’assombrir et me pousse à accélérer la cadence pour découvrir, au sud du parc, la Plaza de America. Cette esplanade abrite trois grands édifices : le Musée des Arts et Traditions populaires, le Pavillon royal et le Musée archéologique. Bien que jolie, je n’y retrouve ni le charme, ni l’atmosphère spéciale de sa consœur.

Plaza de America

Sous quelques premières gouttes qui laissent présager un après-midi pluvieux, je rejoins le quartier de Santa Cruz et son église du même nom, situé à l’emplacement de l’ancienne juderia sévillane, près de la Cathédrale et du Real Alcázar. Je suis toujours aussi étonné du nombre de monuments religieux, on en trouve presque à chaque coin de rue. Leur architecture est également surprenante puisqu’ils se fondent parfaitement aux devantures colorées des bâtisses avoisinantes. Je m’arrête déjeuner à La Bodega de la Alfalfa et tente de compenser mon retard dans la découverte des tapas en optant pour la spécialité du jour (pimientos mozarabes), le flamenquin de Cola de Toro et les espinacas con garbanzos (épinards aux pois chiches). Des petits plats toujours aussi délicieux, bien que le flamenquin soit assez spécial.

La pluie s’intensifiant, il aurait été idéal de faire du shopping tant il y a d’enseignes à Séville, mais tout est fermé le dimanche… Je rentre donc me reposer dans ma chambre puis profite d’une éclaircie en milieu d’après-midi pour me rendre du côté de la Iglesia San Luis de Los Franceses, dont l’entrée est gratuite les dimanches de 16h à 20h. Cette église baroque est vraiment magnifique et vaut le coup d’œil, notamment pour sa crypte.

Iglesia San Luis de Los Franceses

Je continue sur ma lancée pour rejoindre, plus au nord, le quartier de la Macarena et sa célèbre Basilique. L’entrée est certes gratuite mais je suis étonné du nombre de visiteurs qui attendent patiemment que les grilles s’ouvrent. Tout juste entré à l’intérieur, chacun se dépêche de prendre en photo la statue de la Vierge de l’Espoir, avant de monter à l’étage pour l’admirer sous un autre angle. En haut, un agent de sécurité gère minutieusement l’accès à cette petite pièce par groupes de trois personnes maximum. À peine le temps de jeter un œil et de prendre un cliché que l’on doit libérer le passage. J’avoue avoir du mal à comprendre cet incroyable engouement mais il s’avère que la vénérée Macarena, qui pleure des larmes de diamant, est l’une des figures saintes les plus populaires des Sévillans. En face du monument se dressent les vestiges de murailles musulmanes dominées par l’Arco de la Macarena, malheureusement en cours de rénovation lors de ma visite.

Basilique

Pour finir mon tour des lieux religieux, je visite la Basílica de Jesús del Gran Poder. Au-delà de son impressionnant dôme, l’attraction principale est la statue de Jesús del Gran Poder (« au grand pouvoir »).

Avant de boire un coup du côté de 100 Montaditos, j’assiste pour la première fois de ma vie à un tournage de film. C’est totalement par hasard et intrigué par la foule que j’ai découvert ces personnes costumées entourées de l’équipe de tournage (caméramans, maquilleuses, agents de sécurité). C’est assez fou de voir le nombre de personnes mobilisées pour tourner des scènes de quelques secondes, surtout quand on sait qu’il y a toujours plusieurs prises réalisées. Je file ensuite dîner au Patio San Eloy où m’attendent un verre de sangria maison et deux énormes tapas (sandwich pringa et roulé saumon-épinards).

Séville (jour 8)

Pour cette dernière journée avant le départ, j’ai réservé en ligne un billet pour la Cathédrale de Séville et la Giralda (11€).

Cathédrale de Séville

Devant l’entrée, plusieurs files se forment dans la confusion selon l’horaire d’accès mentionné sur le ticket, 10h45 pour ma part. La visite débute par la Giralda, la mythique tour de l’ancienne mosquée almohade haute de 97 mètres. Atteindre le sommet demande quelques capacités physiques puisqu’il faut gravir les 35 paliers sous forme de rampe en pente douce. Mais l’effort en vaut la chandelle. Depuis les hauteurs et sous les imposantes cloches, on profite d’un panorama à 360° sur la ville et ses principaux monuments, malgré des grilles qui gênent parfois la vue.

Giralda panorama

Après avoir fait deux ou trois fois le tour de la Giralda, je m’attèle à la découverte de la Cathédrale et de ses nombreux trésors, à commencer par le chœur dont les jolies stalles en bois sculpté sont dominées par les orgues baroques. En face, la Capilla Mayor abrite un immense et somptueux retable de 20 mètres de haut qui en met plein la vue avec ses innombrables panneaux dorés.

Capilla Mayor

Derrière le sanctuaire se trouve un autre joyau de la Cathédrale, la Capilla Real. Les autres salles abritent de belles pièces d’orfèvrerie, sans oublier de mentionner l’attraction que représente le tombeau de Christophe Colomb. Après une heure de visite, je sors par le Patio de los Naranjos, un des seuls vestiges de la mosquée almohade.

Patio de los Naranjos

Même si les températures n’atteignent pas le niveau du début de semaine, il est agréable de revoir le soleil pointer le bout de son nez. Je me décide à retraverser le Guadalquivir pour faire un tour au Mercado Municipal de Triana, qui prend place dans une partie du Castillo de San Jorge. Espérant trouver des produits locaux à ramener dans ma valise, j’en sors extrêmement déçu, les étals étant pour moitié fermés… Et ce n’est pas la Capilla de Los Marineros, plus loin, qui va rattraper le coup malgré sa jolie devanture colorée.

À l’heure (espagnole) du déjeuner, je trouve mon bonheur près de la Plaza de Alfalfa, à l’excellent Bar Alfalfa. J’y déguste enfin ma première paëlla, sous forme d’une tapa à la portion très généreuse.

paella Bar Alfalfa

Je la complète d’une toute aussi délicieuse salade du jour fraîchement préparée. Je patiente ensuite jusqu’à l’ouverture de la Casa de Pilatos à 15h, dont l’accès est gratuit pour les résidents de l’Union Européenne les lundis après-midi. Ce qui explique certainement qu’une longue file d’attente se soit formée aux devants du bâtiment. Bien que la visite se fasse rapidement, elle vaut largement le coup d’œil. Les magnifiques patios fleuris, les arches mudéjares, les belles sculptures et les innombrables azulejos forment le mélange parfait et en font un lieu incontournable.

Casa de Pilatos

La fin de journée approchant, je m’aventure du côté de l’Hospital de la Caridad afin de clôturer ma visite des lieux d’intérêt de la ville. Un détour qui se solde malheureusement par un nouvel échec, le site n’étant ouvert que jusqu’à 13h30, contrairement aux indications de l’Office du tourisme, encore une fois erronées… Je décide donc de faire du shopping dans les grandes enseignes (Bershka, Mango, Zara, El Corte Inglés) des rues commerçantes Sierpes, O’Donnell et Tetuán, puis d’acheter quelques souvenirs gourmands dans la sympathique échoppe de Los Productos de la Sierra, bien pourvue en produits locaux (jambons et charcuterie, pâtés, fromages, miel et confitures, vins et bières, épices, huile d’olive, confiseries, etc.). Pour mon dernier repas, j’opte pour les délicieuses croquetas caseras du Café Santa Marta Bar, situé à quelques pas de mon logement.

Le départ

Véritablement épuisé par ces heures de marche sous la chaleur tout au long de la semaine et quelque peu démoralisé d’avoir manqué la visite de certains sites en raison de leurs fermetures, je ne suis pas mécontent de rentrer en France. Mais avant le grand départ, je me devais de goûter aux fameux chocolate con churros. Exit le petit déj’ à l’auberge, direction le Bar El Comercio faire le plein de calories avec cette ration de cinq énormes churros servis avec un chocolat chaud très épais. Une douceur qui me remplit de bonheur. De l’autre côté du comptoir, un cuisinier s’active de couper de fines tranches de jambon Ibérique tandis que son collègue se charge de toaster les pains, de les badigeonner d’huile d’olive et de glisser les tranches dedans. Un sandwich typique que les locaux adorent avaler le matin avec leur café au lait.

chocolate con churros

Tout le reste de la journée n’est qu’une succession de transports depuis la Plaza de Armas, l’ancienne gare de la ville qui accueille aujourd’hui un centre commercial et des restaurants. À commencer par du bus avec la navette EA qui me dépose à l’aéroport de Séville, puis de l’avion par deux fois en raison d’une escale à Barcelone, et enfin de la voiture jusqu’à mon domicile.

En bref pour visiter l'Andalousie en 7 jours

  • L’Andalousie est une région magnifique qui ne vaut pas que pour sa douce chaleur tout au long de l’année. Elle abrite des monuments dont la réputation dépasse les frontières tels que l’Alhambra à Grenade, la Mezquita-Catedral à Cordoue et le Real Alcázar à Séville. Les rues pavées, les bâtisses colorées ou en pierre blanche, ainsi que les innombrables édifices religieux complètent le paysage. Les amateurs de randonnée trouveront aussi leur bonheur grâce aux nombreux parcs naturels à découvrir, notamment celui de la Sierra Nevada, le plus grand du pays.
  • Bien qu’il n’y ait aucune hostilité envers les touristes, j’ai trouvé l’accueil dans les restaurants et bars à tapas plutôt froid et expéditif, le service est un peu à la chaîne. À peine installé sur une chaise haute que l’on doit commander sa boisson et ses tapas, tout arrive ensuite en même temps et il devient alors impossible de manger quelque chose de chaud jusqu’au bout. Jamais je ne suis resté plus d’une heure quelque part et donc jamais je n’ai eu l’impression de souffler un peu après des kilomètres de marche sous 30°C. Ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’aucun serveur ou presque ne parle anglais, ce qui rend la communication souvent difficile… Ces villes vivent pourtant du tourisme et ont l’habitude d’accueillir de nombreux voyageurs tout au long de l’année. En dehors de ces établissements, la communication se fait heureusement plus facilement.
  • À cette période de l’année, en hors-saison, je n’ai pas rencontré de difficulté à réserver un logement malgré que je m’y sois pris tardivement, et j’ai pu profiter de tarifs attractifs. Ce qui ne doit certainement pas être le cas durant la période juillet-août et les fêtes d’avril (feria, Semaine sainte).
  • Le centre de Séville se compose de ruelles étroites et majoritairement piétonnes, ce qui contraint les transports en commun à circuler plutôt en périphérie, sur les grands axes. Je suis donc très peu monté dans des bus, principalement à Grenade, ce qui ne m’a pas empêché d’être marqué par la nervosité des chauffeurs. Au-delà de leur conduite brusque, ils « gueulent » sans cesse sur les automobilistes, les piétons et même les passagers si la moindre chose ne va pas dans leur sens. Le stationnement dans la ville est par ailleurs très compliqué, ce qui favorise la circulation à pied ou à vélo pour les courageux qui n’ont pas peur d’affronter ces côtes pavées. Il existe en revanche de nombreuses connexions quotidiennes entre les grandes villes andalouses, que ce soit en bus avec Alsa ou en train avec Renfe. Ces deux compagnies proposent des tarifs généralement très attractifs.
  • Séville, capitale de la communauté autonome d’Andalousie en plus de ses titres de capitale architecturale, culturelle et gastronomique, mérite bien que l’on y consacre trois jours pour avoir le temps de s’imprégner de son atmosphère. La vivante Grenade peut, elle, se visiter en deux jours et Cordoue en un seul. L’Andalousie recèle de nombreux autres trésors, il peut être intéressant d’y faire un road-trip et/ou de découvrir la côte et ses jolies plages. Assez étonnamment, il convient de présenter son pass sanitaire pour entrer dans le pays mais pas pour accéder aux restaurants, musées et autres lieux accueillant du public. Par ailleurs, la Carte Jeunes Européenne (European Youth Card), à destination des personnes de moins de 30 ans, permet de faire de belles économies sur plusieurs visites (7€ au lieu de 14,5€ pour le Real Alcázar de Séville, 9€ au lieu de 14€ pour l’Alhambra et 9€ au lieu de 11€ pour la Mezquita-Catedral de Cordoue). Son coût annuel de 10€ est donc déjà rentabilisé sur ce seul voyage.
  • Niveau cuisine, l’Andalousie est le paradis pour un voyageur. Chaque journée offre l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs. Les douceurs méditerranéennes ne sont jamais loin grâce à l’utilisation d’ingrédients phares tels que l’huile d’olive, la tomate, l’ail et l’oignon. Bien que la viande et les œufs soient des incontournables de la région, le poisson reste un élément essentiel de la gastronomie locale. Véritable institution dans le pays, les tapas se dégustent au comptoir comme amuse-bouche avec une bière bien fraîche (caña) ou un tinto de verano, mais aussi en plat principal (ración ou media ración). Chaque bar possède ses spécialités, à trouver sur le tableau du jour, même s’il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. En bref, une cuisine généreuse et conviviale, à partager en famille ou entre amis !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *