Bienvenue à Buenos Aires ! Voyage en Argentine

par LaBeletteQuiVoyage
560 vues

Visiter Buenos AiresArgentine – Buenos Aires

Visiter Buenos Aires

Porte d’entrée pour mon voyage en Patagonie en octobre/novembre 2018, je n’ai guère le choix : il me faudra d’abord passer quelques jours à Buenos Aires, cette grande ville, alors que je rêve de nature et de grands espaces… Et bizarrement, Buenos Aires a su me charmer avec ses différents quartiers, son histoire et sa culture. C’est parti pour un tour!

Arrivée à Buenos Aires

Après un vol de nuit, le voyage démarre en arrivant à Buenos Aires tôt le matin, complètement patraque. C’est mon premier jour de vraies vacances depuis des lustres : j’ai réservé ce voyage 1 an et demi à l’avance avec l’agence Viventura, c’est dire si je l’attendais avec impatience! Alors oui, entre temps j’ai eu des vacances, vous savez, celles où vous courrez partout pour en voir le plus possible, avec des sessions “brainstorming” et “planning” pendant les moments de pause… Où vous êtes à 100% tout le temps! Là, j’ai dû lâcher prise: rien à organiser, juste me laisser porter. Ça m’a fait bizarre, mais ça m’a fait un bien fou!

J’ai fait connaissance avec les membres de mon groupe lors de l’escale à Madrid : nous sommes 11, et je suis de loin la plus jeune, ahah! Ca me convient parfaitement : les petits groupes sont plus sympa à gérer (on voit de suite s’il manque quelqu’un, et on n’a pas à attendre 3000ans à chaque rendez-vous de groupe), et les retraités faisant ce genre de voyage ont la pêche et toujours le moral, et ils ont énormément à nous apprendre :). A l’aéroport de Buenos Aires, nous sommes accueillis par notre guide accompagnateur francophone (un chouia plus jeune que moi, raté pour l’histoire de la benjamine!), qui nous suivra tout au long du voyage.

Nous rejoignons le centre-ville dans notre mini-bus et posons nos valises à l’hôtel “562 Nogaro” (Voir les tarifs de l’hôtel), proche de la Plaza de Mayo. Cet hôtel est super bien situé et semble luxueux, mais il est plutôt vétuste (par deux fois la poignée de la porte m’est restée dans la main… et c’était sportif pour régler l’eau de la douche). On y dort bien et le p’tit dej-buffet a du choix, mais je pense que vous pouvez trouver un meilleur rapport qualité-prix ailleurs 😉

 

Quartier San Telmo

Vol de nuit, décalage horaire de 5h, mais pas de repos pour les guerriers (lol)! Nous sommes partis directement nous balader dans le quartier San Telmo, un des plus anciens de la ville avec de nombreuses maisons coloniales. En descendant la Calle Defensa depuis la Plaza de Mayo, on a croisé Mafalda assise sur un banc avec Susanita et Manolito. Mais ouiiii, Mafalda, l’héroïne de la BD de Quino! Enfin bon, là je fais la maligne, mais j’avoue que même si sa bouille me disait quelque chose, je ne me souvenais pas ses histoires, ahah… Si la bande dessinée argentine vous intéresse, sachez que cette statue est le point de départ de la promenade Paseo de la Historieta.

argentine-buenos-aires-quino-goyav

 

Nous avons continué notre chemin, pour atteindre le Pasaje de la Defensa, une maison traditionnelle de 1880, aménagée autour de patios. Vous y trouverez aujourd’hui des antiquaires et boutiques d’artisanat. L’architecture est intéressante, surtout qu’on n’imagine pas la taille de la maison depuis la rue.

argentine-buenos-aires-pasaje-de-la-defensa-goyav

 

Finalement, nous sommes arrivés au resto pour le repas de 14h. Comme je disais, entre le décalage horaire, la nuit dans l’avion et les repas tardifs à l’espagnole, je ne savais plus où j’en étais, mais j’avais faim, lol. Nous avons mangé à la Pulpería Quilapán, située dans la plus vieille maison de Buenos Aires, sur la Calle Defensa. La déco est faite de vieux objets, ce qui rend le cadre très sympa. N’hésitez pas à aller voir dans la cours intérieure, c’est un sacré bond dans le temps!

argentine-buenos-aires-Pulperia-Quilapan-goyav

Concernant le menu, j’ai pris un empanadas de carne cuit au four, puis du locros (ragoût aux haricots, pois chiches, pomme de terre et viande) et du budín de pan en dessert (espèce de pudding compact servi avec du dulce de leche). Bin c’était un peu lourd, mais c’était bon ahah!

argentine-buenos-aires-Pulperia-Quilapan-goyav

 

Nous avons ensuite pris le bus pour rejoindre le quartier de la Boca. Combien ça coûte, quel bus : je ne sais pas. Tout ce dont je me souviens, c’est la crise de fou rire car on n’a pas été assez rapide pour monter dans le bus! Le chauffeur ouvre les portes mais garde les yeux sur le trafic, donc en gros il faut être au taquet pour monter. Sinon, il vous ferme la porte au nez et part! Et pas la peine de tambouriner sur la porte: c’est déjà trop tard…

 

Quartier La Boca

On est descendu du bus dans l’avenue Don Pedro de Mendoza, au niveau du pont transbordeur. En continuant à pied vers le sud, nous sommes arrivés à une anse formée naturellement par le fleuve. C’est ici qu’a été établi le 1er port de Buenos Aires, et autour duquel s’est développé la Boca. En continuant sur la même avenue, nous arrivons rapidement dans une zone très colorée : nous voilà en plein cœur du quartier!

argentine-buenos-aires-boca-goyav   argentine-buenos-aires-boca-goyav

argentine-buenos-aires-boca-goyav

Les fonds de pots de peinture destinés aux bateaux ont été utilisés pour peindre les maisons faites de tôle: selon les couleurs disponibles, ça a donné des patchworks très vifs et festifs. La rue la plus célèbre et touristique est Caminito (qui part sur la droite). Mais vous trouverez également d’autres endroits sympas dans les rues adjacentes et sur la Calle Magallane, pleine de boutiques de souvenirs: passez les portes et les arches, les cours intérieures sont très belles! Il y a également des personnages caricaturaux faits de papier-mâché devant les restaurants et aux balcons: ils font partie intégrante de la vie à la Boca, où les gens ont un humour un peu particulier et se moquent de tout, y compris d’eux-mêmes.

argentine-buenos-aires-calle-magallan-goyav

C’est dans ce quartier qu’est né le tango, et on l’a d’ailleurs constaté car la musique emplit nos oreilles, et de nombreux danseurs se produisent dans la rue et dans les restaurants. L’endroit est très vivant donc, et apparemment il l’est encore plus les jours de match de foot: vous y trouverez le stade de la Bombonera, qui abrite l’équipe de football des Boca Juniors. Comme m’a dit un ami : “m’enfin, La Boca, le foot, Maradona quoi”! Mais qu’est-ce que j’en sais moi, je suis Team Tango 😉

 

Plaza de Mayo

Nous voilà repartis en bus en direction de la Plaza de Mayo. Sauf qu’encore une fois, on n’était pas au taquet, et on a du attendre le 2eme bus… Nouvelle crise de fou rire, lol.

argentine-buenos-aires-Plaza-de-Mayo-goyav

Je ne vais pas me lancer dans un cours d’Histoire, mais sachez que la Place de Mai a été au cœur d’évènements historiques majeurs à Buenos Aires, et le siège de nombreuses manifestations. Principalement car des bâtiments politiques s’y trouvent, comme la Casa Rosada, le palais présidentiel. Au centre de la place, la Pyramide de Mai est une œuvre commémorant la révolution du 25 mai 1810, qui a été le déclencheur de l’indépendance de l’Argentine. On trouve également la grande cathédrale de Buenos Aires, de style néoclassique avec ses 12 colonnes. Elle renferme la sépulture du général San Martin, ayant joué un grand rôle dans l’indépendance de l’Argentine et d’autres pays sud-américains. Vous verrez des drapeaux argentins sur les colonnes de la cathédrale, mais également des drapeaux du Vatican : il s’agit de l’église où officiait l’actuel Pape François.

argentine-buenos-aires-Plaza-de-Mayo-goyav

 

Le repas du soir n’était pas inclus, je suis donc allée manger avec quelques amis du groupe dans un restaurant conseillé par notre guide: La Robla Cooperativa, dans la Calle Chacabuco. Je recommande cet endroit, où la nourriture est bonne, et les plats servis sont énormes (facilement pour 2 personnes). Et comme il fait partie d’une coopérative, ça aide les producteurs locaux et on peut espérer avoir de bons produits 😉

Après cette bonne grosse première journée à Buenos Aires, c’est l’heure du dodo! C’est que demain, on visite la ville à vélo!!

 

Balade en vélo pendant le voyage à Buenos Aires

Nous voilà donc de bon matin, à marcher en direction du loueur de vélos: la Bicicleta Naranja. On a fait une balade avec un de leur guide et d’après leur site web, il s’agit du “North Tour”, mais je ne comprends pas trop, parce qu’il est sensé faire 16km et Strava m’a dit qu’on a en fait 22 ahah!

argentine-buenos-aires-north-tour-goyav

 

On roule un peu sur les pavés, avant de rejoindre une route goudronnée: direction le Puerto Madero! Vous vous souvenez du 1er port de la ville, dans le quartier de la Boca? Là, nous sommes un peu plus en amont, dans l’embouchure du Rio de la Plata, et c’est ici qu’a été construit le 2eme port de la ville. Malheureusement, les dépôts de sédiments ont rapidement rendu le port inutilisable, car il n’y avait plus assez de fond pour laisser passer les bateaux… Il en reste un quartier très agréable pour se balader, avec ses vieux bâtiments de briques rouges, le Puente de la Mujer (le Pont de la Femme), le trois-mâts ARA Presidente Sarmiento et la réserve écologique. Je vous donnerai plus de détails plus loin, car j’y suis retournée à pieds quelques jours plus tard 😉

argentine-buenos-aires-rio-de-la-plata-goyav

argentine-buenos-aires-rio-de-la-plata-goyav

 

Toujours sur nos vélos, nous sommes arrivés au niveau du port actuel, avec ses énormes bateaux, puis nous avons continué jusqu’à la Plaza Fuerza Aérea Argentina et sa Tour des Anglais (Torre de los Ingleses). Cette tour a été construite par les résidents britanniques vers 1910, pour célébrer le centenaire de la révolution. Mais suite à la guerre des Malouines et donc au conflit avec les britanniques, les argentins ont décidé de renommer cette tour la “Tour Monumentale” (Torre Monumental)…

Voyage à Buenos Aires torres monumental

 

La promenade nous a ensuite conduit jusqu’à la Plazza Naciones Unidas, où on trouve une étrange structure : la Floralis Genérica. Créée en 2002 par Eduardo Catalano, cette gigantesque fleur possède un système hydraulique et des capteurs solaires, qui lui permettent d’ouvrir et de fermer ses pétales en fonction de la lumière du jour.

Voyage à Buenos Aires floralis generica

 

Puis nous avons atteint notre point le plus éloigné : le Parque Tres de Febrero, et plus particulièrement la roseraie El Rosedal. Un grand parc vert et une sacrée bouffée d’oxygène en pleine ville! Les porteños, habitants de Buenos Aires, y viennent se reposer ou faire du sport en plein air: vélos, coureurs, yoga ou cours de gym, il y en a pour tout le monde!

parque tres de febrero Voyage à Buenos Aires

Voyage à Buenos Aires el rosedal

 

Après une petite balade à pieds dans le parc et le partage d’infusion de maté pour nous re-stimuler, nous avons repris les vélos, en direction du quartier Recoleta. C’est un quartier chic, qui referme un immense cimetière où sont enterrées, entre autres, des personnes importantes dans l’Histoire d’Argentine. Vous y trouverez par exemple le caveau familial des Duarte, renfermant la tombe d’Eva Perón. Il y a plus de 4000 tombes et on a fait pas mal d’aller-retours avant de trouver celle d’Evita, alors je vous mets le plan, ahah! Il y a là également de nombreuses statues et des tombeaux colossaux en côtoyant des plus petits : l’architecture est magnifique! Ça peut paraître glauque, mais c’est en fait agréable de ce promener dans les allées de ce cimetière…

quartier-recoleta-goyav

quartier-recoleta-cimetiere-goyav   quartier-recoleta-cimetiere-goyav

 

De retour au point de départ vers 14h00, nous avons rendu les vélos et sommes allés manger une belle pièce de bœuf argentin! Y’a pas à dire: le vélo, ça creuse, ahah! Le reste de l’après-midi était libre, mais nous sommes restés ensemble car on voulait tous visiter le théâtre Colón, un des plus grands et plus beaux théâtre du monde, réputé pour sa superbe acoustique. Malheureusement, nous sommes arrivés trop tard 🙁 Si vous êtes intéressés, il y a des visites guidées régulièrement en anglais et en espagnol, pour 150 AR$ (environ 3,8 euros), et il vaut mieux réserver (voir les tarifs de la visite).

theatre-colon-goyav

 

On a donc arpenté les rues, et on a fini dans la Calle Florida, pleine de magasins… Rien de très original dans cette rue commerçante, à part un ou deux bâtiments qui sortent du lot. J’y ai quand même trouvé quelques souvenirs, mais j’aurais dû les prendre dans le quartier de la Boca: il y avait beaucoup plus de choix et d’artisanat là-bas! Ceci dit, ici aussi on a pu voir des danseurs de tango faisant des démonstrations en pleine rue.

-tango-goyav

 

Le lendemain, nous nous levions à 2h du mat pour prendre l’avion, direction Ushuaïa et la Patagonie (décrite dans 4 posts précédents)! Et après 10 jours en Patagonie, nous sommes revenus à Buenos Aires pour une soirée, pendant laquelle j’ai pu explorer un peu plus la capitale.

 

Quartier San Telmo, le retour!

De retour dans le même hôtel près de la Plaza de Mayo, nous avions quelques heures de libres avant notre programme commun du soir. Je suis partie en direction de la Calle Defensa, cette longue rue dans le quartier San Telmo, pour faire le plein de Dulce de Leche à offrir à mes proches (ok j’avoue, il me fallait un pot pour moi aussi, lol). Il y a plein de boutiques spécialisées où vous trouverez toutes sortes de gourmandises. Je me suis arrêtée à celle avec une vache sur la devanture: je n’ai pas spécialement comparé les prix, mais la boutique avait l’air sympa et je ne voulais pas perdre trop de temps. J’ai ensuite continué jusqu’à la Plaza Dorrego : cette petite place animée avec des bars et de la musique, est plutôt sympa pour s’arrêter boire un coup.

plaza-dorrego-goyav

 

Réserve écologique

Après une petite pause (où un pigeon voulait me chourrer mes cacahouètes! Nan mais…), je suis partie sur la gauche pour traverser le Puerto Madero au niveau du pont de la rue Rosario Vera Peñaloza, et continué tout droit jusqu’à la réserve écologique. L’entrée est gratuite, et la réserve est ouverte tous les jours sauf le lundi, de 8h à 18/19h selon la saison. Cette réserve est un espace gagné sur le Rio de la Plata, mais laissé à l’abandon: la nature s’y est développée et de nombreux animaux y ont élu domicile. C’est également un beau point de vue sur la ville. Malheureusement je suis arrivée un chouia trop tard et je n’ai pas pu entrer. J’ai quand même longé la Laguna de los Coipos depuis la rue, et j’ai pu apercevoir des ragondins et des aigrettes 🙂

reserve-ecologique-goyav

reserve-ecologique-goyav

 

Puerto Madero

Je suis ensuite revenue vers le port, et la balade le long des quais est très sympa, surtout avec la soleil couchant. J’ai traversé le Puente de la Mujer, le “pont de la femme”. Cette passerelle piétonnière est censée représenter une danseuse de tango avec la jambe en l’air, mais pour moi c’est pas très clair, lol.

puerto madero

puerto madero

De l’autre côté se trouve la frégate ARA Presidente Sarmiento, un trois-mâts datant de 1897, construit en Angleterre pour la marine argentine. J’étais déjà presqu’à la bourre pour le rendez-vous avec le groupe, mais je ne sais pas résister aux beaux bateaux, surtout aux trois-mâts! Quand j’ai vu qu’on pouvait monter visiter ce bateau-école des cales au pont, je n’ai pas hésité : une contribution volontaire de 10 AR$ est suggérée, et même si ce n’est pas un must-see de la ville, c’est très sympa et intéressant 🙂

puerto-madero-goyav

bateau presidente sarmiento

 

Soirée tango

J’ai dû courir pour rejoindre le groupe à l’hôtel et j’ai eu 3 min pour me changer lol, mais je n’étais pas en retard, yaaay! Nous avions une super soirée de prévue: cours de tango et dîner-spectacle 🙂 ! Direction le Piazzolla, nom donné en hommage au compositeur et bandonéoniste Astor Piazzolla, qui a révolutionné le tango (Voir les tarifs de cette soirée). Nous sommes d’abord entrés dans une petite salle superbe, qui a un petit musée sur Piazzolla sur la droite. Là, nous avons commencé par un cours de tango de 30min avec un couple de danseurs professionnels : quelques pas de base et trois séries d’enchaînements, sur une musique entraînante. J’ai adoré! Ensuite nous sommes passés dans la belle salle de spectacle pour dîner : super fancy avec les serveurs qui veulent à tout prix remplir votre verre, 3 choix d’entrées, 5 choix de plats et 3 choix de desserts. Et d’un coup, le spectacle commence: l’orchestre est sur scène, les danseurs arrivent, forment les couples et se mettent à virevolter. Les histoires s’enchaînent, parfois tendres et romantiques, parfois pleines de force et de conflit. C’est juste beau à voir, et certaines performances sont à couper le souffle ! Entre les moments de danse, il y a aussi des chanteurs, mais j’avoue que je n’ai pas été fan… Les chanteurs étaient bons, c’est pas ça, c’est juste que le son était réglé super fort et faisait une espèce de résonance super désagréable (et je ne suis pas la seule à m’être plainte…).

Buenos Aires piazzolla

La soirée était vraiment sympa et a fini à plus de minuit. Ça m’a donné envie de ré-écouter mon CD de Gotan Project, et surtout cette musique que j’adore : Santa María (del Buen Ayre). Et c’est seulement là que j’ai réalisé que le titre de ce morceau est en fait le nom complet de la ville de Buenos Aires, donné par l’explorateur Mendoza lorsqu’il a débarqué ici pour la première fois, en hommage à la Sainte Marie du Bon Air, patronne des marins. J’en aurai appris des choses au cours de ce voyage!

 

Voilà, nous avons passé une dernière nuit à Buenos Aires, avant de prendre un vol le lendemain matin pour rejoindre le nord de l’Argentine et les célèbres chutes d’Iguazù pour continuer le voyage ! Ces chutes extraordinaires feront l’objet de mon prochain post 😉

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter